Nous nous sommes tous enrichis !!!???

« Nous nous sommes tous enrichis puisque le PIB mondial par habitant s’établissait à 452,7 dollars américains en 1960 et à 11 312 en 2018. » est la phrase que le journaliste Michel Faure a écrite sur Contrepoints aujourd’hui, 18 janvier 2020, dans un article commençant par « Tout va bien mais nous allons mal. » présenté comme un « paradoxe français qu’illustre la baisse de la natalité française ».

Ce paradoxe apparent est en effet dans toutes les têtes. Personne ne met sérieusement en doute le fait que nous allons mal et la doxa a réussi à mettre dans toutes les têtes que le PIB est une mesure de la production de richesse et donc de l’enrichissement des peuples. De droite à gauche, des Libéraux aux Socialistes, des Nationalistes aux Mondialistes en passant par les Européistes, tout le monde critique le PIB mais en prend des pourcentages pour les dépenser intelligemment ou pour expliquer comment les Politiques en place gaspillent cette manne et comment ils devraient l’utiliser.

Rappelons encore une fois que le PIB mesure l’activité de négoce. L’INSEE le faisait de trois façons, en chiffrant ce qui était vendu, en comptant ce qui était dépensé et en additionnant les ventes. Elle le fait aujourd’hui d’une façon totalement absconse aux ordres du pouvoir en place, en allant même jusqu’à la stupidité absolue, indigne des polytechniciens qui l’animent, de compter le solde du commerce extérieur dans la seconde façon mais pas dans la première et la troisième.

Appeler produit ce qui n’est qu’une dépense est évidemment une ânerie mais pourquoi donc cette ânerie est présentée partout comme une vérité première en reléguant les discussions des vrais problèmes sur des détails tous faussés ?

La réponse est la somme de deux fausses évidences matraquées par l’université, les Politiques, les médias et ce qui nous sert actuellement d’intellectuels : les entreprises créent de la richesse et la monnaie n’est qu’une institution créée pour faciliter les échanges.

Les entreprises produisent des biens et des services en utilisant l’énergie humaine de leurs salariés et l’énergie monétaire de leurs actionnaires. C’est l’utilisation de ces deux énergies (forces en puissance) qui crée la dynamique (force en action) des entreprises. Leurs productions peuvent êtres des richesses, des déchets, des encombrants ou des problèmes. De même que la vache fait des veaux, du lait, du méthane et des bouses, les entreprises produisent souvent à la fois des richesses, des déchets et des problèmes. Seul le client vient transformer une partie de la production des entreprises en richesse en l’achetant, c’est-à-dire en l’échangeant avec de la monnaie, richesse préexistante. C’est cet échange et uniquement cet échange qui est additionné dans le PIB. Le PIB n’est pas le moins du monde un produit, ni une production, encore moins une création, mais l’addition de tous les constats, chiffrés par la dépense des clients, que les entreprises produisent aussi des richesses à côté des déchets et des problèmes que leurs productions induisent. Ce ne sont que les clients qui transforment par leurs dépenses certaines productions en richesses. Sur-éclairer la production de richesses des entreprises en sous-éclairant à la fois la production de déchets et de problèmes ainsi que la dépense des clients qui a seule transformé la production en richesse, permet de créer la fausse évidence pourtant unanimement admise que les entreprises créent des richesses que l’on va pouvoir, et même devoir d’après certains, se partager.

Mais la stupidité de croire pouvoir dépenser parce que des clients ont préalablement déjà dépensé, n’est rendue possible que par l’autre fausse évidence que la monnaie n’est qu’une institution destinée à faciliter les échanges, autrement dit à faire du PIB et à se croire riche.

Faut-il encore une fois rappeler que la monnaie n’est qu’un titre de créance sur n’importe lequel des membres du groupe qui l’utilise et que ce titre doit avoir la raison d’être qu’une richesse a été préalablement réellement créée aux yeux de ce groupe ? La monnaie n’a de sens  que dans un groupe cohérent et sa quantité suit et ne peut précéder la création de richesse par ce groupe qui utilise pour cela son énergie humaine et son énergie monétaire déjà stockée. C’est la rareté de la monnaie ou son absence qui force les peuples à affronter leurs problèmes, ce dont ils n’ont pas forcément naturellement envie. Nous faisons actuellement exactement l’inverse en remerciant les  banques de créer sans fin et sans raison de la monnaie si ce n’est de faire du PIB en dépensant ou en « investissant », ce qui est le nouveau nom d’une dépense que l’on décrète à priori intelligente. Cela nous permet surtout de n’affronter aucun problème et de nous en sentir très mal car notre bon sens n’est pas encore complètement mort.

On attend le Politique qui utilisera enfin ses talents de bonimenteur pour expliquer la réalité et montrer enfin les vrais problèmes tous dissimulés derrière le paravent onirique du PIB.

Le trépied mensonger de l’incohérence du pouvoir économique

Star trek, Matrix, Men in black, Star wars, Game of Thrones ou Harry Potter, les Anglo-Saxons et leurs obligés européens nous ont entraînés dans des mondes de science-fiction qui sont tous plaisants par la gratuité des énergies utilisées. En nous y projetant nous avons la très agréable sensation de nous sentir des dieux; mieux que des dieux, des hommes qui terrassent les dieux !

Ce ne serait qu’un agréable divertissement si parallèlement les mêmes Anglo-Saxons n’avaient pas inventé, diffusé puis imposé la notion d’investissement, l’idée d’une énergie gratuite appelée monnaie qui permet de rendre apparemment crédibles et atteignables tous nos fantasmes. Ils nous ont appris à geindre qu’il ne nous manque que les moyens. Seule la montée sans fin de la dette nous fait croire réaliste le regard que nous portons sur nous-mêmes. Seul l’aveuglement paresseux des intellectuels autorise notre apathie.

C’est toujours à la fin d’un système que l’on voit que ses failles sont béantes. Le XVIIIe siècle nous a fait croire avec Montesquieu que le pouvoir pouvait se diviser entre ceux qui font les lois, ceux qui les appliquent et ceux qui sanctionnent leur non-respect. Il n’a pas remarqué que ces trois sous-pouvoirs qu’il rêvait indépendants, dépendaient en fait tous les trois de l’air du temps et n’ont jamais été nulle part indépendants. Ils ne sont d’ailleurs jamais identiques et varient aussi bien dans le temps que dans l’espace. Dans la réalité c’est LE pouvoir qui nomme toujours et partout les parlementaires, les gouvernants et les juges. La façon dont il le fait évolue et il le fait ouvertement ou  plus subtilement voire insidieusement selon les lieux et les époques, mais toujours et partout le pouvoir a été unique.

Jusqu’à très récemment le pouvoir était politique, conquis et conservé par la force, ne s’occupant généralement que de son bon plaisir et plus rarement de son devoir, toujours vu par lui-même. Louis XIV, Robespierre, Napoléon, Hitler ou Staline nommaient de fait les parlementaires, les ministres et les magistrats mais leur personnalisation les a abattus de leur vivant ou après leur mort.

L’arrivée des médias, l’anonymat de l’argent, sa circulation sans frein scandaleusement imposée par Bruxelles et les paradis fiscaux ont donné par bêtise le pouvoir à la finance qui aujourd’hui croit gérer le monde. Le pouvoir économique, comme ses prédécesseurs, choisit son législatif, son exécutif et son judiciaire dont quelques exemplaires, façon village gaulois d’Astérix, cherchent encore à se croire indépendants et pour certains, rarissimes, le sont vraiment. La majorité ressemble à notre Président, serviteur zélé du vrai pouvoir qui le récompense largement.

Ceci n’aurait pas une vraie importance si le pouvoir économique était cohérent car aucun pouvoir n’a jamais été admirable.

Les intellectuels, ceux que le pouvoir laisse s’exprimer, soit le défendent soit ne fulminent que contre les intérêts matériels de ce pouvoir économique qui s’en moque éperdument. Le pouvoir en réponse, se contente d’amuser le peuple et de flatter ses émotions pour qu’il ne se réveille pas. Quasiment personne ne dénonce l’incohérence de ce pouvoir économique qui tue les peuples pour survivre encore un moment.

Ce véritable génocide est fondé sur des mensonges soigneusement insérés à grand frais dans les têtes par l’éducation nationale, les médias et les intellectuels en cour.

L’argent n’est pas une énergie, l’argent est gratuit, l’argent peut tout. Ce trépied mensonger de l’incohérence est appelé intelligence par le libéralisme, l’université et une majorité d’intellectuels. Chacun ressent pourtant sans jamais l’exprimer que cette intelligence collective est idiote et ne pousse qu’à se replier sur soi. Le résultat est un individualisme forcené puisque la collectivité a donné le pouvoir à l’incohérence. Comment lui faire confiance en quoi que ce soit ?

Nous pouvons reprocher à juste titre aux gouvernants de ne penser qu’à eux, aux parlementaires de ne penser qu’à eux, aux magistrats de ne penser qu’à eux, à nos concitoyens de ne penser qu’à eux. Mais peut-on arrêter un fleuve dont on ne tarit pas la source ? La réponse est évidemment négative et rien ne pourra bouger avant que nous ne tombions tous d’accord sur le fait que :

L’argent est une énergie, l’argent n’est pas gratuit et c’est parce que l’argent peut tout que sa source doit être claire mais avec un débit dont la limite est connue, comprise et acceptée. Nous en sommes pour l’instant très loin et nous avons donné le pouvoir à ceux qui ont intérêt à ce que nous n’en prenions pas conscience. Cette prise de conscience (la science commune) est pourtant le passage obligé de notre redressement.

Nous vivons actuellement une course contre la montre entre d’une part les frémissements de bon sens qui soulèvent les peuples avec un constat général d’une attente anxieuse, et d’autre part la guerre qui viendra remettre comme d’habitude les pendules à l’heure avec son cortège de malheurs.

Que de gens qui se croient celui que le peuple attend ! Mais où sont donc ceux qui veulent d’abord comprendre sans tout caricaturer  ?

Vœux 2020

En ce début de la dernière année de cette décennie, je forme le vœu que nous retrouvions l’harmonie entre l’individuel et le collectif. Oui, même si cela fait ricaner les imbéciles, c’était mieux avant, quand cette harmonie existait. Surtout ce sera mieux après, lorsque nous l’aurons retrouvée.

Deux éléments nous ont fait perdre cette harmonie : la survalorisation de l’individu et le fantasme de l’énergie gratuite. Les deux se confortent l’un l’autre et nous aveuglent.

La philosophe Simone Weil qui devrait être au Panthéon, nous a pourtant rappelé qu’un droit n’est qu’une reconnaissance par les autres de leur obligation alors qu’une obligation est une nécessité vitale. Robinson Crusoé, tout seul sur son île n’avait aucun droit mais il avait des obligations. Nos droits n’existent que par la réalité du collectif auquel nous appartenons. Et c’est cette réalité qui n’est plus vécue et qui est fantasmée.

Les dieux n’ont des droits que parce que les hommes ont des devoirs. Les hommes ont toujours et partout, à la notable exception des Aborigènes d’Australie, tenté de se prendre pour des dieux en créant des esclaves qui n’ont que des devoirs et dont la vie est de moindre importance. Aujourd’hui, toute honte bue, nous avons porté au pouvoir des individus qui nous flattent en recréant trois esclavages pour que nous puissions continuer à nous prendre pour des dieux. Ils créent  avec le mondialisme l’esclavage dans l’espace. Ils créent avec la dette l’esclavage dans le temps. Ils tentent de créer avec l’immigration un esclavage ici et maintenant qui génère plus de Spartacus que d’oncles Tom car ils débarquent avec leur cohérence pour constater que nous avons perdu la nôtre.

Survaloriser l’individu c’est ne plus accueillir la mort comme partie de la vie et ne plus en atténuer la douleur par les familles nombreuses comme le font tous les animaux. Survaloriser l’individu c’est renoncer à donner un sens à sa vie et se contenter du plaisir en considérant le bonheur comme inatteignable. Survaloriser l’individu c’est surcharger les hommes d’obligations pour leur faire croire qu’ils ont des droits. Survaloriser l’individu c’est en fait le mépriser en le flattant, ce que fait très bien le nouveau haut clergé, subtil mélange de politiques, de médias et de patrons de Cac 40, fausse noblesse dévoyée à la sexualité compliquée qu’elle aimerait voir banalisée.

Mais ceci n’est rendu possible que par le déni que la monnaie est une énergie et par sa fabrication en continu par et pour le haut clergé qui se félicite de voir grimper les prix de ce qu’il aime, l’immobilier, les œuvres d’art et les actions en bourse. Il feint de ne pas voir que ces hausses de prix ne sont pas des augmentations de valeur mais des dévalorisations de monnaies qui appauvrissent les peuples dont il se moque éperdument tout en jurant bien sûr le contraire.

Les révolutions grondent partout et les différents hauts clergés tremblent de leur absence d’avenir par manque d’harmonie. Puissent 2020 et le peuple français être ce que les fleuves Alphée et Pénée ont été pour les écuries d’Augias.