Réflexion sur le commerce extérieur

Le mot commerce vient du latin merces qui veut dire prix et du préfixe co qui veut dire ensemble.  Le commerce est un accord sur le prix et le commerce extérieur est un accord sur le prix entre personnes qui n’ont pas forcément la même idée de la richesse. Le prix est en effet sans doute en économie la notion la plus difficile à approcher car il quantifie une richesse qui n’est qu’une notion qualitative qui varie selon les civilisations, les lieux et les moments. Dans une même nation le prix quantifie ce que tous voient comme une même richesse, et le prix remplace à l’intérieur de la nation, l’échange des êtres qui se pratique encore dans une famille ou un groupe d’amis. En revanche dans le commerce extérieur où les deux parties ont souvent des approches différentes de la richesse, le prix n’a guère de sens et la seule solution pratique est normalement l’échange des avoirs, le troc, qui permet aux deux parties d’apprécier, chacune avec son regard, l’équivalence des deux ensembles de biens échangés, sans tenir compte de la différence de regard que chaque partie porte sur tel ou tel élément des ensembles échangés. Une partie peut en effet penser que tel élément est une richesse alors que l’autre n’y voit qu’un encombrant quand, à l’inverse, l’autre partie trouve ailleurs qu’un encombrant de l’autre est pour elle une richesse. C’est ce qu’a vécu Christophe Colomb lors de sa rencontre avec les indigènes du nouveau continent et ce qui est la base d’un commerce international judicieux.

Mais à partir de la deuxième guerre mondiale s’est engagé un combat discret mais féroce entre le bon sens et une idéologie imposée plus qu’expliquée et qui nous gouverne encore aujourd‘hui. Le bon sens a continué à mettre comme premiers essentiels le droit au travail et le devoir du travail pour tous les citoyens afin que chacun contribue du mieux possible au « bien commun », étymologie du mot république. Ce bon sens était la base économique du Conseil National de la Résistance qui avait dans son programme « une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général » avec« le droit au travail et le droit au repos ». Le droit au travail a été inscrit dans les deux constitutions françaises qui ont suivi la guerre. Il y est toujours inscrit même si, au moment où Mitterrand s’est converti au libre-échange, il a fait dire par le conseil constitutionnel dont il venait de nommer président son ami Daniel Mayer, que le droit au travail n’était pas une créance qu’avait tout citoyen sur l’État et que le devoir de l’État se limitait à faire des efforts pour le plein emploi et non de respecter la lettre de la constitution. Cette idéologie a construit parallèlement, sous les beaux-mots de libéralisme et de libre-échange, une usine à gaz incohérente qui survalorise la liberté au détriment de l’égalité et de la fraternité. La troïka politico-médiatico-universitaire qui nous gouverne, cherche à nous la faire croire cohérente en y dépensant toute son énergie.

Le bon sens met en avant le plein emploi, le droit au travail, l’utilisation productive de toutes les énergies des citoyens et ne voit un intérêt au commerce extérieur que s’il ne nuit pas au plein emploi et s’il apporte aux deux parties par l’échange, un plus fondé sur des approches différentes de la richesse. Le libéralisme au contraire voit le chômage comme une variable d’ajustement et met en avant la baisse des prix pour stimuler la consommation, rentabiliser les machines où qu’elles soient et ne favoriser l’emploi que dans les secteurs ou chaque pays aurait un « avantage comparatif ».

L’avantage comparatif est le raisonnement essentiel proposé par David Ricardo pour donner une base théorique au libre-échange prôné par Adam Smith. Ricardo compare une Angleterre et un Portugal qui produiraient tous les deux du vin et du drap de mêmes qualités, chaque fabrication demandant moins de temps au Portugal (90 heures pour une pièce de drap et 80 heures pour une barrique de vin) qu’en Angleterre (100 heures pour une pièce de drap et 120 heures pour une barrique de vin). Ricardo démontre mathématiquement que sur l’ensemble des deux pays, on produit dans un temps donné davantage de drap et de vin si le Portugal se spécialise là où il est le meilleur et si l’Angleterre se spécialise là où elle est la moins mauvaise. Le calcul est simple à faire et irréfutable tant qu’il s’appuie sans le dire sur deux hypothèses : le plein emploi dans les deux pays où il s’agit simplement d’utiliser au mieux les heures de travail, et un regard commun sur le vin et sur le drap, considérés dans les deux pays comme une richesse. En 1817 il n’était pas concevable que quelqu’un survive sans travailler et que l’alcool ne soit pas considéré comme une richesse. L’avantage comparatif de Ricardo démontre ce que le bon sens applique depuis toujours, à savoir que chacun est utile là où il est le meilleur ou le moins mauvais. Il n’y a pas de quoi en faire des gorges chaudes que certains économistes font sans voir que les deux hypothèses cachées sont aujourd’hui devenues fausses et que, sans le plein emploi et sans un regard commun sur la richesse, le raisonnement de Ricardo s’effondre. Ricardo avait raison quand l’Angleterre et le Portugal appartenaient au même monde. Le libéralisme aurait raison si le monde entier faisait sien le regard occidental. Ricardo avait aussi raison si on applique l’avantage comparatif entre un homme et une femme mais là il est devenu interdit de le dire et même d’y penser. Tant pis pour la biodiversité quand elle est humaine !

La bataille a commencé très tôt. En février 1946, le Conseil économique et social des Nations Unies convoque une « conférence internationale sur le commerce et l’emploi en vue de favoriser le développement de la production, des échanges et de la consommation des marchandises ». La conférence s’est tenue à La Havane du 21 novembre 1947 au 24 mars 1948. Il en est sorti la Charte de La Havane signée par l’ONU et 53 pays et créant l’Organisation Internationale du Commerce (OIC). La Charte de La Havane stipulait que le commerce extérieur devait d’abord ne pas nuire au plein emploi de chaque pays et que par conséquent l’import et l’export devaient obligatoirement s’équilibrer et soient un bénéfice pour tous, chaque pays ayant son regard personnel sur la richesse. Bien que signée par tout le monde y compris les États-Unis, la charte de la Havane n’a pas été ratifiée par le Sénat américain et Truman a renoncé à la lui faire ratifier en 1950 quand la guerre de Corée a éclaté. L’OIC était morte alors qu’elle était le bon sens.

Les partisans du libre-échange de 23 pays ont parallèlement mis en place à Genève hors ONU dès octobre 1947 le GATT (en anglais : Accord Général sur les Tarifs douaniers et le Commerce) qui n’a pas l’emploi dans ses buts et qui veut réduire voire supprimer les droits de douane prônés par les tenants du plein emploi. En diminuant par 8 fois les droits de douanes, cycle après cycle, round après round puisque ce sont les Anglo-Saxons qui étaient à la manœuvre, le GATT puis l’OMC créé à Genève hors ONU en 1995, ont réduit les peuples à un rôle de consommateurs de plus en plus inutiles au profit des possesseurs de machines qui doivent vendre leur production où qu’elle se fasse. On invente une activité à ces consommateurs inutiles dans l’administration, les associations ou les services à la personne, le tout payé par la montée sans fin de l’emprunt en appelant toute dépense, création de richesse. La montée mondiale de la dette fait croire que nous créons les richesses nécessaires en se convainquant par la stupidité très commode du PIB qu’en additionnant des dépenses, on crée de la richesse.

Les droits de douane sont pourtant le mécanisme qui permet d’équilibrer l’import et l’export, de protéger les emplois d’un pays en augmentant artificiellement le prix de ce qui est fabriqué moins cher à l’étranger quelle qu’en soit la raison. L’OIC leur donnait leur sens profond en mettant la priorité sur le plein emploi, le GATT avait au contraire comme seule ambition de les supprimer sans se soucier du chômage qu’il générait. L’agonie puis l’oubli voulu de l’OIC et la victoire de l’OMC nous a menés à l’impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui et que nous encensons par le libre-échange.

Le joli mot de libre-échange n’est qu’un leurre qui nous éblouit tous.

L’économiste Jacques Nikonoff écrivait déjà en octobre 2006 « Le libre-échange a été érigé en tabou. Ceux qui le combattent et qui considèrent que la nation a un rôle à jouer sont qualifiés de nationalistes ou souverainistes ; ceux qui considèrent qu’il faut respecter la souveraineté populaire sont accusés de populistes ; ceux qui considèrent que l’Etat doit réguler les marchés sont stigmatisés comme étatistes ; et ceux qui critiquent le libre-échange sont jugés protectionnistes. » Le mépris remplace en effet le raisonnement.

L’occident anglo-américain a imposé son regard par le GATT puis par l’OMC aux socialistes comme aux libéraux, et a considéré que la Terre entière devait avoir leur regard sur la richesse, le premier regard étant que le dollar était de l’or. « Dollar is gold ». Le commerce extérieur est devenu le libre-échange, un échange complètement biaisé entre des biens et une monnaie exclusive, le dollar, imposé comme réserve mondiale de richesse qu’il n’est plus depuis août 1971, date de sa déconnection de l’or.

Les Libéraux comme les Socialistes ont tous oublié la Charte de La Havane. Ils nous entraînent ensemble avec L’UE et l’OMC vers un abandon de nous-mêmes. Faire payer les autres ou nous vendre nous-mêmes. C’est la réaction à cet abandon inacceptable qui se génère heureusement partout actuellement.

En face il n’y a que du vent. Gabriel Attal, fidèle au miroir aux alouettes macroniste, tente en vain de nous convaincre par affirmations péremptoires : on a « besoin du marché unique » ou « un emploi, c’est l’UE qui le permet » !

Réflexion sur la richesse

Nous sommes parait-il l’un des pays riches, ce qui nous permet de dépenser ce qu’il faut pour rendre crédible nos idéologies, d’accueillir tous ceux qui partagent la croyance que nous avons dans notre richesse et de nous croire protégés, encore que ce dernier point commence à faiblir. Mais a-t-on réfléchi à ce qu’est la richesse ? Prospérité vient du latin prosper qui voulait dire heureux. Le bonheur ne se quantifie pas, et la richesse semble se quantifier.

Sur les trois qualités de base que sont le vrai, le bien et le beau qui ne s’approchent que qualitativement en s’exprimant avec des mots contrairement au quantitatif qui s’exprime avec des chiffres, deux détails laissent souvent perplexe. Le premier est le choix du bien et non du bon, distinction des langues latines que les Anglo-Saxons traduisent tous par un seul mot, good ou gut. Le second est qu’en les mariant deux à deux, étant des concepts qualitatifs, on ne peut obtenir que d’autres concepts qualitatifs. C’est assez simple avec le vrai et le bien qui donnent le juste qui ne se quantifie pas ; c’est encore assez simple avec le beau et le vrai qui donnent le pur qui ne se quantifie pas non plus; mais cela devient compliqué avec le mariage du bien et du beau qui donnent le riche qui semble se quantifier. La richesse serait-elle quantitative et serait-il erroné de prétendre qu’elle n’est qu’un mariage à trois entre ce qui est beau, ce qui est bien et ce qui est bon ?

D’abord quelle est la différence entre le bien et le bon que ne font pas les Anglo-Saxons ? Nous avons deux façons d’aborder ces sujets. Nous pouvons les approcher par nos cinq sens, percevoir le vrai par le toucher comme saint Thomas, le beau par la vue et l’ouïe, et le bon par le goût et l’odorat. Nous pouvons aussi les aborder directement par la pensée comme nous le faisons naturellement quand nous qualifions tout ce qui n’est pas à la portée de nos cinq sens. Pour le vrai et le beau, les deux approches, concrète et abstraite, utilisent le même mot. Mais pour le troisième, l’approche concrète par la bouche et le nez utilise le bon alors que l’approche abstraite utilise le bien sauf si elle a besoin d’un adjectif que ne possède pas le bien, auquel cas elle utilise le bon. Ce sera le bon élève, la bonne actrice ou le bon sens. Le bon reste majoritairement un synonyme de l’agréable quand le bien est plus celui de l’adéquat. Comme nous sommes dans l’approche intellectuelle et non simplement sensorielle, il parait judicieux d’utiliser le bien même s’il ne faut jamais oublier que le bon n’est pas loin.

Ensuite nous savons tous que ce qui est qualitatif est une opinion qui peut varier suivant les individus, les lieux et les moments, alors que ce qui est quantitatif se veut objectif et mesurable. La richesse est-elle une opinion ou une réalité mesurable ?

Dans l’univers tout est énergie mesurable dans un décor illimité et mesurable qui se subdivise en ce qui est réversible appelé espace et ce qui est irréversible appelé temps. Tout ce qui est mesurable et qui n’est ni une durée ni une distance, relève de l’énergie que les hommes cherchent depuis toujours à utiliser à leur profit. N’importe quel caillou peut se mesurer par ses dimensions mais aussi par l’énergie de liaison qui réunit dans un atome protons, neutrons et électrons, dans une molécule les atomes et dans le caillou les molécules. Nous commençons à savoir chiffrer cette énergie et nous rêvons de savoir un jour l’utiliser.

Ces deux détails étant dégauchis, une première constatation sur la richesse est qu’elle est le regard qu’un peuple porte sur lui-même, sur ce qu’il aime, qu’il admire et ou qu’il envie. Nous sommes dans le bien, dans le beau et dans le bon. C’est donc bien au départ un concept qualitatif qui varie suivant les civilisations. Amadou Toumani Touré, président du Mali, disait « Nous sommes riches de la famille ». Chez les Incas « La richesse était liée non pas à la possession des biens mais à l’accès à la main-d’œuvre pour la production de la communauté » donc au pouvoir. On comprend mieux pourquoi le mot riche vient du mot franc riki qui voulait dire pouvoir. L’Inca et sa famille étaient considérés comme riches car ils avaient accès à la main d’œuvre de tous. En occident tout ce que nous trouvons beau, bon ou bien et que nous achetons volontiers si nous le pouvons, est réputé richesse mais ce n’est pas elle qui se chiffre, mais l’argent dépensé à l’obtenir, ce qui change absolument tout car nous passons d’une richesse qualitative à une dépense quantitative. C’est tout le mystère du prix qui tente par la monnaie de quantifier le qualitatif. Il y arrive ponctuellement en un lieu donné et à un moment donné. Mais comme le prix ne quantifie ni une durée ni une distance, c’est donc une énergie qu’il mesure puisque, faut-il le répéter, seuls le temps, l’espace et l’énergie se mesurent. Le prix mesure l’énergie qu’il a fallu dépenser pour obtenir ce bien ou ce service, pour le produire, le distribuer et pour l’acheter.

Tout cela était vrai quand la monnaie était une richesse en soi comme l’or et quand c’était elle qui faisait passer du qualitatif de la richesse au quantitatif du prix. Il y avait certes déjà le risque de limiter la richesse à ce qui s’achète en en excluant, entre autres, la spiritualité,  la famille, la gestation ou la nation. Ce risque a été évité pendant des siècles par la religion porteuse de la richesse qualitative. Elle rajoutait Dieu à César.

Mais la deuxième moitié du XXe siècle a tout chamboulé dans notre Occident qui s’était voulu civilisateur en ne voyant le mot civilisation qu’au singulier tellement la nôtre était à l’époque cohérente. L’incohérence actuelle s’est construite simultanément sur la négligence progressive de la richesse non quantifiable (spiritualité famille gestation nation…) et sur le passage subreptice d’une monnaie richesse reconnue à une monnaie richesse à trouver grâce au passage des anciennes monnaies réelles aux nouvelles monnaie fiduciaires, puis faussement fiduciaires et enfin scripturales, toutes confondues dans leur utilisation  comme si elles étaient des monnaies réelles. La monnaie facile et l’abandon de la richesse non quantifiable s’allient actuellement pour tuer notre civilisation.

Les monnaies réelles étaient des richesses reconnues en elles-mêmes comme l’or, le sel ou le bétail. Elles véhiculaient l’énergie humaine qu’il avait fallu dépenser pour les obtenir et qui était amassée dans ce bien réel. Elles avaient été préalablement prélevées sur la richesse populaire et étaient donc par construction limitées. La valeur de ces monnaies réelles était le regard que portait un peuple sur la capitalisation dans la monnaie d’un effort qu’il connaissait bien pour le faire tous les jours.

Construire l’incohérence actuelle s’est fait par étapes. D’abord dans un souci de commodité, on a inventé la monnaie fiduciaire qui est fondé sur la confiance comme son nom l’indique. Une banque, dite centrale, émet des billets et on lui fait confiance quand elle affirme qu’elle possède l’équivalent en monnaie réelle dans ses coffres. Dans son bilan elle met la valeur de la monnaie réelle qu’elle détient à son actif et la monnaie qu’elle émet de même valeur à son passif. Jusque-là pas de problème, cela reste cohérent.

Mais c’est la monnaie scripturale qui rend le tout incohérent par l’invention de la monnaie facile et illimitée. La monnaie scripturale n’est plus liée à une richesse réelle, elle n’est créée que pour être distribuée, récupérée avec intérêts et détruite. La banque inscrit au nom de son client à son passif, la somme qu’elle crée et qu’elle met à la disposition dudit client. En même temps elle inscrit à son actif la même somme à récupérer avec intérêts sur le même client. La monnaie scripturale a été créée au bon vouloir de la banque sans aucun lien avec une monnaie réelle. Les banques le justifient en insistant sur la destruction de cette monnaie dès son remboursement avec intérêts. Elles oublient de préciser qu’à elles toutes, elles créent plus de monnaie scripturale qu’elles n’en détruisent ce qui se vérifie par la montée incessante des dettes individuelles, nationales et mondiale. Cette création totalement artificielle de monnaie scripturale est tellement agréable que les banques centrales  qui n’ont théoriquement pas le droit de prêter de l’argent, ont contourné cette interdiction par le « quantitative easing » en rachetant des créances même pourries aux États comme aux institutions financières pour pouvoir émettre et distribuer une monnaie qui est faussement fiduciaire et en réalité scripturale garantie par ces créances douteuses tout en faisant croire qu’elle est toujours une monnaie fiduciaire donc digne de confiance. A titre d’exemple au 31 décembre 2023, le bilan de la banque centrale européenne n’a à son actif que 649 milliards d’euros en or sur un actif global de 6.935 milliards d’euros. Moins de 10 % de la monnaie émise par la BCE est encore une monnaie fiduciaire garantie par une monnaie réelle, plus de 90 % est une monnaie scripturale uniquement garantie par l’énergie que les hommes devront dépenser demain pour payer les institutions qui doivent de l’argent à la banque centrale.

Quel avenir dans ces conditions pour éviter la guerre, la révolution, l’esclavage ou la soumission à la cohérence de l’islam ? Il est vraiment triste d’observer que si peu de gens se posent la question et qu’ils observent apathiques la montée simultanée et en ordre dispersé des quatre désastres. L’argent facile et le dédain des richesses non quantifiables semblent nous avoir définitivement endormis.

Raisonnements justes sur une base fausse

C’est au début du collège que l’on apprend que « plus par moins donne moins » mais on oublie vite que des raisonnements justes sur une base fausse donnent des résultats erronés. C’est ce que nous vivons aujourd’hui en économie où une multiplicité de raisonnements pour la plupart justes, se fracassent sur le fait trop mal perçu qu’ils s’appuient tous sur une base imaginaire, inexistante et donc irréaliste, fausse et pourtant partagée dans un malheureux consensus assez inexplicable.

Cette base erronée est la création collective de richesse quasiment unanimement admise, chiffrée par le PIB et donc accueillie comme une donnée solide par l’immense majorité d’entre nous.

Déjà l’idée même de chiffrer la richesse est curieuse puisque la richesse, comme la justice ou la pureté, sont des notions qualitatives et non quantitatives, ces trois notions n’étant que les assemblages, deux à deux, des trois notions qualitatives de base que sont le beau, le vrai et le bien. Le beau et le vrai donnent le pur ; le vrai et le bien donne le juste ; le bien et le beau donnent le riche.

Cherchant à faire partager nos propres regards par le plus grand nombre, nous avons mis en place des échelles de 0 à 100 pour tenter de comparer quantitativement les degrés de pureté, de richesse ou de justice. Leur accoler un pourcentage de réussite donne en effet une apparence d’objectivité au regard que nous portons sur ces notions totalement subjectives. Mais nous n’avons tout de même jamais osé faire croire que nous créions de la pureté ou de la justice, nous nous sommes toujours contentés de constater une pureté ou une justice plus ou moins réussie, plus ou moins aboutie.

Comment en sommes-nous arrivés à croire à une prétendue création de richesse, et même à nous croire capable d’utiliser cette nouvelle richesse imaginaire pour le bien commun qui se dit commonwealth en anglais et république en français ?

En français les trois regards qualitatifs de base sur le beau, le bien et le vrai se sont longtemps mélangés en tous domaines et ont donné des expressions les confondant presque : « C’est bel et bien lui », « au beau milieu du gué » ou « une bonne grippe » expriment par exemple toutes le vrai. Quant aux trois regards tout aussi qualitatifs du riche, du juste et du pur, ils se sont presque spécialisés, chacun dans son domaine de prédilection. Le riche a nourri le matériel, le juste a ensemencé le social et le pur a étoffé le spirituel. Chacun exprime à sa manière l’élément qui lui manque : la justice à qui il manque le beau, se rend dans des palais ; la pureté à qui il manque le bien peut reconnaître de purs salauds. Quant à la richesse, c’est le vrai qui est sa faiblesse et qu’elle revendique pourtant. La recherche de la réalité de la richesse motive l’homme depuis toujours car il aime posséder ce qui lui parait beau et bon.

L’étymologie du mot richesse est éclairante car, comme le mot allemand reich, il vient du mot franc riki qui veut dire pouvoir. C’est l’argent qui dirige le monde et, même s’il se déguise en démocratie, chacun peut constater qu’au niveau d’une nation, n’est élu que celui qui peut dépenser ce qu’il faut pour l’être. Les idées comptent beaucoup moins que l’épaisseur du portefeuille qui seul donne accès à toutes les formes de communication.

C’est la communication sur la richesse qui est actuellement une insulte à l’intelligence en laissant croire que ce qui est faux est simplement trop compliqué pour être compris par le commun des mortels. Pour affirmer que le faux est vrai, il suffit de le chiffrer et de veiller à ce que toutes les portes de la compréhension du chiffrage soient bien fermées. C’est merveilleusement réussi avec le PIB qui chiffre cette prétendue création de richesse. Il est donc indispensable d’ouvrir les portes de la compréhension du chiffrage pour en montrer la stupidité, pourtant faite (sur ordre ?) par les polytechniciens de l’Insee.

Le PIB chiffre simplement les achats et les ventes, tous les échanges faits entre d’un côté un bien ou un service et de l’autre de l’argent. L’Insee le calcule de trois manières : en chiffrant ce qui est vendu au prix des dernières ventes, en comptant ce qui a été dépensé pour acheter et enfin en détaillant l’origine de l’argent dépensé. Cette troisième façon de calculer qui ne rajoute absolument rien est une première application du fameux théorème probablement apocryphe de Charles Pasqua « Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien ». On a visiblement appris à Polytechnique à appliquer ce théorème.

A force d’avoir tout fait pour que personne ne comprenne plus rien à rien en incluant par exemple le commerce extérieur dans la deuxième façon de calculer le PIB mais pas dans les deux autres tout en prétendant trouver le même résultat, l’Insee a réussi à ce que la plupart des observateurs se contentent du premier calcul en l’appelant très finement « valeur ajoutée » avec son odeur de création de richesse. Ce mode de calcul additionne toutes les ventes des entreprises et en enlève  ce qu’elles ont payé en amont pour ne pas le compter deux fois. C’est en effet une valeur ajoutée par et pour l’entreprise mais comme elle est réalisée, avec toutes les valeurs ajoutées en amont, par ce que dépensent ses clients, la valeur ajoutée globale est toujours strictement égale à zéro en économie nationale.

Le PIB est et n’est que le chiffrage des productions nationales en nature transformables en monnaie. La façon la plus simple de le calculer est la seconde façon de l’Insee à savoir l’addition de toutes les dépenses sans distinguer si elles sont intelligentes ou stupides. Les investissements catastrophiques d’Anne Lauvergeon chez Areva ont fait du PIB comme les augmentations de fonctionnaires en nombre ou en rémunération, ou encore la prostitution et la consommation de drogues illicites. Le PIB chiffre aussi heureusement mais en les mélangeant avec les stupides, les dépenses intelligentes de nourriture, d’investissement utile ou simplement raisonnables.

L’Insee détaille la répartition des dépenses (présentée bien sûr comme la répartition du PIB) entre les dépenses faites par les ménages, les administrations publiques (APU) et les sociétés financières et non financières.

Source : Insee, comptes nationaux

Mais c’est la confusion entre dépense et création de richesse qui fausse absolument tout et que peu de gens acceptent de regarder en face tellement cela bouleverse tout. La dépense était une preuve de prospérité lorsque la monnaie était une richesse reconnue comme l’or ou liée à une richesse reconnue. Mais aujourd’hui où 90 % de la monnaie en circulation est une monnaie scripturale créée par les banques commerciales sous le principe « les crédits font les dépôts », les dépenses ne sont plus du tout des preuves de prospérité comme aux temps maintenant lointains où les dépôts faisaient les crédits. Aujourd’hui on crée de l’argent à partir de rien et, en le dépensant nous fabriquons mathématiquement du PIB que les médias, les politiques et les universitaires s’acharnent avec une bonne foi à vérifier, à nous présenter comme des créations de richesses. Pour les administrations publiques, ce qu’elles coûtent nous est présenté comme « une production non marchande » comme la sueur ou l’urine. Plus elles coûtent, plus elles produisent, nous affirme-t-on. Pour les ménages, admirons le contorsionnisme de ChatGPT qui reprend l’explication officielle en quoi nos dépenses sont des créations de richesses : « la consommation des ménages contribue au PIB en stimulant la demande de biens et de services dans une économie, ce qui encourage la production et la création de valeur ajoutée, et donc la croissance économique ». On se raccroche aux branches de la « valeur ajoutée » des entreprises qui est nulle en macroéconomie puisqu’uniquement créée par la valeur retranchée aux portefeuilles des clients. Pour revenir au « camembert » du PIB fait par l’Insee, les 60 % de PIB fait par les sociétés non financières, sont en réalité principalement des dépenses des ménages mais le saut permanent entre ce qui est en nature et ce qui est en monnaie dans les échanges entre les deux, seuls constitutifs du PIB, permet toutes les embrouilles.

Mais il est tellement agréable de croire qu’une nouvelle manne divine nous est donnée, surtout si nous ne croyons pas en Dieu, que tous ceux qui ont besoin du peuple pour survivre, continueront à prétendre que le PIB chiffre notre création annuelle de richesse et que leur énergie est bien utilisée à toujours mieux la répartir. Ils sont tellement nombreux à tourner en rond et à créer des normes pour tout compliquer et se croire utiles, que ceux qui sont vraiment utiles, les paysans, les ouvriers, les artisans et ceux qui sont à leur service comme les médecins, les vétérinaires, les architectes, les comptables ou les instituteurs, devront disparaître comme on le constate déjà, pour que la montée sans fin de la dette les fassent tenir un peu plus longtemps, croient-ils !

Le funeste triple saut et l’inversion des valeurs

Retarder et même vaincre la mort et devenir immortel est depuis toujours le rêve inaccessible du genre humain. La mort étant généralement acceptée comme inéluctable, seuls les dieux ne grandissent ni ne vieillissent, leurs âges étant définitivement fixés. A ce défi les religions ont apporté des réponses, des commentaires et des onguents. Toutes proposent une vie après la mort. Certaines offrent l’immortalité de l’âme et même la résurrection des corps. D’autres proposent une nouvelle vie dans un corps d’autant plus proche ou éloigné de celui d’une vie facile, que la vie écoulée a été bonne ou mauvaise. Dans tous les cas, un regard sur la vie écoulée détermine le futur. Les religions ont toutes généré sur la base de ce regard futur inéluctable, des valeurs traditionnelles, fondées sur le réalisme et le bon sens et à peu près identiques dans toutes les religions. Ces valeurs ont été partout transcrites par le politique dans des lois créant des mariages conflictuels entre le politique et le religieux. Toute l’histoire mondiale s’est inscrite dans le déroulé de ces mariages conflictuels violents ou doucereux entre le temporel et le spirituel.

Toute l’histoire ? Non ! Comme le village d’Astérix sans cimetière qui a résisté seul à César grâce à une potion magique, l’Occident dans la seconde partie du XXe siècle a imaginé qu’il pouvait proposer une nouvelle voie avec une nouvelle immortalité rendue possible grâce à une nouvelle potion magique à laquelle tout le monde a cru pendant des décennies.

La monnaie, qui avait toujours été une richesse venant de l’énergie qu’il avait fallu dépenser pour l’obtenir, a petit à petit complètement perdu de sa valeur par un triple saut d’à peu près deux fois 28 ans. Le premier élan du triple saut en 1944 est donné par les accords de Bretton Woods qui lie les monnaies au dollar, lui-même échangeable contre de l’or (35 dollars l’once). Deuxième élan en 1971 : le dollar est déconnecté de l’or, déliant par là même toutes les monnaies de toute valeur réelle concrète. Troisième élan entre 1999 et 2002 avec l’arrivée de l’euro connecté à des monnaies qui ne sont plus reliées à quoi que ce soit. La monnaie est devenue la nouvelle potion magique qui permet la réalisation de tous les rêves puisque certains peuvent fabriquer de l’argent sans limites. Cet argent magique peut absolument tout, comme le fait l’électricité, mais n’est surtout pas reconnu comme une énergie car il faudrait s’interroger sur son origine énergétique et s’apercevoir que ce n’est que l’énergie humaine.

Comme dans tout triple saut, le troisième élan entame une période aérienne merveilleuse où la gravitation s’estompe, où le temps semble presque s’arrêter avant la reprise de contact inévitable et plus ou moins réussie avec le sol. Nous sommes avec l’euro dans cette période aérienne merveilleuse mais éminemment provisoire, dopée à l’argent magique. Il est intéressant d’en examiner ce que les uns et les autres en voient et comment va s’effectuer la reprise de contact avec la réalité.

Il faut d’abord prendre conscience que cette période aérienne extraordinaire nous a été présentée comme éternelle grâce à l’escroquerie intellectuelle de la croissance qui considère qu’une dépense est une création de richesse. En effet le PIB n’est que la somme des dépenses comme le reconnait enfin l’INSEE mais il nous est toujours présenté comme une création de richesse dans laquelle nous pouvons utiliser des pourcentages. Concomitamment et pour que l’escroquerie soit efficace, les banques créent de l’argent en continu pour que certains puissent dépenser sans compter et nous faire croire par leurs dépenses que nous nous enrichissons collectivement avec un beau PIB.

Cette période hors sol qui dure encore, a permis l’épanouissement fantasmé de multiples rêves divers et variés, conçus lors des deux premiers élans et apparemment réalisés par une débauche d’argent venant de nulle part et portée par une dette abyssale que personne ne songe sérieusement à rembourser et qui s’accroit vertigineusement chaque jour qui passe. Certains poussent la malhonnêteté à dire que la croissance nous permettra de rembourser alors que la croissance n’est malheureusement que celle de la dépense qui ne fait qu’augmenter la dette. Une nouvelle mode est d’attaquer la décroissance qui remettrait en question l’éternité du vol plané.

Tous ces rêves divers apparemment réalisés aujourd’hui sont caricaturés par le transhumanisme qui avoue franchement prôner une immortalité apportée par l’argent habillé en progrès. La potion magique a inversé les valeurs traditionnelles en valeurs hors sol. C’est l’argent qui a transformé la liberté en individualisme, l’égalité en uniformité et la fraternité en solidarité. C’est l’argent qui a fait croire à deux ou trois générations et à une partie de l’immigration que la vie était facile. C’est l’argent qui donne aux enfants, et pour longtemps, un regard totalement faux sur la vie en société. C’est aussi l’argent qui fait croire en toute bonne foi à la majorité des Français qu’il est possible de consommer du concret en ne produisant que de l’abstrait, d’abandonner le travail, à la machine, aux énergies fossiles et aux immigrés pour partir tranquille à l’université, en formation, en week-ends, en vacances, en RTT et en retraite. C’est encore l’argent qui rend possible l’abandon de l’avantage comparatif entre hommes et femmes, leur confusion et l’arrivée magique du divorce, de l’avortement et des orientations sexuelles publiquement multiples. C’est l’argent qui donne plus de droits aux animaux qu’aux fœtus humains pour lesquels la peine de mort est maintenant constitutionnelle. C’est toujours l’argent qui génère de plus en plus de fonctionnaires non régaliens payés à créer des normes pour ensuite les contrôler ou multiplier les postes pour ensuite les occuper, argent qui diminue en même temps le nombre de fonctionnaires régaliens utiles. C’est enfin l’argent qui crée par les subventions des activités idéologiques prétendument associatives, aussi multiples et variées que contradictoires et inutiles.

Le retour au réel, l’arrivée inéluctable du contact avec le sol avec la fin du triple saut, nous met tous dans des abîmes de perplexité.

Côté peuple, l’immense majorité vit dans le village d’Astérix, croit l’argent magique éternel, la croissance enrichissante et le vol plané perpétuel tout en étant conscient qu’il y a quelque part, quelque chose qui ne va pas sans savoir trop quoi. La petite minorité heureusement de plus en plus nombreuse qui est consciente de la folie ambiante, ne s’occupe que du court terme et attend de voir comment sera la société après le choc pour s’intéresser à l’avenir.

Mais c’est sur ceux qui nous gouvernent, la clique médiatico-politico-universitaire, qu’il est intéressant de porter un regard presque entomologique tellement ils sont aussi agités et perdus qu’incapables de le reconnaître. La quasi-totalité ne comprend pas ce qui se passe et pense comme le peuple que la potion magique sera toujours là. Ils ne sont pas gênés de voter des budgets où l’on dépense plus que ce que l’on gagne, ce qui devrait être interdit par la constitution. Ils ont un besoin existentiel de nier farouchement l’évidence que la croissance économique n’est que la croissance de la dépense d’un argent fabriqué pour l’occasion.

La majorité d’entre eux ne s’occupe que du regard qu’ils souhaitent que l’on porte sur eux. Ils sont beaucoup trop nombreux et pour la plupart inutiles, n’ayant pas perçu le problème réel. Ils pensent que nous sommes riches puisque nous dépensons beaucoup et qu’en confiant les rênes à des gamins inexpérimentés mais ayant le dynamisme de leur âge, le vol plané durera le temps qu’il faudra.

Une toute petite minorité a tout de même pris conscience que le contact avec le réel va être très difficile et  qu’il va falloir expliquer la baisse moyenne très forte et générale du niveau de vie alors qu’aujourd’hui certains se gavent pendant que beaucoup n’arrivent déjà pas à joindre les deux bouts. Ils savent qu’une vraie révolution cherchera les coupables de ce triple saut imaginaire qui va laisser un peuple entier dans un désarroi abominable qui nécessitera des boucs émissaires. Ils ont peur car, si leurs prédécesseurs sont aussi coupables qu’eux, c’est leur ambition et leur incurie qui les ont, comme le bélier de l’évangile, empêtré par les cornes au buisson de la réalité. Ils ont donc décidé de se servir de la potion magique encore existante pour tenter de se tirer d’affaire. Se sauver eux-mêmes en continuant à bien vivre devient leur seule vraie préoccupation.

D’abord faire peur pour détourner l’attention, en dépensant « quoi qu’il en coûte » pour que le peuple ait peur des pandémies, du réchauffement climatique anthropique ou de n’importe quoi. Surtout cacher grâce aux médias que les vrais sachants n’arrêtent pas de dire que tout est bidon, subventionner ceux qui affirment que la vérité est complotiste et multiplier les lois imposant les nouvelles valeurs hors sol. La peur doit paralyser le peuple qui doit continuer à croire à la potion magique tout en ne comprenant pas pourquoi elle agit moins. Une fois le peuple bien perdu et sa jeune génération bien engluée dans ses fantasmes sanitaire et surtout climatique, il est temps de cibler le bouc émissaire que la guerre va apporter sur un plateau. Quelle joie de pouvoir dire « Nous sommes en guerre », guerre contre n’importe quoi, un virus comme le covid, un gaz comme le CO2, un homme comme Poutine, un pays comme la Chine ! Certes la guerre fait quelques millions de morts mais elle a l’immense avantage de baisser naturellement le niveau de vie des peuples à qui l’on pourra faire croire que c’est elle et non la classe médiatico-politico-universitaire avec son triple saut ridicule qui les a mis dans cet état. La guerre fixe le mal, la faute et la responsabilité sur l’ennemi, que ce soit le CO2, le Covid ou quelque Poutine que ce soit. Haro sur le baudet ! On rejoue les animaux malades de la peste où les puissants ont tellement peur qu’on leur demande un jour des comptes.

L’oubli de l’essentiel

Les crises se succèdent les unes aux autres, les suicides d’agriculteurs et d’adolescents se multiplient dans une indifférence presque générale, les liquidations d’artisans, de commerçants et de PME repartent à la hausse. La classe politique regarde ailleurs, pense qu’en se rajeunissant elle se retrouvera et augmente ses frais de fonctionnement. Les Français réalisent que tout se décide à la Commission européenne aux mains de l’Allemagne et de Washington avec ses nouveaux kapos disséminés en Europe. Que s’est-il donc passé pour en arriver là ?

Nous avons simplement oublié qu’une société ne fonctionne qu’en produisant ce qu’elle consomme. Consommer est facile, produire est plus difficile. Dans une société cohérente les producteurs, agriculteurs artisans ou industriels, tiennent le haut du pavé. Les services sont d’abord les services à la production comme le forgeron, le transporteur ou le comptable. Les services à la personne ne sont rémunérés que s’ils permettent à la personne de mieux produire, comme le font le médecin et l’instituteur. Les services à la personne destinés à faciliter la vie sont laissés à la famille et aux bénévoles. L’avantage comparatif cher à Ricardo ne s’applique pas qu’entre nations. Il s’applique d’abord à tout individu pour savoir où il est le plus utile et le plus efficace. En démocratie telle que la Grèce l’a inventée, alors que tout le monde consommait, y compris les esclaves, seuls les producteurs de blé ou d’huile votaient car ils avaient quelque chose à perdre.

Aujourd’hui en occident et particulièrement en France, nous sommes devenus une société urbanisée de consommateurs où les villes ne produisent plus rien et attirent de plus en plus une population dont l’activité ne consiste qu’à se faire payer en faisant croire qu’elle apporte un plus à son employeur ou à son client. Les idéologies les plus variées et les plus inconséquentes cherchent toutes, sans aucune chance de succès et en se disputant entre elles, comment consommer et se distraire sans produire et comment l’expliquer avec brio pour le rendre crédible aux moutons que nous sommes quasiment tous devenus. Les deux bases de cette folie collective partagée par toutes les idéologies actuelles sans aucune exception, sont une création spontanée de richesse, une nouvelle manne non divine  appelée croissance, et une force venant de nulle part, la monnaie que les banques créent quand elles le souhaitent par une simple dette qu’on leur reconnaît.  L’une permet de croire que demain réglera tout, l’autre permet d’attendre chaque jour la solution qu’apportera forcément demain.

Au fond tout le monde sait que c’est idiot, mais toucher à l’un quelconque de ces deux mythes ébranle tellement l’édifice que cela en devient sacrilège. De plus, toucher à l’un rend l’autre impossible. Sans croissance pas de remboursement, sans prêt bancaire, pas de croissance. A l’inverse il est tellement agréable de croire que les prêts bancaires font de la croissance qui permettra les remboursements.

Nous avançons dans le mauvais sens avec une régularité et une constance stupéfiante. Ceux qui produisent vraiment, les ouvriers, les artisans et les paysans sont méprisés, mal payés et de moins en moins nombreux. Les commentateurs, conseils, contrôleurs, vérificateurs, chercheurs d’idées, transmetteurs de papiers et services à la personne, pullulent et arrivent à se faire payer par la manne que l’État et les collectivités font dégouliner par les subventions. L’État, pour payer l’inutile, diminue quantitativement toutes les fonctions régaliennes et augmente tellement les inutiles que l’administration augmente en volume quand son efficacité diminue. L’université qui était réservée au tout petit nombre dont la capacité permettait de mieux organiser la production et sa distribution, est devenue le fourre-tout où tout un chacun apprend avec une lenteur organisée, à se croire utile en ne produisant rien. Même les ingénieurs sortis de Polytechnique ou de Centrale pantouflent dans la banque ou le commerce international. Alors que l’entrée en 6e, le brevet et le bac étaient des filtres ne laissant passer qu’une vraie élite au mérite comme à la capacité, on a ridiculisé les filtres pour pouvoir se glorifier d’avoir 80% de bacheliers bien décidés, vu leurs prétendues connaissances, à ne rien produire de leur vie.

Il s’est constitué depuis que les monnaies ont été déconnectées de toute valeur réelle, une union particulièrement malsaine et incohérente entre un peuple confiant dans ce qu’on lui présente comme le progrès et une classe politique qui, pour être élue, flatte ce peuple en l’achetant avec de l’argent qu’elle fait créer par les banques. Les Français étant devenus très majoritairement improductifs élisent à la majorité, une classe politique à leur image, incompétente, contente d’elle-même, n’analysant les sujets qu’à l’aune de la prochaine élection. Pour ne prendre que les plus visiblement ridicules, cela donne aussi bien Emmanuel Macron qu’Anne Hidalgo élue par un Paris qui ne sait que consommer et se croire utile et important ou que Marine Le Pen qui a remplacé le parti communiste dans son attractivité des gens simples et honnêtes.

Est-il encore possible de retrouver une cohérence ? La réponse est clairement non tant que la direction de l’occident continuera à croire à la croissance et à la fausse monnaie éphémère créée par les banques.

La preuve de l’existence de la croissance est avancée par l’université, serinée par tous les médias et réputée incontestable par la majorité d’entre nous. Cette preuve est son chiffrage par le PIB. Personne ne semble prendre la peine d’aller vérifier que l’INSEE, tout en continuant à affirmer mensongèrement comme tous les autres que le PIB mesure la richesse créée, a enfin reconnu depuis le 28 janvier 2021 que le PIB est calculé par « la somme des dépenses finales ». Certains qui ne prennent pas la peine d’aller voir la définition du PIB sur le site de l’INSEE, se réfugient dans le calcul par la valeur ajoutée des entreprises en oubliant que seule la dépense des clients crée cette valeur ajoutée. D’autres disent avec un certain bon sens que si l’on peut dépenser, c’est que l’on est riche, ce qui était vrai quand la monnaie était une richesse en soi comme l’or, l’argent, le blé ou le sel, mais ce qui est complètement faux aujourd’hui où l’argent est principalement une dette vis-à-vis de la banque qui l’a créé. Il suffit que les banques créent de l’argent pour que les Français achètent, que les entreprises fassent de la valeur ajoutée et que nous soyons donc, à nos yeux, collectivement de plus en plus riches et ravis de consommer sans produire, en travaillant de moins en moins et en achetant nos fêtes, n’étant même plus capables de les produire. Finie la chanson « Samedi soir après le turbin… », le progrès l’a enterrée.

Ce qui serait presque déprimant, c’est que la classe politique ne propose pour demain que des idéologies déguisées en réalisme concret. Une idéologie, comme son nom l’indique, est l’étude d’une seule idée qui doit résoudre tous les problèmes. Pour une idéologie il suffit de changer un détail pour que tout rentre dans l’ordre. Ce détail est toujours un détail, soit de temps, soit d’espace, soit d’organisation.

Le temps permet tous les rêves et le capitalisme actuel croit à la manne que créerait son argent et veut absolument nous faire constater que les choses s’arrangent alors que nous voyons qu’elles empirent chaque jour davantage.

L’espace permet, sans aucun argument sérieux, de croire que tout sera plus simple quand nous serons plus petit disent les régionalistes ou plus grand disent les européistes. La mode est à l’Europe de Bruxelles qui n’est même plus européiste mais mondialiste en imaginant un monde aussi borné qu’elle, ce dont les BRICS tentent de la réveiller.

Les idéologies fondées sur de meilleures organisations pourraient être intéressantes si elles étaient audacieuses, courageuses et fondées sur une analyse réaliste. Mais comme elles sont toutes fondées sur la croissance dont elles parlent et sur la fausse corne d’abondance dont elles ne parlent pas, elles ne sont ni audacieuses ni courageuses et donc inintéressantes. La pire est sans doute le libre-échangisme qui ressort l’avantage comparatif entre nations de Ricardo en oubliant consciencieusement qu’à son époque, l’avantage comparatif entre nations reposait d’abord sur l’avantage comparatif entre hommes et femmes et sur celui entre citoyens qui étaient à l’époque une évidence naturelle, vitale et vécue. Aujourd’hui l’identité entre hommes et femmes  et entre citoyens a remplacé l’égalité qu’ils avaient par leurs avantages comparatifs et la corne d’abondance appelée dette, permet à chaque nation de rester incohérente et de rendre sans aucun intérêt et même nocif, l’avantage comparatif entre elles, base intellectuelle de l’abominable commission européenne.

Tout cela permet depuis plus d’un demi-siècle de vivre un rêve éveillé que nous savons tous mortifère, une des preuves en étant la consommation extravagante d’anxiolytiques et d’antidépresseurs, une autre étant l’immigration invraisemblable qui accepte de produire.

Le 10 juin les Européens choisiront entre les minorités qui veulent renverser la table, la majorité qui veut continuer à rêver et la lâcheté de rester chez eux. Il semble qu’il soit encore peut-être possible d’espérer.

L’absence de définition de la monnaie

Imagine-t-on se contenter de définir un train et une voiture par leurs mêmes trois utilités de moyen de transport, de protecteur des intempéries et de montreur de paysages ? C’est pourtant ce que l’on fait avec la monnaie en ne la définissant que comme moyen d’échange, unité de compte et réserve de valeur.  Demandez ce qu’est la monnaie et la réponse commencera toujours par « La monnaie sert à… ». Si vous insistez on vous répondra que la monnaie est une marchandise ou un symbole ou encore une institution sans jamais évidemment vous préciser lesquels. ChatGPT prétend même que c’est les trois. Pierre Gueneau dans son livre Macroéconomie écrit : « Monsieur Reinesch, le président de la Banque centrale du Luxembourg, un très grand expert en économie dont la culture est impressionnante, m’a confié un jour qu’ayant reçu un prix Nobel d’économie, celui-ci lui avait avoué humblement qu’il ne savait pas ce qu’était la monnaie ».

Ce vide intellectuel sidéral ne peut s’expliquer que par un autre vide tout aussi sidéral sur l’origine de la monnaie, présentée à l’université comme ayant remplacé le troc alors qu’aucun ethnologue ni aucun archéologue n’a jamais trouvé trace d’une seule économie de troc dans une société où les membres se connaissent. La question première est donc de s’interroger sur ce qu’était l’organisation sociale avant l’arrivée de la monnaie puisque ce n’était pas le troc.

Tout groupe d’êtres humains a au départ une raison d’être et organise dans ce but les apports de chacun et rend complémentaires les différentes énergies individuelles. Cette organisation a été improprement appelée troc en suggérant une simultanéité du don et de sa contrepartie alors que cette simultanéité n’a jamais été habituelle. Le don et sa contrepartie, sa contrevaleur, existent dès la création du groupe, même animal, (couple, famille, association ou tribu) mais ils ne sont quasiment jamais simultanés et en tous cas jamais chiffrés. L’anthropologue et professeur au Collège de France Marcel Mauss a parfaitement expliqué que le don entraînait ce qu’il appelait le contre-don et que le « donner-recevoir-rendre » était au service du lien social et qu’il le nourrissait. Mauss a développé que le don et le contre-don était ce qu’il a appelé un « fait social total » à dimensions culturelle, économique, religieuse, symbolique et juridique et qu’il ne pouvait être réduit à l’une ou à l’autre de ses dimensions. Ce fait social total, complétement méconnu quand on s’égare dans le troc, est l’échange organisé d’énergie entre tous les membres d’un même groupe humain.

Mais quand la taille du groupe devient importante et quand ce groupe n’est plus une communauté, la détection des profiteurs et des tire-au-flanc devient difficile et rend obligatoire la simultanéité de la contrepartie. L’origine de la monnaie est donc, de mon point de vue, très probablement cette invention rendue nécessaire de la contrepartie simultanée. Mais si la monnaie remplace le don et le contre-don et non le troc, et si nous suivons Mauss, la monnaie est donc à la fois culturelle, économique, sociale, religieuse, symbolique et juridique et elle ne peut être réduite à l’une ou à l’autre de ses dimensions. Elle est un fait social total. A ma connaissance, le seul autre concept qui soit à la fois culturel, économique, social, religieux, symbolique et juridique, est l’homme. Et si la monnaie a été réellement créée pour être une contrepartie simultanée de valeur reconnue, il est raisonnable de penser que sa valeur reconnue lui vient de l’énergie humaine qu’il a fallu dépenser pour l’obtenir. Elle serait donc le véhicule culturel, économique, social, religieux, symbolique et juridique d’une énergie humaine culturelle, économique, sociale, religieuse, symbolique et juridique. La monnaie serait donc aussi au service du lien social qu’elle nourrirait.

La hargne agressive avec laquelle ceux que cela dérange réagissent, montre bien que l’on touche là à quelque chose de profond, d’essentiel et malheureusement très peu étudié.

Par sa facilité d’usage la monnaie est devenue le regard que le groupe utilise pour distinguer les richesses dans l’immensité des productions, par l’échange qui en est fait contre de la monnaie. C’est parce qu’une production trouve acheteur qu’elle est reconnue comme richesse et non comme embarras ou déchet comme d’autres productions comme les fèces, l’urine ou la sueur. Toutes les fonctions de la monnaie décrites depuis l’antiquité, réserve de valeur, unité de compte et intermédiaire des échanges, découlent toutes de ce que la monnaie est l’étalon culturel de la richesse, elle-même étant un condensé de ce que le groupe juge beau et bon. La monnaie est l’énergie du groupe quand le travail est l’énergie individuelle. La monnaie est reconnaissance par le groupe de l’utilité du travail individuel qui l’a générée. Toutes les querelles autour de la monnaie viennent de la difficulté à marier la notion qualitative de richesse qui est un regard fondateur du lien social, avec la notion quantitative d’étalonnage. Mélanger l’arithmétique et la culture n’est pas chose simple. Beaucoup d’incompréhensions viennent de simplifications excessives et souvent contradictoires.

L’incompréhension du pourquoi de l’efficacité de la monnaie est quasi générale chez les intellectuels, incompréhension que le peuple n’a pas car il y voit une richesse que les intellectuels savent ne pas être toujours vraie. En effet fut un temps où les banques centrales détenaient l’or à leur actif qui justifiait les billets mis à disposition à leur passif et où les banques commerciales ne faisaient que du commerce d’argent sans le créer. Ce temps est complètement révolu.

Les banques centrales ont de moins en moins d’or à leur actif et mélangent pour le tout-venant les avoirs en or et les créances en or, les uns bien réels, les autres uniquement potentielles. Fin 2022 la BCE n’avait à son actif que 593 milliards d’euros en or réel ou potentiel, sur un actif total de 7.951 milliards. Tout le reste est composé de créances sur des États et des institutions financières qui ne savent payer qu’en ponctionnant les peuples. Ces créances qui ne seront réelles que si les peuples les paient, ont été partout gonflées par le « quantitative easing », rachat de créances plus ou moins douteuses pour pouvoir émettre des liquidités.

Quant aux banques commerciales, elles créent dorénavant l’argent qu’elles prêtent en ne le détruisant qu’après récupération avec intérêts. Les Bâle 1,2,3,4 s’égrènent dans des compromis entre ceux qui veulent limiter ce processus créateur de fausse monnaie, et les banques qui veillent chaque fois à ce qu’il reste de grands trous.

Si l’on accepte d’ouvrir les yeux, on prend conscience que tout naturellement les élites ont fabriqué une fausse monnaie qui sert aux mêmes usages que la vraie monnaie et qui n’est justifiée par les banques que par le fait qu’elle est éphémère. Mais personne ne voit les dégâts commis par cette fausse monnaie pendant son existence, les deux étant mélangées et le peuple les croyant bonnes toutes les deux. Les deux sont  moyen d’échanges et unité de compte mais la fausse monnaie n’est pas réserve de valeur contrairement à la vraie. Elle ne fait que baisser subrepticement la valeur de la vraie.

S’il était reconnu que la monnaie n’est qu’un véhicule d’énergie humaine, le peuple pourrait prendre conscience que depuis la deuxième guerre mondiale en occident, seuls les peuples continuent à payer avec de l’énergie humaine déjà bien dépensée pour obtenir la monnaie qu’ils utilisent. Toute une élite autoproclamée dépense un argent créé arbitrairement par leur banque et qui ne puisera sa force que dans une énergie humaine qu’il faudra trouver demain sans contrepartie, n’importe où et par n’importe quel moyen. Et n’oublions jamais que cette fausse monnaie éphémère est comme la vraie, culturelle, économique, sociale, religieuse, symbolique et juridique alors qu’elle en est l’inverse sur quasiment tous les plans. Que le bien et le mal se retrouvent ensemble, au même moment, au même endroit et sous la même forme, n’est pas une nouveauté. Les deux se prétendent au service du lien social qu’ils affirment nourrir. Tous les problèmes actuels trouvent en fait leur source première dans ce dilemme intellectuel. En prendre conscience serait un premier pas salutaire.

Comprendre la géostratégie occidentale actuelle passe par la compréhension de la définition cachée de la monnaie et de l’impossibilité qu’il y a à distinguer la bonne monnaie de la fausse monnaie éphémère. Les classes politiques occidentales, pour réussir à baisser nécessairement le niveau de vie moyen de leurs peuples, ont le choix entre reconnaître qu’elles ont, pour les flatter, égaré elles-mêmes leurs peuples dans des impasses , ou déclencher des guerres qui baisseront naturellement le niveau de vie des peuples sans qu’elles en apparaissent responsables.

Vœux 2024

En cette nouvelle année, c’est en regardant où nous sommes tombés qu’il est possible de formuler des vœux qui ne soient pas les souhaits éternellement rabâchés de santé, de bonheur et de prospérité accompagnés du constat systématique d’échec au 31 décembre fait par le chef de l’état qui répète chaque année depuis 50 ans que hier, d’accord mais que demain…..

Nous sommes tombés dans la folie généralisée de croire que nous créons collectivement des richesses, que nous pouvons moins travailler et que les seules vraies difficultés sont le partage équitable des richesses produites et la répartition de la diminution du travail. Quiconque se pose des questions se voit immédiatement opposer l’évidence comme unique preuve et qu’en discuter est insensé. Je fais le vœu que nous redécouvrions que la vie n’est qu’échanges et en aucun cas créations. Nos productions ne sont des richesses que si leurs valeurs sont reconnues par leur commercialisation qui n’est qu’échange.  Individuellement nous n’existons physiquement que par des échanges permanents solide, liquide et gazeux avec la nature et nos productions ne sont pas des richesses. Socialement nous ne savons que transformer pour produire et seul l’accueil de nos productions quand elles sont achetées, peut les transformer en richesses par cet échange.

Tout est faussé dans nos têtes. Nos représentants ne sont élus que parce qu’ils nous confortent dans notre folie appuyée à la fois sur l’université qui diplôme les seuls étudiants qui répètent sans comprendre ce qu’on leur embecque, et sur les médias qui concentrent notre attention sur les détails qui masquent l’essentiel et nous font vivre une société moralisatrice et mendigote. Chacun veut croire que les entreprises créent de la richesse chiffrée par la valeur ajoutée et ne veut surtout pas prendre conscience que cette valeur ajoutée n’existe que si des clients viennent s’appauvrir de la somme de toutes les valeurs ajoutées de la chaine de production. Où est la création ? Il n’y a qu’un échange dont, depuis 50 ans, on a faussé l’un des termes, à savoir l’argent qui coule collectivement à flots pour ceux qui ont accès à la montée permanente de l’emprunt.

Croire que l’on crée des richesses permet à une majorité de Français de ne rien produire en pensant simplement avoir droit à sa part de richesses produites, à sa part de manne qu’il ne croit plus divine tout en étant incapable de l’expliquer. Gonflent et pullulent les administrations, les associations subventionnées, les entreprises de services à la personne, les médias et les banques qui créent le carburant de cette machine infernale,  l’argent qui transforme en richesses apparentes, ce qui ne sont qu’encombrants voire même déjà déchets. Tout ce monde improductif devenu majoritaire veille à la médiocrité de ceux qui nous gouvernent en prétendant imiter la démocratie grecque alors que dans l’antique Grèce, seuls les producteurs d’huile ou de blé votaient. Aujourd’hui les improductifs votent pour ceux qui, oubliant le bon sens, veulent nous faire rentrer de force dans leurs idéologies irréfléchies et surtout incohérentes.

La stupidité de voir la vie sociale comme un nirvana n’a-t-elle pas fait abandonner aux femmes le pouvoir dans la famille qu’elles détenaient depuis toujours, pour un pouvoir plus apparent dans l’espace public où elles deviennent concurrentes des hommes  en ne régénérant plus la population ? Les hommes, confiants dans ce même pays de cocagne, ne laissent-ils pas leur travail aux immigrés dont ils ont besoin tout en ne les supportant plus ? Les immigrés n’affluent-ils pas de partout dans ce monde totalement imaginaire où il n’est plus nécessaire de produire pour consommer ? Les Français ne vivent-ils pas quasiment tous, individuellement et collectivement, sur l’emprunt que demain, c’est-à-dire leurs enfants, devra rembourser d’une manière ou d’une autre ? Tous ne croient-ils pas à cette création de richesses qui permet de ne commencer la vie active qu’après 25 ans d’un apprentissage au farniente, et de la terminer dès qu’il est possible d’être payé à ne rien faire ?

Je fais le vœu, tout en craignant que ce ne soit qu’un vœu pieux, que mes compatriotes se réveillent et reprennent leurs esprits avant que la guerre qui pointe son nez, ne les leur fasse reprendre beaucoup plus durement.

Devant l’accumulation des vrais nuages monétaires puis guerriers que peu de gens acceptent de voir et le détournement des regards des peuples vers les faux nuages sanitaires ou climatiques, le seul vœu possible est que le peuple prenne le temps de réfléchir à son propre destin. Ne serait-ce pas tout simplement la démocratie ?

Qu’est-ce que la croissance économique ?

Le simple article « la » indique péremptoirement que la croissance économique existe alors que « une » croissance économique engendrerait immédiatement la question : « Laquelle ? ». Quelle est donc cette croissance que l’on nous affirme exister, ce que nous aimons croire. A cette question l’intelligence artificielle de ChatGPT répond :

La croissance économique se réfère à l’augmentation à long terme de la production de biens et services dans une économie. Elle est souvent mesurée par le produit intérieur brut (PIB), qui représente la valeur totale des biens et services produits dans un pays sur une période donnée.

La croissance économique peut résulter de divers facteurs, tels que l’augmentation de la productivité, l’innovation technologique, l’investissement en capital, l’expansion de la main-d’œuvre et d’autres facteurs qui stimulent la production et les activités économiques. Elle est généralement considérée comme un indicateur positif du développement économique d’un pays.

Cependant, il est important de noter que la croissance économique ne mesure pas nécessairement la répartition équitable des richesses ni l’amélioration du bien-être de tous les citoyens.

Il est rassurant de voir combien l’intelligence artificielle peut être prudente et réservée dans son incompétence. Elle ne reflète que le niveau d’intelligence humaine qui l’a créée. Il manque dans cette très mauvaise définition un mot essentiel dont le manque rend l’ensemble tout simplement faux. Pour reprendre la formulation de ChatGPT en la rendant vraie par l’ajout du mot essentiel manquant,

La croissance économique se réfère à l’augmentation à long terme de la production vendue de biens et services dans une économie. Elle est souvent mesurée par le produit intérieur brut (PIB), qui représente la valeur totale des biens et services produits et vendus dans un pays sur une période donnée.

Si l’on ne comprend pas que le mot clé de l’économie est échange et en aucun cas création comme le fait ChatGPT et la plupart des professeurs d’économie, on tombe dans le piège de croire qu’il suffit de produire pour faire de la croissance alors qu’il faut aussi vendre. Il est amusant de lire la réponse de ChatGPT à la question « Peut-il y avoir de la croissance sans que la production soit achetée ? ».

La production doit généralement être achetée pour contribuer au PIB.

Mettre généralement à la place de toujours montre la gêne de son concepteur.

Le PIB ne chiffre que les échanges monétarisés, soit par la valeur de ce qui est vendu, soit par l’argent dépensé à l’acheter. L’INSEE rajoute une troisième façon en allant chercher la source de l’argent dépensé qu’il appelle revenu sans être très clair sur le sujet. Il n’est d’ailleurs pas gêné d’additionner aux dépenses, les exportations qui sont des recettes et d’en retirer les importations qui sont des dépenses. Additionner des dépenses et des recettes devient une manie dans l’économie actuelle incohérente.

La croissance économique est donc l’accroissement de ces échanges qui ne peut se faire que par l’augmentation conjointe de produits à vendre et d’argent pour acheter. Le prix ne fait que vérifier les décisions simultanées du vendeur et de l’acheteur, d’échanger un produit ou un service contre de l’argent. Le prix est en effet le point d’équilibre en énergie dépensée entre aussi bien le travail et l’argent qu’entre le produit et l’argent. Les prix, aussi essentiels à l’échange que ce que l’on échange, sont définis soit par le pouvoir, soit par l’offre et la demande, les deux étant théoriquement liés.

La place de l’argent dans l’économie est donc devenue capitale car c’est l’argent qui transforme aujourd’hui les productions en richesses. L’argent avait été créé pour simplifier alors qu’aujourd’hui il complique, en faussant les regards et les raisonnements. Comment ce dérapage s’est-il produit ? Il faut partir de l’économie avant l’argent et étudier sérieusement l’apport de la monnaie à l’économie en différenciant ce qu’elle apporte et ce qu’elle pervertit. Sa force facilite comme elle corrompt et il y a curieusement une volonté farouche d’en limiter l’étude à ses trois utilisations d’unité de compte, de réserve de valeur et de moyen d’échange. Comment expliquer que l’on accepte de ne définir la monnaie que par ses trois utilisations alors que personne n’accepterait que l’on ne définisse le train ou la voiture que par leurs trois utilisations de moyen de transport, de protecteur des intempéries et de défilement de paysages ?

Avant la monnaie l’économie était, non pas le troc comme faussement distraitement affirmé à l’université, mais le donner-recevoir-rendre, l’échange qualitatif non chiffré tel que constaté dans le règne animal et, chez les hommes, encore dans les familles. L’échange s’y faisait naturellement sous le regard autoritaire et vigilant du pouvoir. Personne ne semble prendre la peine d’observer que c’est l’augmentation de la taille du groupe et en conséquence, la subite incapacité que se découvre le pouvoir à faire rendre tous ceux qui ont reçus en oubliant de rendre, qui a forcé à l’invention de l’argent comme preuve concrète et transportable d’une énergie déjà dépensée dans l’intérêt commun. Cette preuve a toujours et partout été une richesse déjà reconnue, véhiculant l’énergie humaine qu’il avait fallu dépenser pour l’obtenir. Cette observation de simple bon sens et la monnaie vue comme une preuve d’une énergie antérieurement dépensée dans l’intérêt commun, sont réfutées par tous les idiots utiles à ceux qui ont intérêt à ce que le peuple ne comprenne rien. Elles sont pourtant essentielles à la compréhension des dérives actuelles.

Les produits à vendre sont les fruits de la Terre et du travail des hommes. Tant que l’argent pour acheter était aussi le fruit du travail des hommes, c’était le travail qui limitait à la fois ce qui était à vendre et ce qui permettait d’acheter. La monnaie était le lien probant entre le travail déjà effectué et les produits déjà fabriqués. L’échange était limité et la croissance économique n’existait que par un accroissement de la population, plus de travail et des innovations dans la production. Le PIB chiffrait cet accroissement évidemment modeste.

Mais tout cela a changé depuis que certains ont eu l’idée apparemment géniale de faire croire que l’économie n’était plus, après la déconnection des monnaies de l’or, une étude des échanges mais une étude de la création. Faire croire au peuple qu’il n’est composé que de dieux créateurs lui a bien plu, et il a donné son blanc-seing à l’enrichissement de ceux qui en ont eu l’idée, en se contentant d’en réclamer sa part qui lui a été parcimonieusement donnée.

La ruse perverse des élites occidentales, que les économistes n’ont pas sérieusement dénoncée, a été en effet de délier les monnaies de l’or sans les relier à une autre richesse reconnue. Mais comme l’échange reste la base fondamentale de l’économie et que les marchandises à vendre sont toujours des fruits de la Terre et du travail des hommes, l’argent pour les acheter est obligatoirement aussi un véhicule du travail des hommes pour que l’économie reste une somme d’échanges. Or si, pour les classes moyennes et populaires, salariés, artisans, agriculteurs ou services nécessaires à la production, l’argent reste ce que l’on obtient après son travail, c’est devenu complètement faux pour une classe prétendument supérieure qui crée dans les banques un argent qui ne véhicule plus une énergie humaine préalablement bien utilisée mais une promesse que l’on trouvera cette énergie plus tard, et en fait, bien sûr, pas chez eux. C’est un habillage en une vérité apparemment savante du populaire « on paiera demain » accompagné discrètement du « le peuple paiera». Il faut savoir en effet que les bilans des banques sont par définition équilibrés et que toute monnaie créée et mise à disposition au passif d’une banque, est équilibrée au centime près à l’actif par une créance du même montant à récupérer. Les bilans des banques centrales augmentent de façon folle et ont été multipliés par 6 ou par 8 depuis la dernière crise de 2008 parce qu’elles ont toutes fabriqué de la monnaie en mettant à disposition des « élites » des sommes folles et en inscrivant à leur actif des  créances de mêmes montants à récupérer. Sur qui les banques centrales ont-elles ces créances ? Sur les peuples bien sûr ! On fait croire au bon peuple qu’il y a des « investisseurs » mais ce sont les banques qui créent l’argent de ces prétendus investisseurs et qui comptent sur les Politiques pour récupérer cet argent sur le peuple afin de pouvoir le détruire. Personne ne se demande qui paiera les milliers de milliards de dette. La réalité est que l’argent prêté par la banque n’a été créé par elle que pour être prêté, qu’il sera détruit dès que récupéré et que la banque en sera récompensée par les intérêts. Les 250.000 milliards de dollars de dette mondiale est un argent créé par les banques qui, à seulement 1% par an, leur rapporte annuellement 2.500 milliards de dollars pour avoir passé quelques écritures. Les vrais investisseurs sont les peuples qui investissent sans le savoir, au profit des puissants, l’ensemble de leurs biens. « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux.»

Les Politiques, « en même temps » comme ils disent, remplissent la mission que leur ont confiée presque à leur insu tellement ils sont incompétents, ceux qui financent leurs campagnes, à savoir récupérer les biens du peuple, et en même temps, ils flattent pour être élus ceux qu’ils doivent dépouiller. Nous sommes évidemment bien loin de l’économie et de la croissance. La réalité, les femmes ne faisant pas assez d’enfants pour renouveler la population, le travail faiblissant et les vraies innovations étant de plus en plus rares, c’est que nous sommes largement entrés en décroissance camouflée. Les tenants du système nous expliqueront-ils comment nous ne sommes pas devant une escroquerie en bande organisée ? Et les peuples se réveilleront-ils avant d’être entièrement tondus ?

La grande imposture

L’occident vit sur la grande imposture que l’on peut consommer plus que l’on ne produit tout en étant moralement irréprochable et tranquille pour son avenir. Il a fallu pour ce faire, supprimer le verrou qui rendait ce mythe impossible et inventer un autre mythe donnant une apparence de réalité à l’imaginaire. Le tout dans une prétendue démocratie où une élite corrompue dompte le peuple et le flatte pour qu’il la maintienne au pouvoir pendant qu’une autre élite (ou la même) cherche des solutions à imposer au peuple.

Déverrouiller

Il avait fallu de tous temps et partout, gagner son argent avant de le dépenser, ce qui limitait forcément la dépense. Si le prêt existait, il n’était que sur gage, c’est-à-dire sur une richesse déjà possédée. En 1971 les États-Unis ont délié unilatéralement le dollar de l’or alors que les autres monnaies étaient liées au dollar par les accords de Bretton Woods de 1944. Le changement de paradigme a été imposé par le fait que Nixon a déconnecté le dollar de l’or sans le lier à une autre richesse déjà existante, ce qui a fait sauter sa limite quantitative. La monnaie n’étant plus liée à une richesse, la dépense n’a plus été limitée que par la décision des banques de prêter ou pas, une monnaie qui est devenue une dette vis-à-vis de la banque qui a émis cette monnaie par la double écriture (mise à disposition au passif et créance à récupérer avec intérêts à l’actif). La privatisation du secteur bancaire après que la monnaie ait été déconnectée de toute richesse existante et en laissant aux banques le droit de battre monnaie, a donné à des particuliers riches, le droit de fabriquer une monnaie qui n’est plus qu’une dette à leur égard, sur laquelle ils s’enrichissent par les intérêts avant de détruire la monnaie créée, prêtée puis récupérée pour destruction. Le pompon a été obtenu en leur donnant à eux-mêmes, à Bâle, le droit de faire croire à une limitation apparente de leur création de monnaie. Ils ont veillé à ce qu’il y ait toujours suffisamment de trous pour qu’un nouveau Bâle soit chaque fois nécessaire. Nous en sommes au Bâle IV pour 2025. Le verrou avait sauté. La corne d’abondance existe pour ceux qui y ont accès. Comme elle n’existe évidemment pas réellement, le peuple va devoir la remplir pour ceux qui y ont accès.

Inventer un nouveau mythe

Il restait la très grosse difficulté de tout cacher au peuple et de lui faire croire que rien n’avait changé. La tâche a été confiée aux universitaires et aux médias qui, sous couvert de progrès, ont inventé le mythe très agréable de la croissance économique et de la création de richesse pour justifier leur création de monnaie. Aux médias le soin d’en marteler l’idée, aux universitaires celui de la rendre « scientifique » par le PIB présenté comme le chiffrage de cette création de richesse. L’INSEE, sans doute par peur de poursuites pénales futures, a enfin reconnu le 28 janvier 2021 que « Le PIB peut être mesuré de trois façons » dont « en faisant la somme de toutes les dépenses finales ». Au moins ils l’auront écrit, tout en continuant  à additionner sans aucune logique, les dépenses et les exportations (!!!) et à insister sur la somme des valeurs ajoutées qui plait davantage, sans jamais préciser qu’il n’y a de valeur ajoutée par les entreprises que s’il y a dépense plus importante des clients. Aujourd’hui les banques privatisées créent quasi arbitrairement de la monnaie qui, en se dépensant, crée du PIB, présenté comme preuve de la création de richesse. Plus l’on dépense, plus on est riche est le dogme erroné actuel de la « science économique » fondé sur le souvenir que ce n’était pas faux quand l’argent était une richesse en soi comme l’or.

Flatter le peuple pour obtenir son apathie

Il fallait encore en effet obtenir l’apathie du peuple et toutes les méthodes de Bernays ont été appliquées grâce à l’argent coulant à flots avec une montée sans fin de la dette. Le principe panem et circenses a été appliqué à la lettre. Côté pain, on « débloque » des sommes savamment quantifiées et l’on subventionne directement et indirectement toutes les associations qui créent de l’emploi, du moment qu’elles confortent l’idéologie au pouvoir et placent à leur tête les recalés du suffrage universel s’ils sont bien-pensants. On finance aussi tous les achats immobiliers même si cela fait monter techniquement et arbitrairement le prix des logements. Cela fait de la croissance et, disent-ils, de la création de richesse !  On étoffe toujours davantage les administrations puisqu’il suffit d’y dépenser plus de salaires ou de payer à McKinsey des sommes astronomiques pour faire de la croissance et être parait-il plus riche. Côté cirque, on subventionne tout ce qui fait échapper au réel, de la plage au cinéma, du ski et à la télévision. L’apathie du peuple est étendue à ses élus, choisis non pour leur discernement mais par l’argent qu’ils ont pu dépenser pour être élus. Ils votent, sans en être gênés, des budgets déficitaires puisqu’ils sont convaincus (en un mot) que la création de richesse comblera le déficit.

Dompter le peuple pour lui Imposer une solution discrète peu avouable

Cette imposture générale génère évidemment des réactions diverses, inorganisées comme les Gilets jaunes ou des gouttes d’eau individuelles dans un océan de crédulité, réactions qu’il faut si possible ignorer ou, si nécessaire, mater par la force légale de la police ou ridiculiser par n’importe quel moyen. Certains s’en font les idiots utiles, incapables de répondre au fond et se réfugiant dans l’autosatisfaction, la logorrhée, le mépris et l’insulte. Je les laisse se reconnaître.

Parallèlement on multiplie les lois, les décrets, les arrêtés, les normes, les circulaires pour dompter le peuple, lui enlever sa responsabilité et lui apprendre la soumission en l’achetant si nécessaire tout en lui reprenant ses biens par une haute voltige très politique où des jeunes qui n’ont rien fait de leur vie comme Jordan Bardella ou Gabriel Attal font merveille. Les lois dites « mémorielles » sont là pour supprimer la liberté d’expression tout en la louangeant. Des officines anoblies comme Davos, Bilderberg, la Trilatérale ou la commission européenne travaillent pour reprendre au peuple ce qui ne lui a été consenti que pour lui plaire, et pour redonner un peu de force à la monnaie. Cela ne résout évidemment rien si ce n’est commencer à dire au peuple via Davos qu’il ne possédera rien et qu’il sera heureux, tout en donnant des délais supplémentaires à ceux qui cherchent vainement des solutions.

La solution des élites

Quiconque réfléchit un peu sait que, d’une manière ou d’une autre, il faudra revenir au bon sens, ne plus consommer plus que l’on ne produit, ne plus dépenser plus que ce que l’on gagne et arrêter de croire qu’une corne d’abondance fait le travail alors qu’il n’est provisoirement fait que par la montée de la dette qui détruit objectivement la valeur de la monnaie. La monnaie reste subjectivement valorisée par la sacro-sainte confiance pour reporter le problème et ne pas l’affronter. L’affronter ce serait

  • Baisser en moyenne le niveau de vie des occidentaux tout en augmentant la rémunération de tous ceux qui produisent vraiment et des seuls services à la production.
  • Rendre tout le monde utile par le droit comme le devoir de travailler, tous deux inscrits dans la constitution.
  • Diminuer drastiquement l’administration, le monde politique, les médias, les services à la personne et les associations.

Tout cela relève d’une gageure qui doit être obligatoirement soutenue.

Il faut évidemment un choc pour un tel changement de paradigme. Il n’y en a à ma connaissance que deux possibles. Le choc choisi par les élites est la guerre qui a toujours bon dos pour endosser la responsabilité de la baisse du niveau de vie. Elle coûte bien quelques millions de morts, elle risque de nous anéantir car celui qui va perdre a maintenant le pouvoir d’anéantir tout le monde avec lui. Mais la guerre a l’immense avantage pour nos élites de faire le travail en les exonérant de leur responsabilité d’avoir choisi pour nous, de nous faire rentrer dans une impasse agréable. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir la guerre arriver.

L’autre solution

L’autre solution, le seul autre choc possible, hors le rêve d’attendre un miracle, est de tarir la source de toutes nos folies, de limiter l’argent à la richesse constatée dans un espace regroupant des humains qui veulent vivre ensemble. Ce sera tellement complexe qu’il est vain de vouloir expliquer seul, le détail de ce qu’il faut faire et seule l’intelligence de tout un peuple saura comment faire et avec qui. Cela passera, d’abord et à l’évidence, par la reprise aux non élus, du pouvoir à Bruxelles et de l’autorité aux juges comme le dit Philippe de Villiers. Les droits de douane seront réinstaurés pour que l’exploitation humaine lointaine ne fasse plus baisser les prix en fermant nos usines et pour que nos compatriotes soient mis en face d’eux-mêmes en payant un prix compatible avec les efforts qu’ils fournissent eux-mêmes. Hors la guerre, seule la compréhension du problème, donc l’arrêt de la corne d’abondance, nous mettra tous au travail pour reconstruire demain. Sans cette compréhension volontaire, la guerre nous forcera à comprendre et laissera en plus nos élites dormir tranquilles comme elle l’a toujours fait.

Le pape François dit que la guerre est toujours une défaite. La seule victoire possible est donc la limitation de la monnaie. J’attends toujours les explications de la commission européenne qui prétend pouvoir éviter la guerre en augmentant la monnaie. J’attends aussi le Politique qui nous mènera aux victoires, et entre autres, à celle sur nous-mêmes.

L’origine de la force de la monnaie

L’incompréhension générale de l’origine de la force de la monnaie est le fait majeur de notre époque qui dissimule tous nos problèmes. Nous ne tentons même pas de les résoudre en regardant ailleurs et en « débloquant » un argent inexistant pour ne pas les voir. On nous bassine avec des discutailleries pour savoir si la monnaie est une marchandise, un symbole ou une institution mais personne ne cherche l’origine de sa force. Certains prétendent que sa force vient de la confiance que nous avons en elle mais la confiance n’est qu’une transmission et on ne connait toujours pas la force que la confiance transmettrait.

Au départ une monnaie était toujours une richesse transportable comme l’or, l’argent, le blé, le sel ou des plumes d’oiseau rare. Mais nous avons perdu le sens de la richesse qui n’est qu’un regard satisfait, envieux ou admiratif sur une marchandise, un symbole ou une institution (Amadou Toumani Touré disait qu’au Mali ils étaient riches de la famille). Ce regard n’est satisfait, envieux ou admiratif que par la qualité du travail qui a été nécessaire à la fabrication ou à l’obtention de cette marchandise, de ce symbole ou de cette institution. C’est donc sans aucun doute l’énergie humaine qui est la source de la force de la monnaie.

Trouver l’énergie humaine qui donnera sa force à la monnaie a toujours été l’apanage des puissants. Ce fut l’esclavage, le servage, le salariat avec toujours la tentation de la servitude volontaire sécurisante. Seul le salariat subsiste, au moins en occident, et l’impôt a pris le relais. Les nations puissantes sont allées chercher l’énergie humaine sous forme de richesses par des pillages ou des colonisations. Les empires anglais ou français sont allés chercher une énergie humaine dans leurs colonies pour donner force à leurs monnaies et ne pas observer de hausses des prix consécutives au moindre travail de leur propre peuple. Le cas de l’Allemagne hitlérienne est intéressant par la rapidité de la création du problème puis de sa solution. Elle a commencé par faire comme tout le monde en pillant les pays qu’elle avait vaincu et en augmentant parallèlement sa quantité de reichsmarks nourris par l’énergie humaine étrangère. Le problème a été résolu dès 1948 par les trois gouverneurs militaires de l’occupation occidentale qui ont supprimé 95% de la monnaie allemande en créant le deutsche mark valant un quart de dollar. Aujourd’hui après les empires et l’Allemagne, ce sont les USA qui ont fabriqué à l’infini des dollars qui ne trouvent leur force déjà utilisée qu’en allant pomper de l’énergie humaine sous forme de richesses sur presque toute la Terre. La solution déjà écrite d’un nouveau dollar valant probablement mille fois moins que le dollar actuel est assez peu imaginable sans perdre une guerre. En le comprenant, on comprend mieux que la guerre est le moyen commode de déculpabiliser ceux qui mettent un pays en incapacité de se contenter de l’énergie de son peuple.

La question se pose alors de savoir pourquoi nous avons totalement oublié que la force de l’argent ne vient que de l’énergie humaine et pourquoi cette évidence est cachée à l’université et même violemment reniée par tous ceux que cela dérange. Et nous en arrivons à la question : dans quel cas une évidence est-elle dérangeante ? Lorsqu’elle révèle une vérité soigneusement dissimulée. En tirant le fil on s’aperçoit que si l’énergie humaine n’est pas reconnue comme source de la force de la monnaie, c’est que l’on veut cacher au peuple le changement de paradigme effectué depuis la dernière guerre mondiale. De tous temps l’énergie humaine avait été dépensée avant d’être évaluée puis traduite en monnaie et véhiculée par elle. Or aujourd’hui nous inversons le temps en dépensant la monnaie avant de lui donner sa force et cela rend possible toutes les folies sans aucune exception. Les folies ont le besoin vital que le peuple ne soit pas conscient que l’on dépense pour elles aujourd’hui son énergie de demain. Utiliser l’énergie humaine demain sans contrepartie puisque déjà dépensée, c’est réinventer l’esclavage sans le dire et en laissant lâchement la patate chaude aux suivants. On comprend mieux pourquoi le peuple ne doit pas connaître la définition de la monnaie comme véhicule d’énergie humaine et se contenter de ses utilisations de moyen de paiement, d’unité de compte et de réserve de valeur. C’est aussi réducteur que de définir une voiture comme moyen de transport, protecteur des intempéries et défilement de paysages. Le peuple peut prendre ses week-ends, ses vacances, ses RTT et aller à la plage et au ski. Il doit ignorer qu’il scelle par ses plaisirs, l’esclavage de ses enfants.

Comment réagir ? La réaction habituelle est la guerre qui est le bouc émissaire parfait d’une baisse drastique du niveau de vie et qui exonère les vrais responsables qui sont les hauts fonctionnaires surpayés, nouvelle aristocratie inutile qui, en l’achetant, ont transformé leur victime, le peuple, en complice. Les Politiques, les médias et les juges n’existent que par la vitalité de la corne d’abondance imaginaire que le changement de paradigme a créée. Ils sont donc aux ordres « à l’insu de leur plein gré ». On voit à nouveau mal comment l’intelligence peut reprendre le manche et comment il serait possible d’éviter la guerre ou la révolution. Pour ceux qui croient que la France a débuté en 1789, c’est un retour aux sources.

Une première conclusion est qu’il est totalement inutile de perdre son temps à combattre en les isolant, chacune des folies qui ne sont toutes que des conséquences de la corne d’abondance imaginaire : wokisme, lgbt, immigration, féminisme, individualisme, laïcité, passage doucereux de l’égalité à l’identité homme femme. Elles ne sont toutes que des conséquences. C’est en comprenant l’origine de la force de la monnaie que tout pourra rentrer dans l’ordre. La nouvelle aristocratie, universitaire, ministérielle ou planquée dans les comités Théodule, a réussi le coup de maître que personne n’en ait envie.