Le trépied mensonger de l’incohérence du pouvoir économique

Star trek, Matrix, Men in black, Star wars, Game of Thrones ou Harry Potter, les Anglo-Saxons et leurs obligés européens nous ont entraînés dans des mondes de science-fiction qui sont tous plaisants par la gratuité des énergies utilisées. En nous y projetant nous avons la très agréable sensation de nous sentir des dieux; mieux que des dieux, des hommes qui terrassent les dieux !

Ce ne serait qu’un agréable divertissement si parallèlement les mêmes Anglo-Saxons n’avaient pas inventé, diffusé puis imposé la notion d’investissement, l’idée d’une énergie gratuite appelée monnaie qui permet de rendre apparemment crédibles et atteignables tous nos fantasmes. Ils nous ont appris à geindre qu’il ne nous manque que les moyens. Seule la montée sans fin de la dette nous fait croire réaliste le regard que nous portons sur nous-mêmes. Seul l’aveuglement paresseux des intellectuels autorise notre apathie.

C’est toujours à la fin d’un système que l’on voit que ses failles sont béantes. Le XVIIIe siècle nous a fait croire avec Montesquieu que le pouvoir pouvait se diviser entre ceux qui font les lois, ceux qui les appliquent et ceux qui sanctionnent leur non-respect. Il n’a pas remarqué que ces trois sous-pouvoirs qu’il rêvait indépendants, dépendaient en fait tous les trois de l’air du temps et n’ont jamais été nulle part indépendants. Ils ne sont d’ailleurs jamais identiques et varient aussi bien dans le temps que dans l’espace. Dans la réalité c’est LE pouvoir qui nomme toujours et partout les parlementaires, les gouvernants et les juges. La façon dont il le fait évolue et il le fait ouvertement ou  plus subtilement voire insidieusement selon les lieux et les époques, mais toujours et partout le pouvoir a été unique.

Jusqu’à très récemment le pouvoir était politique, conquis et conservé par la force, ne s’occupant généralement que de son bon plaisir et plus rarement de son devoir, toujours vu par lui-même. Louis XIV, Robespierre, Napoléon, Hitler ou Staline nommaient de fait les parlementaires, les ministres et les magistrats mais leur personnalisation les a abattus de leur vivant ou après leur mort.

L’arrivée des médias, l’anonymat de l’argent, sa circulation sans frein scandaleusement imposée par Bruxelles et les paradis fiscaux ont donné par bêtise le pouvoir à la finance qui aujourd’hui croit gérer le monde. Le pouvoir économique, comme ses prédécesseurs, choisit son législatif, son exécutif et son judiciaire dont quelques exemplaires, façon village gaulois d’Astérix, cherchent encore à se croire indépendants et pour certains, rarissimes, le sont vraiment. La majorité ressemble à notre Président, serviteur zélé du vrai pouvoir qui le récompense largement.

Ceci n’aurait pas une vraie importance si le pouvoir économique était cohérent car aucun pouvoir n’a jamais été admirable.

Les intellectuels, ceux que le pouvoir laisse s’exprimer, soit le défendent soit ne fulminent que contre les intérêts matériels de ce pouvoir économique qui s’en moque éperdument. Le pouvoir en réponse, se contente d’amuser le peuple et de flatter ses émotions pour qu’il ne se réveille pas. Quasiment personne ne dénonce l’incohérence de ce pouvoir économique qui tue les peuples pour survivre encore un moment.

Ce véritable génocide est fondé sur des mensonges soigneusement insérés à grand frais dans les têtes par l’éducation nationale, les médias et les intellectuels en cour.

L’argent n’est pas une énergie, l’argent est gratuit, l’argent peut tout. Ce trépied mensonger de l’incohérence est appelé intelligence par le libéralisme, l’université et une majorité d’intellectuels. Chacun ressent pourtant sans jamais l’exprimer que cette intelligence collective est idiote et ne pousse qu’à se replier sur soi. Le résultat est un individualisme forcené puisque la collectivité a donné le pouvoir à l’incohérence. Comment lui faire confiance en quoi que ce soit ?

Nous pouvons reprocher à juste titre aux gouvernants de ne penser qu’à eux, aux parlementaires de ne penser qu’à eux, aux magistrats de ne penser qu’à eux, à nos concitoyens de ne penser qu’à eux. Mais peut-on arrêter un fleuve dont on ne tarit pas la source ? La réponse est évidemment négative et rien ne pourra bouger avant que nous ne tombions tous d’accord sur le fait que :

L’argent est une énergie, l’argent n’est pas gratuit et c’est parce que l’argent peut tout que sa source doit être claire mais avec un débit dont la limite est connue, comprise et acceptée. Nous en sommes pour l’instant très loin et nous avons donné le pouvoir à ceux qui ont intérêt à ce que nous n’en prenions pas conscience. Cette prise de conscience (la science commune) est pourtant le passage obligé de notre redressement.

Nous vivons actuellement une course contre la montre entre d’une part les frémissements de bon sens qui soulèvent les peuples avec un constat général d’une attente anxieuse, et d’autre part la guerre qui viendra remettre comme d’habitude les pendules à l’heure avec son cortège de malheurs.

Que de gens qui se croient celui que le peuple attend ! Mais où sont donc ceux qui veulent d’abord comprendre sans tout caricaturer  ?

Une réflexion au sujet de « Le trépied mensonger de l’incohérence du pouvoir économique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *