Le système veut remplacer les civilisations

Tout s’inverse analysait le 1er mai les deux chocs qui ont déstabilisé les idéologies des vainqueurs de la dernière guerre : mai 68 a mis à mal le communisme stalinien et Nixon, en août 71, a brisé les garde-fous irrationnels du capitalisme. Ce billet pointait depuis ces deux chocs, une société vivant de la fabrication à vau-l’eau de monnaies que l’on croit encore énergétiques alors qu’elles sont totalement déconnectées de leurs sources et de l’énergie qu’elles sont supposées véhiculer. La première conséquence de cet aveuglement est l’inversion de l’approche de la richesse. La richesse ne se mesure plus que par la dépense et nous aimons croire que toutes les productions sont des richesses dès lors qu’elles sont vendues. Nous nous croyons riches puisque nous dépensons en nous endettant. Cette première conséquence en entraine beaucoup d’autres tellement le manque de « moyens » devient le seul frein médiatique à la solution de tous nos problèmes. Nous sommes tous convaincus que nous pouvons nous enrichir sans appauvrir qui que ce soit. Le peuple est tellement content de ne plus avoir besoin de la religion pour donner un sens à sa vie, tellement satisfait de pouvoir acheter son logement en empruntant à sa banque, qu’il tolère sans sourciller, et même avec un œil gourmand, tous les banquiers, tous les capitaines d’industrie et tous les intermédiaires serviles qui sont payés plus d’un million d’euros par an. Il se laisse aussi fasciner par tous les occupants de la politique et des médias qui diffusent leur logorrhée avec un talent bien rémunéré. La fausse monnaie fait ses ravages.

L’emprunt, qui dans toute l’histoire de l’humanité a toujours été un prêt sur gage, est devenu un prêt sur richesses futures. Seules les cautions pour les moins fortunés rappellent maintenant, de temps à autre, la notion de gage. Les richesses futures étant une vue de l’esprit, nous vivons, en temps réel comme disent bêtement les médias, le feu d’artifice des conséquences de notre aveuglement.

Il est très dommage de ne pas voir que la création de richesses totalement subjective est largement compensée par sa consommation et sa destruction, son obsolescence, programmée ou non. La science économique a dédaigné le fait que tout marche sur deux pieds, pas d’actif sans passif, pas d’extrémité sans origine, pas de création sans destruction, pas de monnaie sans source énergétique. Pour cette science, faire du pain ce serait créer une richesse s’il trouve acheteur, mais le manger ce ne serait pas détruire une richesse. Plus exactement ce n’est pas un sujet qui intéresse cette science pas plus que la source énergétique de la monnaie utilisée. Cette source est devenue naturellement et très simplement, le rêve de la richesse future. La consommation, la destruction, le délabrement, le saccage n’intéressent pas cette science qui ne raisonne que sur le pied de la production et de l’argent que l’on fabrique pour transformer cette production en richesse.

Il est incohérent de parler de croissance mondiale ou nationale quand seule la fabrication éperdue d’argent permet de considérer comme richesses, la fabrication continue des machines. Leurs productions, comme les machines elles-mêmes, sont achetées par de la fausse monnaie sous forme de dette. Nous intégrons mal comme création de pauvreté, la consommation des matières premières qui ne sont ni infinies, ni renouvelables. Nous préférons laisser le sujet au romantisme des écologistes qui s’agitent avec notre sympathie. Nous intégrons mal comme autre création de pauvreté, l’accumulation des déchets dans les mers, dans les airs et dans les sols. Nous préférons rêver au jour où nous trouverons des acheteurs pour ces déchets et, en attendant, nous trions nos poubelles. Fabriquons vite beaucoup de monnaie pour que ces acheteurs existent ! Nous intégrons encore mal comme création de pauvreté, notre incapacité à utiliser l’énergie de nos concitoyens pour le bien commun. Nous préférons appeler notre incompétence, chômage, et en accuser évidemment le privé quand on est public ou le public quand on est privé. Félix Leclerc nous expliquait pourtant dès 1970 dans sa chanson « 100 000 façons de tuer un homme » que « La plus efficace, c’est de le payer à ne rien faire, c’est gai dans une ville, ça fait des morts qui marchent. » Nous avons oublié l’origine du mot chômage qui était le repos bien mérité du travailleur dans les champs aux heures où il faisait très chaud !

La classe dirigeante, elle-même formatée et souvent de bonne foi, entretient la folie collective de se croire riches, de parler de pays riches, de s’auto-convaincre de la réalité d’une prétendue création annuelle de richesses en additionnant nos dépenses. Cela tue notre civilisation en nous laissant croire que nous sommes des dieux et que nous pouvons, grâce à cette richesse, tendre vers l’éternité, l’universalité, l’omniscience et l’omnipotence. Nous nous sentons capables de dominer à la fois l’espace, le temps, le savoir et l’énergie. Nous avons malheureusement, et provisoirement tant que la réalité ne nous rattrape pas, oublié l’humilité d’un Albert Camus qui disait : « S’il existait un parti de ceux qui ne sont pas sûrs d’avoir raison, j’en serais ». Nous sommes nombreux à rêver de l’existence de ce parti.

Ne pas être sûr d’avoir raison, n’empêche pas d’ouvrir les yeux et de constater les dégâts vers lesquels nous entraîne notre folie de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas à cause de cette apparence d’énergie qu’est la fausse monnaie.

En nous voulant éternels, nous recherchons égoïstement la longévité d’une vie humaine devenue improductive, médiocre et hors de prix, au détriment de son renouvellement simple, multiple, productif et si peu coûteux. Par déni de la mort nous prônons l’assistanat, la précaution et la contrainte, symboles très onéreux de l’enfance, au détriment de la responsabilité, de la liberté et du risque, symboles très économiques de la maturité.

La première source de notre mal : notre peur de la mort.

Elle infantilise notre société en donnant au pouvoir un rôle de parents que personne ne lui reconnaît et qui lui fait dégrader la liberté en laisser-faire, l’égalité en similitude et la fraternité en solidarité. Nous ne comprenons même plus pourquoi, si nous pouvons être solidaires d’un bloc de béton, nous ne pouvons pas lui être fraternels.

En nous voulant universels, nous imposons notre civilisation malade sous le prétexte reposant d’éradiquer la pauvreté mondiale en lui faisant fabriquer ce que nous transformerons en richesses par la fausse monnaie. Notre civilisation devient la civilisation au mépris des autres civilisations qui se mettent à oser, comme le fait l’islam, non seulement résister mais passer à l’offensive avec la seule arme des faibles, la violence.

La deuxième source de notre mal : notre volonté d’imposer à l’humanité entière notre morale qui a abandonné le doute et la spiritualité collective.

En nous voulant omniscients, nous faisons gaspiller à nos enfants le premier quart de leur vie dans une éducation nationale qui engloutit une masse considérable de fausse monnaie pour lui faire ingurgiter un savoir souvent inutile tout en les préservant de la vie. Le premier formatage gratuit et obligatoire est de rentrer de plain-pied dans la société de l’apparence en faisant semblant d’apprendre dans une vie facile dite étudiante, protégé par le tout petit nombre qui apprend vraiment et par le rêve parental des richesses futures.

La troisième source de notre mal : notre dédain de la cohérence et du bon sens.

En nous voulant omnipotents grâce à l’énergie apparente de la fausse monnaie, nous n’acceptons plus d’être socialisés et nous sombrons dans un individualisme forcené qui n’accepte l’autre que dans le rêve doublement irréaliste de sa perfection ou de son inconsistance. Nous renonçons au bonheur qui ne s’atteint jamais seul pour nous contenter du plaisir.

Pour profiter de la vie et nous concentrer sur le plaisir nous faisons travailler les autres par la renaissance de trois esclavages, l’un dans l’espace, celui des autres civilisations chez elles par la mondialisation, l’autre dans le temps, celui de nos propres enfants par la dette, et le troisième, ici et maintenant, celui des autres civilisations chez nous par l’immigration.

La quatrième source de notre mal : notre croyance que l’argent est une énergie sans origine.

C’est la source la plus dramatiquement prodigue car elle nous permet tout. Si nous n’avons pas ce que nous souhaitons, c’est uniquement par manque de moyens. C’est la faute, pire ! la volonté, de l’État, des patrons, de toux ceux qui ont le « Sésame ouvre-toi » de la caverne d’Ali Baba des richesses futures. A ceux qui savent que cette caverne est vide, de résoudre notre contradiction ! Beaucoup le font en faisant semblant de croire qu’elle est pleine et qu’il faut simplement en retrouver la clé, faire revenir la croissance.

Ces quatre sources que nous détaillerons dans de prochains billets, se renforcent mutuellement et mêlent leurs eaux troubles pour former un torrent douteux qui nous submerge. Ce torrent subversif est justifié par les experts, vendu par les médias, inoculé par l’éducation nationale et rendu efficient par les Politiques qui en sont pour la plupart sincèrement convaincus car ils en vivent et ne voient les critiques que comme l’œuvre des jaloux.

Mais le peuple sait qu’il n’est pas un peuple de dieux, il sait qu’il n’est ni éternel, ni universel, ni omniscient, ni omnipotent. Il se réfugie dans l’immédiateté, dans la peur du lendemain et dans la quête de l’homme providentiel qui émerge de partout sans jamais affronter la profondeur des problèmes. Cette armée de Diafoirus qui nous harangue à chaque élection, n’est capable que d’essayer de nous vendre du sens, du mouvement et du rythme, bref de l’agitation. Elle oublie que le sens n’est que la rencontre de l’espace et de l’énergie, que le rythme mêle l’énergie au temps et que le mouvement n’est que le mariage du temps et de l’espace. Elle veut nous croire maîtres des fondations et elle construit pour sa gloire des étages imaginaires. Emmanuel Macron à Aix-la-Chapelle en a été la caricature en disant « N’attendons pas » (je maîtrise le temps), « N’ayons pas peur » (je maîtrise le savoir), « Ne soyons pas faibles » (je maîtrise l’énergie), « Ne soyons pas divisés » (je maîtrise l’espace). Qui peut croire sincèrement qu’il va résoudre par l’impératif des problèmes si peu analysés ?

En fait notre développement est une apocalypse, les deux mots signifiant tous les deux « lever le voile », l’un en racine latine, l’autre en racine grecque. Le voile se lève en effet sur ce que nous avons sous les yeux mais que nous refusons encore de voir et de comprendre. Nous sommes pourtant maîtres de notre civilisation comme de notre avenir. N’en ayons pas peur mais prenons conscience que c’est, comme en Italie aujourd’hui et comme en France au moment de la Résistance, par le rapprochement des sincérités disparates, et avec l’humilité, le courage et le bon sens indispensables, que se fera la révolution des esprits qui s’y préparent déjà de partout. Elle se fera dans l’équanimité par notre volonté ou dans la douleur par la réalité qui rattrape toujours la fiction pour la dépasser.

La parité et l’homosexualité ne sont-elles pas en train d’achever notre civilisation déjà bien malade ?

La respiration est-elle plus importante que l’alimentation ou lui est-elle accessoire ? L’une ne pourrait-elle pas remplacer l’autre si l’une des deux venait à manquer ? Chacun voit bien l’inanité de ces questions mais ne peut que constater leur actualité si l’on remplace ces deux mots féminins par un mot masculin, l’homme, et par un mot féminin, la femme.

La nature a pourtant doté la femme de la seule capacité à fabriquer les enfants, donc le futur, l’homme n’en étant que le déclencheur indispensable. Parallèlement la même nature que l’on peut appeler Dieu, a doté l’homme d’une force physique supérieure à la femme qui a du, pour se faire respecter, approfondir sa finesse et prendre le pouvoir  à la maison dans quasi toutes les civilisations pendant que l’homme gardait ce pouvoir à l’extérieur de la maison.

La vague actuelle d’individualisme triomphant a mis à mal cet équilibre et chaque sexe succombe de plus en plus souvent pour exister, à l’utilisation perverse de ses forces. La société réagit actuellement très heureusement contre les violences faites aux femmes. Elle devrait réagir aussi quand certaines femmes dégradent leur finesse en ruse et en manipulation du côté nigaud des hommes.

Cette vague d’individualisme parachève l’effondrement de notre civilisation qui s’est déroulée en trois temps sous nos yeux absents. Le XIXsiècle avec la révolution industrielle a négligé l’individu qui a tenté de résister par le romantisme et le socialisme. Notre civilisation croit avoir ensuite tué Dieu au XXsiècle avec ses trois matérialismes, communisme, fascisme et capitalisme, le dernier peinant à mourir. Et pour terminer le travail, ce qui reste de notre civilisation cherche actuellement au XXIsiècle à affaiblir voire à ridiculiser tous les groupes comme la famille, l’église ou la nation en survalorisant l’individu et en ne voyant plus qu’une famille humaine, une spiritualité universelle et une gouvernance mondiale, bref, une nouvelle tour de Babel qui veut à nouveau transpercer le ciel. Les seuls groupes qui donnent l’illusion de tenir, sont les associations grâce à leur côté évanescent et éternellement renouvelable, et les sociétés commerciales grâce au mensonge éhonté sur lequel elles sont toutes construites, le principe de continuité, base de la comptabilité et des bilans et qui réfute dogmatiquement la mort en légalisant le mensonge. Quand une entreprise s’arrête il faut généralement multiplier son passif par deux et diviser son actif par dix.

Deux fantasmes médiatiquement entretenus, la parité et l’homosexualité, n’alimentent-ils pas l’effondrement de notre civilisation par leur individualisme exacerbé ?

La parité que l’on nous vend comme juste et bénéfique, rompt l’harmonie entre l’homme et la femme car il ne peut y avoir de parité dans la fabrication des enfants et au moins au début de leur façonnage prépubertaire. Les femmes envahissent tous les métiers en en excluant progressivement les hommes comme c’est déjà patent en médecine et en droit. Et quand la force physique est indispensable, c’est l’immigration et la machine qui prennent le relais des hommes. L’immigration maghrébine et subsaharienne fait aussi largement plus de trois enfants par femme quand les femmes blanches dont la seule évocation fait soupçonner de racisme, en font en moyenne à peine plus qu’un, acceptant tacitement la fin de notre civilisation

Les hommes assistent impuissants à la « matriarchisation », à la mécanisation et à l’immigration de notre société. Ils se féminisent et dilapident leur force physique inexploitée en salle de sports ou en violence contre les autres ou contre eux-mêmes. Les suicides se multiplient dans l’indifférence générale.

L’homosexualité que l’on ne préconise pas mais dont on condamne le refus est avant tout un mystère que l’on ne veut élucider. Est-elle acquise ou innée ? Innée elle serait génétique à cause d’un gène auquel personne ne croit suffisamment pour le chercher. Acquise elle culpabiliserait les parents qui, quoi qu’on en dise, la vivent comme un malheur. Personne ne veut se souvenir que les Grecs avaient parfaitement vu que l’homosexualité n’est qu’un passage dont la société actuelle ne parle jamais. A Athènes les familles confiaient leur éromène de 12 ans à un éraste de 18 ou 20 ans avec mission de le préparer à l’âge adulte en tous domaines y compris sexuel. Et si l’homosexualité faisait partie de cette étape, elle n’en n’était pas l’essentiel et n’était qu’un moment. Celui qui y restait coincé était méprisé et pouvait même dans certains cas extrêmes, être exécuté par apotympanismos.

Ce passage, conscient ou inconscient, qui s’évacue souvent par le sport, est la première approche de l’autre, pas trop différent de soi et qui intimide moins qu’un abord direct de l’autre sexe. Il ne mérite ni honneur ni indignité, il est tout simplement naturel. Mais y rester bloqué génère une souffrance à vie qui mérite sympathie, compassion ou empathie, quel que soit le préfixe que l’on met à la souffrance que génère ce blocage. Il est triste de voir actuellement cette souffrance tenter de se compenser par un étalage accrocheur et, quand un adolescent a la franchise d’exprimer son malheur et même envisager de se supprimer quand il se croit homosexuel, il est scandaleux de lui conseiller de s’assumer et de ne pas au contraire dédramatiser en éclatant de rire et en lui rappelant qu’il n’est que comme tout le monde.

Se trouvera-t-il suffisamment de citoyens avec assez d’humilité, de courage et de bon sens pour diffuser ces vérités simples dont l’oubli nous accable ?

Le doute, seul chemin vers la Vérité

Les Grecs avaient deux mots pour exprimer la vérité, etumos et aletheia.

Aletheia est la vérité nécessaire au fonctionnement du groupe et qui, avec le beau et le bien, forment les trois pieds d’un groupe. Le vrai, le beau et le bien qui se marient deux à deux dans le pur, le juste et le riche, structurent en effet le groupe mais ne sont références qu’à l’intérieur du groupe. Montaigne écrivait : « Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ? ». Pascal enfonçait le clou un siècle plus tard en écrivant : « Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà ! ». Ils pointaient tous deux évidemment l’aletheia, indispensable au fonctionnement de la société mais que nous ne retrouvons plus malheureusement aujourd’hui que dans les communautarismes, le monde politico-médiatique devenant de plus en plus un communautarisme.

Etumos est la Vérité qui nous dépasse et que nous cherchons tous sans l’atteindre. Cette recherche s’appelle la spiritualité et commence par accueillir le postulat que si la Vérité nous dépasse, elle est aussi à l’intérieur de nous, mais bien cachée. Socrate l’exprimait en disant que l’âme est immortelle et qu’elle sait alors que l’esprit est mortel et qu’il cherche. Ce travail de l’esprit pour découvrir ce que l’âme sait de toute éternité, c’est ce que proposent toutes les sagesses et toutes les religions. La méditation du Mystique et du Bouddhiste et la prière du Chrétien ou du Musulman les entraînent sur ce chemin de recherche en soi. Pour Socrate il fallait faire accoucher l’âme de ce que l’esprit cherchait. Cette maïeutique, accouchement en grec, a été décortiquée par Socrate comme Platon le raconte dans le Ménon. Comme il ne vient jamais à l’idée de chercher ce que l’on croit déjà savoir, Socrate insiste sur la nécessité de fragiliser ses propres convictions avant de se lancer dans la recherche de la Vérité qui est en soi. Platon nous raconte que Socrate trace au sol un carré de côté deux et demande à un jeune esclave ce que devrait être le côté d’un carré dont la surface serait double du carré dessiné. Le garçon commence par se heurter à l’erreur de la réponse quatre comme à celle de la réponse trois, et c’est uniquement quand le désarroi de son ignorance ouvre l’esprit du garçon que Socrate peut discrètement dessiner la diagonale du carré et que le garçon trouve la réponse en lui-même.

Ce n’est qu’en nous rendant compte que nos convictions nous mènent souvent à une impasse, que nous pouvons travailler l’humilité de le reconnaître, le courage de l’affronter et le discernement d’écouter au fond de nous ce que nous savons déjà.

L’inéluctable révolution

Les trois totalitarismes du XXème siècle, fascisme, communisme et capitalisme, avaient évidemment en commun leur volonté hégémonique de couvrir toute la Terre mais ce qui les rassemblait avant tout, c’était leur matérialisme qui sacralisait les idéologies avec chacune son bouc émissaire, qui la race inférieure, qui le petit bourgeois, qui le populiste. Les liaisons contre nature entre le siècle des Lumières et les penseurs du XIXème siècle nous ont donné le « Deutschland über alles », le « Yes we can » et « L’internationale sera le genre humain ».

Dans tout l’occident on a sacralisé la vanité et imposé un colonialisme intellectuel en mettant en place sur toute la Terre des hommes de pouvoir déformés chez nous.

Aujourd’hui seul reste le capitalisme qui se croit gagnant car il est enfin seul. Sa force est d’utiliser les avancées extraordinaires des moyens de  communication qui se sont mondialisés pour faire croire que la réflexion et l’action se sont aussi mondialisées de la même façon, ce qui est une duperie insigne.

Le capitalisme, sous sa forme présentable de libéralisme, considère comme acquis que sa morale est La Morale, que son intelligence est L’Intelligence, que sa vérité est La Vérité et qu’il sait où il va.

Il a réussi à faire croire que la croissance créait des richesses à se partager, que l’avis majoritaire de la foule était la bonne référence et que la bonne éducation était une accumulation de connaissances choisies par lui. Aucune de ces affirmations ne tient la route. Elles sont mensonges structurels de notre société et personne ne sait où ces âneries nous mènent.

Ce qui me sidère, c’est que j’ai cru ces fadaises parce que l’on m’avait inculqué le rejet des deux autres totalitarismes pourtant tout aussi attractifs au premier abord, et que le mantra « Elles sont intéressantes tes critiques mais qu’est-ce que tu proposes ? » m’avait cloué le bec pendant des décennies. Comme s’il fallait avoir une solution, si possible simple, pour prendre conscience d’un problème !

Aujourd’hui le problème sans solution simple est notre apathie devant les drames qui se préparent et que nous refusons de voir. Cette apathie qui est étymologiquement une absence de souffrance est entretenue par notre addiction au plaisir rendue provisoirement possible par les deux esclavages, bases du capitalisme : Le libre-échange fondement théorique de l’esclavage dans l’espace et le prêt à intérêt, base pratique de l’esclavage dans le temps.

Il ne suffit pas de faire une journée contre l’esclavage et de le réduire stupidement à la traite négrière pour cacher durablement ces deux esclavages  plus scandaleux parce qu’actuels et surtout parce qu’intenables.

Sors ce mois-ci en librairie la seconde édition de mon deuxième livre « L’inéluctable révolution » aux éditions Autres Temps.

Il ne s’agit pas de rêver d’un grand soir mais de faire la révolution, à la fois individuelle et collective, de bâtir nos vies sur le discernement, l’humilité et le courage qui nous manquent tant aujourd’hui. Le discernement, l’humilité et le courage sont la base de ce que les totalitarismes du XXème siècle nous ont fait oublier et qui peut se résumer en un mot : le sacré. Le sacré est ce qui nous dépasse individuellement et collectivement, en bien comme en mal.

C’est l’énergie du sacré, l’égrégore, cette armée disparate et mélangée d’anges de lumière et d’anges déchus, qui avec l’énergie individuelle du travail et celle collective de l’argent crée l’honneur qui s’est tellement affadi aujourd’hui.

La limite du sacré, l’interdit, est forcément entredit car si elle était dite avec des mots cela sombrerait immédiatement dans la limite individuelle qu’est le choix ou la limite collective qu’est la loi. La limite du sacré ne peut parler qu’en contes, qu’en légendes, qu’en paraboles, qu’en mythes. Les mots y disent des choses inventées et l’interdit, l’entredit, dit l’essentiel entre les mots. L’interdit rajouté à la limite individuelle qu’est le choix et à la limite collective qu’est la loi, donne le serment que nous oublions si facilement.

On a mobilisé des peuples par « La Patrie est en danger ». Mais aujourd’hui notre addiction au plaisir nous a fait oublier toute notion cohérente de groupe. Exit la patrie, terre de nos pères, exit la nation, terre où nous sommes nés. Bienvenue au mondialisme, au libéralisme, à l’universalisme qui nous permettent d’évoluer dans des groupes virtuels qui ne sont que des hologrammes avec leur religion de la confiance, de la croyance et de la croissance que nous attendons individuellement comme le Messie en sachant qu’elles ne nous mèneront nulle part. Un agrégat d’individus forme une foule, pas un peuple.

Notre apathie et notre addiction au plaisir sont les vrais dangers.