Méli-mélo à Capharnaüm. Et si on essayait d’y voir clair !

Tout le monde connait l’histoire de la grenouille qui ne réagit pas à la montée lente de la température dans la casserole qui lui sert de baignoire. Elle meurt cuite et sans réaction alors que, d’un coup de patte, elle se serait éjectée si la température était montée brutalement. C’est exactement ce qui nous arrive depuis 50 ans et, sachant que nous sommes la grenouille indolente, il nous faut comprendre ce qu’est cette eau qui chauffe, passant d’un bain agréable à une bouilloire létale. Qui la fait chauffer et avec quelle motivation ? Il nous faut aussi, non seulement comprendre pourquoi nous ne réagissons pas, mais aussi entrevoir comment réagir tant que notre amollissement nous le permet encore.

LE PROBLEME

Le problème que la montée des contraintes doit résoudre est énorme, la population mondiale n’arrête pas de croitre de façon démesurée. Un milliard en 1800, deux en 1927, trois en 1960, quatre en 1974, cinq en 1987, six en 1999, sept en 2011 et huit prévus en 2022. Or une espèce animale qui n’a plus de prédateurs s’est toujours multipliée jusqu’à sa propre extinction. Les hommes deviennent les sauterelles de la 8e plaie d’Égypte de la Bible :

Elles couvrirent la surface de toute la terre, et la terre fut dans l’obscurité ; elles dévorèrent toute l’herbe de la terre et tout le fruit des arbres, tout ce que la grêle avait laissé ; et il ne resta aucune verdure aux arbres ni à l’herbe des champs, dans tout le pays d’Égypte.

Cette augmentation s’est faite en deux temps. Jusqu’aux années 70, les découvertes médicales ont diminué drastiquement la mortalité infantile en occident d’abord puis sur toute la Terre en faisant artificiellement croitre l’espérance de vie qui n’a quasiment pas bouger à 20 ans depuis des siècles. Les 4 milliards d’hommes de ces années-là étaient encore en équilibre avec la Terre. Mais doubler la population mondiale en moins de 50 ans pose un problème dont nous n’osons même plus parler tellement il est terrifiant. Sans en parler, l’élite médiatico-politico-universitaire cherche sa solution et fait l’erreur fondamentale de chercher une solution unique qu’elle n’a pas encore trouvée et que doit fabriquer son intelligence, tout en préparant les peuples à tout accepter puisqu’il y aura urgence.

LES BASES OUBLIÉES

Avant d’étudier la façon dont l’élite cherche et tente de construire sa solution, il faut se souvenir qu’un équilibre stable se reconstitue naturellement s’il est dérangé, comme une pomme au bout de sa branche ou une bille dans un bol. Il ne demande aucun apport d’énergie et se reconstitue tout seul. A l’inverse un équilibre instable comme le château de cartes ou le funambule sur son fil, s’effondre brutalement s’il est dérangé et nécessite à la fois beaucoup d’énergie pour tenir et une technique obligatoire et pointue pour éviter son effondrement. Normalement les équilibres instables sont rares, l’homme aimant sa liberté et n’ayant habituellement à sa disposition que sa propre énergie et ses propres outils.

Il faut aussi avoir en tête que le premier équilibre stable qui se reconstitue systématiquement tout seul est que tout est balancier et que toute action génère sa réaction. Les droits et les devoirs n’existent pas durablement les uns sans les autres. Les productions ne sont richesses que si quelqu’un s’appauvrit pour les obtenir ou si nous changeons notre regard sur elles. L’exemple de la vache avec son lait et son purin nous interdit de confondre production et richesse.

LA SOLUTION DES ELITES

La vanité de nos élites actuelles leur fait rechercher par facilité une solution mondiale unique qu’ils savent, sans la connaître encore, devoir être imposée aux peuples qui sont trop différents pour gober volontairement le même breuvage. Un gouvernement mondial est leur tasse de thé et ils s’y voient évidemment beaucoup plus eux-mêmes qu’ils n’y voient des aborigènes, des pygmées ou des amérindiens. Soumis à leurs homologues anglo-saxons, ils veulent transpercer le ciel par une sorte de nouvelle tour de Babel construite avec des techniques et une énergie qu’ils sont sûrs de trouver et dont ils sont déjà fiers. Mais la Terre qu’ils appellent dorénavant avec dédain « la planète » est composée de civilisations, de nations et d’histoires d’hommes différentes qui toutes commencent à résister à cette solution unique, non encore trouvée et déjà imposée.

Les élites cherchent à construire un équilibre instable mondial et unique en l’imposant aux peuples par une avalanche d’obligations, d’interdictions et de normes, toutes en équilibre instable nécessitant sans arrêt de nouvelles techniques générant de nouvelles lois et consommant toujours davantage d’énergie. Ne pouvant plus trop augmenter les impôts, elles multiplient les amendes en culpabilisant leurs peuples tous azimuts.

Personne n’a les nouvelles techniques mais nos élites, aussi perdues que nous, les appellent simplement progrès, innovation et réformes pour faire savoir sans y croire elles-mêmes que le futur va apporter la solution, qu’il arrive comme le Père Noël alors que personne ne sait ce qu’il apporte.

Pour l’énergie, depuis les mêmes années 70, nous avons cru inventer l’énergie gratuite qu’est la monnaie-dette. Notre merveilleuse élite a même donner un nom à cette énergie gratuite. Elle veut des « plans Marshall » pour tout et partout, chaque dépense devient un investissement. A tout problème un « effort financier indispensable » est la solution. L’effort financier devient impératif partout tout en négligeant l’origine humaine de la force de l’argent.

Pour imposer aux peuples leur solution pour l’instant inexistante, les élites mettent en place l’identité numérique permettant de tuer socialement tout récalcitrant comme la Chine le pratique déjà. Personne ne sait si le SARS-CoV-2 a été fabriqué dans ce but ou s’il est une simple opportunité sur laquelle ils ont sauté, mais tout le monde constate que les dirigeants en profitent pour tester l’efficacité de la peur sur les peuples et celle de leur contrôle par l’identité numérique. Peur du virus, peur du terrorisme, peur du réchauffement climatique, peur de la guerre, n’importe quelle peur totalement irrationnelle fait l’affaire. La malhonnêteté intellectuelle triomphe partout. Il est triste de constater son efficacité sur les peuples trop confiants.

Ce sont nos élites qui font chauffer l’eau avec la belle et ferme intention de tout arrêter dès qu’elles auront trouvé la solution, ce qui ne saurait tarder d’après elles. C’est cette course contre la montre entre notre mort ébouillantés et le fruit de l’intelligence de nos élites qui devient notre quotidien avec un net avantage à notre ébouillantage puisqu’elles ne cherchent que dans le mondialisme une solution unique qui n’a aucune chance d’aboutir. Les élites s’auto-protègent dans toutes les institutions internationales fort coûteuses où elles s’auto-congratulent en voulant se convaincre que leur intelligence triomphera pour notre plus grand bien pendant que les peuples commencent à trouver l’eau un peu chaude. Il est piquant de se rappeler que la mort par ébouillantage était déjà la peine infligée en France aux faux-monnayeurs sous l’Ancien Régime. « Tout change pour que rien ne change » comme nous rappelait Tancredi dans Le Guépard. Une manière élégante de décrire un équilibre stable.

Chercher une solution unique et mondiale nécessite un formatage unique et mondial des peuples. Imaginer une civilisation unique et mondiale, c’est évidemment vouloir imposer la sienne et tenter de rendre crédible le mythe de la tour de Babel, équilibre instable par nature qui demande toujours davantage de techniques et davantage d’énergie. Le bon sens, sous l’apparence des dieux, détruit inéluctablement cette tour infernale.

LA DISPARITION DES ANCIENS REPERES

Par un très malheureux concours de circonstances, la spiritualité collective qui freinait autant les tentatives de réalisation des fantasmes que la rareté de la monnaie, a été quasiment effacée par le ratage de Vatican II. Le concile a en effet vu ses bonnes intentions complètement dénaturées par son incompréhension de ce qu’est le lien, personnel à chaque nation, entre sa monnaie objective et sa richesse subjective. Laisser à César ce qui lui appartient est évangélique. Ne rien n’y comprendre ne l’est pas. Le pape François lors de sa rencontre le 12 septembre 2021 avec ses confrères jésuites slovaques, rapportée par Civiltà catholica le 21 septembre, a parfaitement compris que le monde était « conditionné par les addictions et la virtualité » mais il ne semble pas avoir compris que les addictions sont des évasions d’un monde sans spiritualité collective (l’islam est malheureusement pour nous la seule religion qui résiste à cette folie) et la virtualité, très consommatrice d’énergie, ne peut prospérer que par la débauche de fausse monnaie. Faut-il oser conseiller à François de lire François, non d’Assise mais Ponsard ? L’académicien écrivait en 1853 en alexandrins dans L’honneur et l’argent :

Quand la borne est franchie, il n’est plus de limite
Et la première faute aux fautes nous invite.

Et la première faute aux fautes nous invite ! Toute notre agonie sociale ne serait-elle pas dans ce vers ? Et la difficulté ne serait-elle pas de savoir quelle est la faute première, celle qui nous invite à toutes les autres ?

Repérer et rectifier la première faute, ce serait arrêter de nourrir toutes les autres mais comme elles s’entremêlent de plus en plus, dénouer l’écheveau est une vraie difficulté dont le résultat est difficilement audible. Certains vont dire en effet que c’est l’immigration, d’autres la fausse monnaie, d’autres encore le laxisme généralisé, la perte de repères ou l’individualisme triomphant, d’autres enfin vont accuser tous les premiers de faire des fixations sur des marottes. Comment y voir clair ? Sans doute en se rappelant que les erreurs sont toutes sans exception des équilibres instables terriblement énergivores. C’est par la privation d’énergie que les équilibres instables s’effondrent et disparaissent. Le bébé sur un fil tombera par absence de concentration. Le château de cartes s’écroulera dès que l’énergie nécessaire au calme absolu manquera. C’est donc en limitant l’énergie, en la bornant, que l’on évite la première faute, évitement qui rendra toutes les autres presque impossibles. D’où la nécessité d’une monnaie fondée sur une richesse déjà reconnue comme l’or et de la vérification qu’aucune monnaie n’est créée sans blocage vérifié de cette richesse incontestée. La limitation de la monnaie d’un peuple à sa richesse en or a toujours été le gage de sa force et le désintérêt mondial vis-à-vis du dollar en est une nouvelle preuve que la puissance militaire ne peut que dissimuler provisoirement.

La solution des dirigeants actuels est morte avant même d’être née et est la plus fabuleuse IVG que le monde ait connue. En effet elle repose accessoirement sur l’acceptation par tous les peuples d’une discipline mondiale unique que même l’identité numérique sera totalement incapable d’imposer. Mais surtout elle est fondée sur l’énergie illimitée de la monnaie numérique alors que l’ensemble du système bancaire mondial est déjà à l’agonie. En effet les actifs des banques hors immobilier sont principalement constitués de créances sur les États et sur les multinationales. Or, si les petits remboursent, les gros ne paient que les intérêts et fabriquent des créances pourries que les banques essaient de titriser et de vendre comme pour les « subprimes » avant 2008 avec le résultat que l’on connait. Retarder l’explosion est l’activité première des banques pendant que les dirigeants fondent tout, et sur leur capacité à maîtriser les peuples par la peur et l’identité numérique, et sur la solidité des banques.

ALORS QUE FAIRE ?

La solution de notre problème existe pourtant mais elle est multiple, différente suivant chaque nation et fondée sur des équilibres stables demandant peu d’énergie et laissant l’énergie humaine déployer son inventivité sans se nourrir exclusivement et abusivement d’énergie monétaire.

Se contenter d’avoir une solution pour notre pays est sans doute une nécessité que l’humilité et le réalisme imposent. Les équilibres stables dont la France aurait besoin pour construire sa solution qui serait sans doute beaucoup imitée si elle était appliquée, pourraient être les suivants :

Toutes les énergies humaines seraient utilisées pour le bien de la nation et quand elles ne le seraient pas par les entreprises, l’artisanat, l’agriculture ou le commerce, elles le seraient sans délai par les ateliers nationaux qui rendraient utiles tous les chômeurs tellement il y a de choses à faire quelles que soient les compétences de nos nationaux. La nation les indemniserait, non de leur inaction mais de leur action. Les fonctionnaires autres que régaliens et qui sont devenus largement les plus nombreux seraient affectés progressivement aux ateliers nationaux pour devenir utiles et non plus simplement commentateurs, contempteurs et contrôleurs. Le principe des ateliers nationaux serait très simple : tout Français ayant besoin d’argent demanderait à sa mairie comment il peut être utile. L’État rémunérerait dès certification par la mairie de l’utilité de l’énergie dépensée. Chacun serait rémunéré après avoir été utile, jamais pour le devenir éventuellement.

Apprendre à devenir utile resterait l’apanage de l’éducation, parentale d’abord, nationale ensuite dès qu’elle aurait été nettoyée de ses addictions et de sa virtualité hors de prix. L’éducation nationale redeviendrait humblement et efficacement l’instruction publique avec un primaire limité à l’apprentissage de l’écriture, de la lecture et du calcul ; avec un secondaire destiné à déceler pendant toute sa durée si un élève peut encore améliorer sa capacité à être utile au groupe ou s’il doit tout de suite passer à l’action ; avec un baccalauréat qui retrouverait sa vocation première de vérification. Vérifier que ceux qui y arrivent sont non seulement immédiatement aptes à être utiles, mais que se trouvent parmi eux, le petit nombre qui peut encore améliorer dans le supérieur sa capacité contributive au groupe. Le laxisme actuel avec lequel on donne le bac pour que quelques politiciens puissent s’enorgueillir de 85% de bacheliers, devraient amener l’université à n’accueillir que les mentions très bien et à mieux choisir ses professeurs.

Le retour au franc lié à l’or ou à n’importe quelle richesse déjà reconnue, permettrait de limiter la quantité de monnaie, en opposition frontale à la volonté actuelle des dirigeants de faire une monnaie électronique illimitée dont la force ne sera puisée que dans les esclavages à venir que cette monnaie génère. C’est au contraire en arrêtant toutes les subventions et les allocations qui ne sont que des achats de voix de patients addictifs, que chaque Français saurait que la seule aide de l’État est de lui fournir du travail s’il n’en trouve pas tout seul, conformément aux préambules des constitutions de la IVe et Ve républiques. Il y est en effet écrit que « Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ». Mais le conseil constitutionnel le 28 mai 1983, sous la présidence de Daniel Mayer nommé par Mitterrand, a scandaleusement vidé la phrase de sa substance en permettant à l’État de se dédouaner, laissant le souci de l’emploi aux entreprises et achetant sa propre tranquillité en payant les chômeurs.

La dette serait scindée entre celle qui a été créée par un prêt de vraie monnaie, résultat d’un travail effectif, et celle créée ex nihilo par la double écriture des banques avec promesse bancaire de détruire cette fausse monnaie dès qu’elle aura été remboursée avec intérêts. La première serait remboursée, la seconde serait nationalisée au prix coûtant de sa création. Cela ferait disparaitre la plus grande partie du secteur bancaire rendant disponibles ses salariés pour les entreprises, l’artisanat, le commerce, l’agriculture et les ateliers nationaux.

Fiscalement, ayant observé que la TVA couvre 50 % du budget de l’État, la totalité des impôts pourraient être supprimés en commençant par les impôts imbéciles sur la production et sur l’emploi pour ne garder qu’une TVA à 40 % sur l’ensemble de la consommation. Quelqu’un qui ne consomme pas la fabrication des autres ne devrait rien à la collectivité mais dès que quelqu’un consommerait ce qu’il n’a pas produit lui-même, il participerait à l’effort commun qui le lui a permis. L’État rentrerait autant d’argent mais ce ne serait payé que par ceux qui profite de son efficacité en consommant le résultat de sa gestion.

L’accumulation de normes et de lois depuis 50 ans, typique des équilibres instables serait violemment nettoyée. Le parlement aurait pour mission de faire retrouver aux différents codes l’épaisseur qu’ils avaient avant le séisme des années 70, en ne laissant aux juges que l’appréciation des faits et non celle des textes. Les textes seraient suffisamment rares et travaillés pour ne laisser aucune place à la jurisprudence. Un texte permettant plusieurs interprétations et laissant la Justice choisir, serait inconstitutionnel.

Il y aurait retour au troc entre nations imposant l’équilibre de la balance des paiements comme l’avait décidé le pacte de La Havane signé en 1948 par 53 États dont la France et tous les pays anglo-saxons. Ils ont créé l’Organisation Internationale du Commerce (OIC) avant de l’abandonner lâchement au profit de la lamentable OMC d’esprit rigoureusement inverse prônant le renard libre dans le poulailler libre. C’est par la dévaluation ou la réévaluation des monnaies que la balance des paiements devrait s’équilibrer quelle que soit la balance commerciale. Grâce au troc à l’international, chaque peuple resterait face à lui-même sans créer ou subir un nouvel esclavage.

La libre circulation des biens et des monnaies serait abolie, les deux constituant le patrimoine national et ne pouvant sortir qu’avec une entrée équivalente. Les paradis fiscaux en seraient automatiquement asséchés.

La parité restant un fantasme en maternité, les femmes seraient rémunérées de leurs grossesses comme de la réalité de l’éducation de leurs enfants. Les ménages ayant au moins 3 enfants seraient favorisés car s’il y a trop d’humains sur terre, chaque race doit être préservée comme dans toute espèce animale et la race blanche est actuellement en danger, quelles que soient les causes de ce constat indéniable.

L’arrêt des subventions, des allocations et de toutes les formes de prébendes de millions de chanoines laïcs choisis par l’élite, ferait naturellement s’assimiler en nous enrichissant ou remigrer en nous allégeant, la marée humaine venue en masse profiter de notre folie.

La langue française serait le véhicule de tous ces équilibres stables. Les langues étrangères seraient bien sûr autorisées, certains de leurs mots ont d’ailleurs été heureusement intégrés à notre langue, mais leur utilisation nouvelle quand un mot français préexiste serait systématiquement taxée. Cette liberté-là serait payante comme tous les luxes inutiles.

EN CONCLUSION

Deux voies s’ouvrent aujourd’hui à nous :

La solution de nos élites qui est une spirale négative générant continuellement des peurs en les fixant aléatoirement sur le sanitaire, le sécuritaire, le climatique ou le guerrier qui sont bien commodes. Cette solution très en vogue est une augmentation permanente d’équilibres instables qui ne tiennent que par la suppression progressive de toutes les libertés. Elle continue à entraîner la multiplication des lois, des normes, des dettes et des contrôles dans l’attente d’une solution mondiale que le bon sens sait ne jamais advenir et au contraire recréer des esclavages sous de multiples formes.

Et il y a celles des peuples qui peuvent résister au déferlement médiatique, renvoyer les dirigeants actuels à leurs chères études et porter au pouvoir des personnes qui se limitent humblement aux équilibres stables, chacun dans sa civilisation, sa nation et sa famille.

L’avenir sera ce que les peuples en feront. Cela s’appelait il n’y a pas si longtemps la démocratie.

L’harmonie perdue entre l’individuel et le collectif

L’harmonie entre l’individuel et le collectif est la recherche permanente de tous les pouvoirs et elle génère une civilisation chaque fois qu’elle est trouvée.

Jusqu’à la deuxième partie du XXe siècle, le modèle de cette harmonie a toujours et partout été la famille comme l’oïkos grec, la domus latine ou toutes les tribus de par le monde. Le capitalisme a profité de la déconnexion toute récente des monnaies de toute richesse préalablement reconnue, pour imposer l’entreprise comme nouveau modèle d’harmonie entre l’individuel et le collectif. Le passage s’est fait en douceur car l’entreprise, qu’elle soit artisanale, commerciale ou industrielle, n’était au départ qu’une copie de la structure familiale. Mais l’entreprise utilise, beaucoup plus que la famille, l’énergie monétaire pour pallier le manque éventuel d’énergie humaine. Et l’énergie monétaire étant nouvellement et apparemment inépuisable, le capitalisme a déifié les entreprises, leur attribuant même le rôle de créateur de richesses jusque-là réservé aux dieux, alors que la famille a toujours dû se contenter de l’énergie humaine éternellement limitée.

Depuis 50 ans à partir de la légalisation du divorce et l’avalanche d’IVG, de PACS, de mariage unisexe, de PMA et de GPA, nous tuons systématiquement la famille par sa fragilisation, la dilution de sa direction et notre désintérêt pour son harmonie. Sa « recomposition » et son invention « monoparentale » soumettent le collectif à l’individuel au lieu de les harmoniser. La famille n’est volontairement plus le modèle de l’harmonie avec son énergie humaine.

En même temps nous survalorisons l’entreprise qui créerait une nouvelle harmonie en réalité complètement fallacieuse. Non seulement l’entreprise harmoniserait l’individuel et le collectif mais elle créerait des richesses grâce à l’énergie monétaire. Le « développement économique » serait le partage de ces richesses.

En réalité l’entreprise produit en transformant mais c’est son client qui fait de sa production une richesse en l’achetant. Il n’y a, macro économiquement parlant, aucune création de richesse, il y a échange d’une production avec une richesse déjà reconnue, l’argent. C’est la rareté habituelle de l’argent qui donne la qualité de richesse à la production de l’entreprise. Il suffit de fabriquer de l’argent pour qu’une production qui n’est en réalité que déchet ou embarras, devienne apparemment richesse. Dans l’harmonie familiale le dessin de l’enfant est l’un des pendants de la production de l’entreprise. Il n’est richesse que s’il est échangé avec le regard admiratif de la famille et il se transforme en déchet dès qu’il n’intéresse plus. La valeur que les entreprises ajoutent, la fameuse valeur ajoutée dont la somme est chiffrée par le PIB, n’existe que si le client s’appauvrit en monnaie non seulement de cette valeur ajoutée mais aussi de la valeur de tout ce qu’il a fallu acheter pour produire.

Alors que le développement économique avait toujours été le constat des richesses créées par l’énergie humaine et constatées par leur échange avec une richesse préalablement reconnue, il est devenu le constat de richesses à la fois et « en même temps » créées et constatées par une énergie monétaire que l’élite auto proclamée voit inépuisable en l’appelant marchandise, signe, institution, convention ou tout autre mot à ne surtout pas creuser.

L’alliance sur ce point, mafieuse ou incompétente, des universitaires, des politiques, de la finance et des médias est d’une telle force qu’il est devenu une donnée d’évidence incontournable que l’on peut faire vivre une civilisation grâce à une énergie monétaire venue de nulle part, laissant les hommes dépenser leur énergie en salle de sport, en jogging, en ski ou en farniente. Le déluge d’énergie monétaire factice crée une hausse des prix de l’immobilier qui contribue encore davantage à la destruction de la famille qui a de plus en plus de mal à se loger décemment. Cette folie collective laisse croire à la réalité d’un eldorado qui attire la Terre entière, où nous travaillerions toujours moins n’ayant plus comme seul souci que de remplir notre temps libre et de nous extasier sur notre transhumanisme terriblement consommateur d’énergie monétaire gratuite. Le travail se réduirait d’ailleurs de plus en plus à l’inutilité de transmettre des papiers, imposer des normes et vérifier qu’elles soient respectées par les autres.

Le peuple est perdu et en accuse l’élite. L’élite est perdue et en accuse le peuple. Tant qu’il n’y aura pas de prise de conscience que l’énergie monétaire est limitée par l’énergie humaine qui la crée, la violence continuera à monter et notre civilisation à mourir de l’impéritie de ses élites. Pour ne prendre que deux exemples de scientifiques, le polytechnicien Jean-Marc Jancovici claironne à Sciences-Po que « Du pognon, il y en a ! » et Yves Montenay, centralien, Sciences-Po, bombardé professeur d’économie toujours à Sciences-Po, a écrit le 23 juin 2021 sur son blog La reprise et la dette « pour les nuls » dans lequel il écrit de façon condescendante l’énormité suivante :

Quel sera l’impact du remboursement ?

C’est très difficile à évaluer. Si vous remboursez votre dette, votre créancier reçoit votre argent. Ce dernier n’a donc fait que se déplacer et ça ne change rien.

En fait tout dépend qui est le créancier et ce qu’il fera de l’argent, ce qui est imprévisible. On peut néanmoins imaginer qu’après une cascade d’intermédiaires, l’argent retombe chez un particulier ou une entreprise, qui elle-même va commander, consommer ou investir… donc, a priori, rien de bouleversant. Sinon qu’il faut être conscient qu’on ne sait pas, et qu’il faudra de l’agilité pour se placer commercialement au bon endroit !

Avec le rebond de la consommation, une grande partie des entreprises va retrouver une activité normale et remboursera ses dettes et le gros du problème de l’endettement disparaîtra de lui-même.

Dans son esprit scientifique il est inutile d’acheter son pain puisque, acheté ou pas, le pain et l’argent n’ont « fait que se déplacer et ça ne change rien ». Comme quoi intelligence et bon sens ne font pas toujours bon ménage chez les « professeurs » d’économie.

Pour la présidentielle de 2022, de Zemmour à Macron, de Le Pen à Mélenchon, dans toute la palanquée de socialistes, d’écologistes et de républicains, tous aussi divers qu’inconciliables, chacun a sa solution miracle et personne n’ouvre encore les yeux. Il y a pourtant urgence.

L’énergie humaine, seule énergie de l’économie

Nous avons complètement oublié la base de l’économie à savoir l’échange d’énergie humaine pour le bien-être en collectivité. C’était pourtant évident dans un village où chacun avait sa place en apportant ce qu’il savait faire et en profitant de ce que savaient faire les autres.

A l’arrivée de la monnaie, inventée dans toutes les civilisations pour contrer ceux qui profitaient volontiers de l’énergie des autres sans apporter la leur, la monnaie véhiculaient physiquement l’énergie humaine qui avait dû être dépensée auparavant pour obtenir la monnaie. C’était du bétail, du blé, du sel, de l’or, de l’argent ou même des plumes d’oiseau dont la rareté prouvait l’énergie humaine qui avait été dépensée pour les obtenir. C’est parce que la monnaie a toujours été un véhicule d’énergie humaine préalablement et intelligemment dépensée, qu’elle  a toujours été acceptée en paiement par le groupe qui savait que cette énergie humaine était définitivement enfermée dans cette monnaie et qu’elle serait donc définitivement un titre de créance sur n’importe quel membre du groupe qui utilise cette monnaie.

La monnaie papier a été inventée en France au XVIIIe siècle sous le Régent par Law (qui se prononce curieusement Lass) puis en Russie avec la Grande Catherine et dans les Amériques avec le dollar continental, enfin à nouveau en France avec les assignats pendant la révolution. La monnaie papier a toujours été gagée au départ sur une énergie humaine préalablement et intelligemment dépensée. C’était le défrichage du Nouveau Monde pour Law, les mines de  cuivre pour la Grand Catherine, les biens de la noblesse et du clergé pour les assignats et l’or anglais pour le dollar continental. Mais partout la fièvre politique d’utiliser une énergie humaine inexistante a vite fait imprimer beaucoup plus de billets que la quantité d’énergie humaine préalablement dépensée n’en autorisait, et c’est l’énergie de tous ceux qui détenaient cette monnaie devenue fausse qui fut dépensée par leur ruine lors du constat que cette monnaie ne valait rien après avoir fait la fortune de certains.

Depuis 1971 et les monnaies dites flottantes, le triumvirat médiatique, universitaire et politique tente de faire croire que la monnaie est déconnectée de l’énergie humaine et qu’elle a tout de même une force énergétique, ce qui est rigoureusement impossible mais que le triumvirat aura fait tenir 50 ans en ruinant par avance tous les imbéciles, c’est-à-dire nous tous, qui auront des dollars, des euros ou des yens au moment de l’explosion du système.

Le système va forcément exploser parce qu’avec l’invention de la monnaie dette, on dépense deux fois de l’énergie humaine pour produire une seule richesse valorisée à à peine plus de la moitié de l’énergie humaine dépensée. Une première fois on dépense de l’énergie humaine en investissant l’argent nécessaire pour produire en payant les matières premières, les salariés et les machines. Cela donne une production qui ne deviendra richesse que si un client vient dépenser une seconde fois. Sans cette seconde dépense, la production devient d’abord un encombrant puis un rebut avec le constat de la perte de la première dépense. La richesse est quantifiée par l’énergie humaine qu’il a fallu dépenser pour la produire mais pour pouvoir en jouir, il faut que le client dépense à nouveau cette quantité d’énergie humaine.

Tant que la monnaie comme l’or était une richesse préalablement reconnue comme porteuse d’énergie humaine préalablement et intelligemment dépensée, la production n’était qu’un échange d’énergie humaine. Les ouvriers ajoutaient leur énergie personnelle à celles de leur prédécesseurs qui, véhiculée par l’or, leur apportait les outils et la matière. Leur production était un véhicule vivant d’énergie humaine dans lequel les artisans avaient augmenté de leur labeur la quantité d’énergie. La production pouvait alors s’échanger avec l’énergie que possédait le client avec son or. Le client constatait en achetant que le labeur des ouvriers avait enrichi la communauté et que l’on pouvait en prendre acte en frappant une nouvelle monnaie en or. Les ouvriers transformaient leur énergie en or

La limitation de la quantité de monnaie était obligatoire. La limite était concrète par l’or nécessaire et elle était surtout volontaire par l’observation de l’énergie humaine déjà utilement dépensée. La vie n’étant qu’échange d’énergie, la monnaie ne faisait que faciliter les échanges. Sa limitation permettait de ne pas se perdre dans la réalisation irresponsable de tous nos désirs voire de nos fantasmes.

Aujourd’hui tout est changé. Depuis la nouvelle religion de la monnaie fiduciaire où tout est fondé sur la croyance dans le remboursement de la monnaie dette, le fossé se creuse entre la réalité et le mensonge martelé par le trio universitaire politique et médiatique, relayé par le nouveau clergé de cette nouvelle religion. Le mensonge dit que c’est la  création de richesse annuelle, le fameux PIB, qui va apporter la seconde vague d’énergie humaine et qui va rembourser les emprunts faits pour investir. Comment va-t-on pouvoir rembourser l’investissement quand la production qui en découle doit encore trouver acheteur pour devenir richesse donc possible remboursement. Il faut dépenser une deuxième fois pour rembourser la première. On est sans arrêt en manque d’énergie humaine. Et ce manque est encore aggravé par le client quand il emprunte pour acheter au lieu d’avoir stocké son énergie sous forme d’épargne.

La réalité, pendant que ces braves gens pérorent, est que le système cherche désespérément l’énergie humaine qui se dépense près de deux fois quand elle n’est apportée qu’une fois ou même pas du tout si tout le monde emprunte.

Tant que le peuple ne s’étonne pas, c’est la montée stupéfiante de la dette et ce sont les différents esclavages qui se mettent en place pour apporter l’énergie humaine manquante. La dette se chiffrant déjà en centaines de milliers de milliards de dollars, les esclavages vont être de plus en plus voraces puisque l’énergie humaine consommée continue dogmatiquement à être infiniment supérieure à l’énergie humaine apportée. Le libéral-libertarisme actuel est la face visible d’un monde qui ne vit que de sa face cachée, la résurgence d’un esclavage jamais connu sur Terre, même en Afrique précoloniale où l’esclavage était pourtant déjà structurel comme dans notre nouvelle religion.

Le triumvirat a trouvé son dérivatif pour que la jeunesse ne prenne pas son problème à bras le corps : l’écologie. Il réduit volontairement l’écologie, l’étude de la maison, à la maison Terre. Il fait le grand écart intenable en vantant une organisation où la dépense exponentielle d’argent exige une dépense exponentielle d’énergie humaine mais où, pour être aimé, il reconnait comme avantage acquis, la non dépense d’énergie humaine  et où, par incompétence, il accuse les entreprises de ne pas assez utilisé cette énergie tout en lui en pompant par des impôts sur la production. Il va dépenser la monnaie remboursable par l’esclavage, l’énergie humaine qu’il a stupidement paralysée en la confinant.

A quoi cela sert-il de rappeler qu’il n’y a pas une maison mais plusieurs appelées civilisations et qu’une seule réponse globale est d’une rare stupidité rappelée par le mythe de la tour de Babel ? A quoi cela sert-il quand les prêtres de la nouvelle religion réduisent le problème à un problème de CO2 ? Ils alarment sans aucune autre solution qu’un mondialisme, nouvelle tour de Babel prenant pour modèle notre civilisation malade qui ne cherche même plus à se comprendre.

A quoi cela sert-il de chercher des solutions quand le triumvirat veille à ce que le seul problème à résoudre soit comment refuser de le voir ?

Ce sont les générations arrivantes qui se suicident en ne voulant pas regarder la cause et en jouissant de ses effets. Les meilleurs s’isolent et renoncent. Qui s’intéressera au peuple ?

Quand des demeurés croient que l’énergie monétaire peut remplacer l’énergie humaine

Etre demeuré ne veut pas dire du tout être un imbécile. C’est rester dans un mythe et refuser la réalité trop dérangeante. C’est être au sens propre mythomane et prendre demeure dans le mythe en y croyant dur comme fer et souvent de bonne foi. Cela fait un demi-siècle que nos dirigeants, quelle que soit leur couleur du moment, jouent avec l’énergie humaine et l’énergie monétaire en manipulant la seconde parce qu’ils sont incapables d’organiser la première. Ils sous-traitent aux entreprises la totalité de leur devoir d’organisation de l’énergie humaine, de celle de leurs compatriotes. Au lieu de simplement se féliciter quand les entreprises allègent leur problème, ils ont l’audace d’appeler chômage leur incompétence en maugréant sur l’inaction des entreprises. Imagine-t-on le chômage dans une famille ou une tribu ? Va-t-on s’y lamenter ou agir ? Pourquoi le chômage existe-t-il quand quelqu’un qui s’est voulu responsable de la collectivité s’appelle un Politique ? Malheureusement sans doute parce que les médias le répute inéluctable et l’université structurel. Malheureusement aussi parce que nous sommes facilement des moutons façonnés par les Politiques, les médias et l’université. Malheureusement encore parce que tout ce beau monde en est resté en 1848 lorsque l’échec des ateliers nationaux est venu de l’addition d’une organisation hâtivement militaire et d’une ignorance de ce qu’il y avait à faire en en arrivant même à couper des arbres pour les replanter, préfigurant Keynes qui faisait creuser des trous pour les reboucher. L’échec des ateliers nationaux est surtout venu de l’incapacité générale à mettre en simple concurrence le public et le privé comme s’il fallait choisir entre capitalisme et socialisme au lieu de les mettre tous deux à l’œuvre sur les mêmes sujets pour comparer leur efficacité. Quand cette concurrence s’est faite entre sociétés nationalisées et sociétés privées, elle s’est limitée malheureusement à de grosses unités qui ont toutes limité leurs buts à la satisfaction des sources d’énergie monétaire. Cela avait pourtant donné un temps Renault et Peugeot, BNP et Rothschild et la concurrence était émulatrice. Mais en s’appelant entre eux droite et gauche et en appelant populistes tous ceux qui ne rentrent pas dans leur moule, le trio Politiques média université est resté dans sa quasi totalité un trio de demeurés qui se décharge à nouveau totalement de son devoir sur le privé.

Si l’on remplace monarchie par capitalisme, république par socialisme, et ateliers nationaux par chômage, le discours de Victor Hugo à l’assemblée en 1848 est saisissant d’actualité :

« Les ateliers nationaux sont (le chômage est) un expédient fatal. Vous avez abâtardi les vigoureux enfants du travail ; vous avez ôté à une partie du peuple le goût du labeur, goût salutaire qui contient la dignité, la fierté, le respect de soi-même et la santé de la conscience. A ceux qui n’avaient connu jusqu’alors que la force généreuse du bras qui travaille, vous avez appris la honteuse puissance de la main tendue ; vous avez déshabitué les épaules de porter le poids glorieux du travail honnête, et vous avez accoutumé les consciences à porter le fardeau humiliant de l’aumône. Nous connaissions déjà le désœuvré de l’opulence, vous avez créé le désœuvré de la misère, cent fois plus dangereux pour lui-même et pour autrui. La monarchie (le capitalisme) avait les oisifs, la République (le socialisme) aura les fainéants. »

En 2020,  comme rien ne marchait et pour tenir encore un moment, ils sont tous passés à la vitesse supérieure. Sous prétexte d’un virus dont les Américains et les Chinois se rejettent la paternité et qui fait infiniment moins de morts qu’au moins une dizaine d’épidémies saisonnières depuis la guerre comme le montre le graphique de l’INSEE insuffisamment connu, ils arrêtent volontairement l’usage de l’énergie humaine en reprenant au langage carcéral le mot de confinement, et ils pensent tout compenser en faisant travailler l’énergie monétaire qu’ils pensent savoir créer.

Bruno Le Maire, suffisamment intelligent pour être Normalien, Agrégé de lettres et Enarque, suffisamment honnête pour avoir démissionné de la fonction publique quand il s’est lancé en politique, suffisamment courageux pour avoir affronté Eric Zemmour sans l’insulter, suffisamment rusé pour devenir ministre et suffisamment pragmatique pour le rester, a publiquement démontré qu’il était demeuré au micro d’Europe 1, le jour du jeudi saint. Il a tenu à prendre avec lui l’ensemble du gouvernement avec un nous qui n’était pas de majesté mais un nous de récupération de tous les demeurés de son entourage. Il pense, peut-être à raison, que tous les membres du gouvernement et celui qui les a nommés, sont des demeurés comme lui. Observons que ses mots affirment et justifient deux erreurs fondamentales : une mauvaise analyse du problème et une fausse solution imposée. Une phrase résume parfaitement les deux :

« Contre la crise, nous avons choisi la dette, le seul choix responsable. »

Le problème se résume pour lui à « la crise » sans envisager un seul instant qu’elle vient justement de ce que ses prédécesseurs et lui ont choisi de façon totalement irresponsable la dette comme solution miracle de tous les problèmes. Quelques phrases de son interview éclairent son raisonnement qui est celui que Politiques, médias et université cherchent à nous instiller depuis un demi-siècle

« Ce que nous faisons, c’est du financement par la dette, c’est un choix responsable et nécessaire qui va éviter une catastrophe sociale et économique à la France mais ça ne peut être qu’un choix provisoire. »

Pour croire éviter la catastrophe et se dire responsable, les deux mots clé sont financer et provisoire. Financer veut dire assurer un paiement et la phrase de Bruno Le Maire dans son ensemble est qu’une assurance provisoire est nécessaire. Mais il n’y a pas d’assurance sans prime d’assurance qui seule, par sa multiplicité, permet sa redistribution partielle à quelques-uns. Nous oublions trop facilement qu’une assurance n’est qu’une redistribution à quelques-uns de l’argent de tous après ponction des répartiteurs. « L’assurance paiera » veut simplement dire qu’en répartissant la charge, elle sera moins pesante, ce qui est une évidence.

Tant que la monnaie était en elle-même une richesse comme l’or ou l’argent, l’investissement était une dépense qui était en même temps prime d’assurance. La dépense était soit perdue soit assurée par tous les autres investissements qui rapportaient ce que l’on appelle un retour sur investissement. Les investisseurs s’assuraient entre eux et la somme des retours sur investissements était égale à la somme des investissements perdus, ce qui n’était qu’un transfert de richesse. Ces transferts étaient limités par la rareté de la monnaie, richesse déjà reconnue que l’on ne dépensait pas facilement.

La déconnection de la monnaie de toute richesse préalablement reconnue a complètement changé le rapport entre la monnaie et la richesse. Ne sachant plus ce qu’est la monnaie, nous n’allons plus savoir ce qu’est la richesse qui la sous-tend. Ecoutons Bruno Le Maire :

« La dette va atteindre 112% de notre richesse nationale. »

La précision du 112 % permet de comprendre que notre ministre a donné ce jour-là au PIB le nom de richesse nationale. Sa langue a fourché car d’habitude il considère, comme l’ensemble du trio Politiques média université, que le PIB est la création annuelle de richesses à se partager. La réalité est que le PIB est la somme de toutes nos dépenses publiques et privées sur un an. La dette va donc atteindre 112 % de ce que nous dépensons déjà chaque année. Cela ne gêne pas notre trio qui a déjà encensé le traité de Maastricht, accepté par l’émotivité des Français par 49 % des votants contre 47 % qui l’ont refusé. Ce traité aberrant précise que l’on peut dépenser chaque année 3 % de plus que ce que l’on a déjà dépensé l’année d’avant, ces 3 % étant arrivés sur un bout de table lors d’un « orage de cerveaux » de l’équipe de Mitterrand. Ce même traité permet très curieusement d’emprunter jusqu’à 60% de ce que l’on dépense chaque année. Imagine-t-on une famille s’organiser sur de telles stupidités ? Aujourd’hui dans l’Union européenne, dépenser toujours davantage c’est faire davantage de PIB, donc pouvoir dépenser encore davantage et emprunter toujours davantage pour y arriver. Inutile de dire que la limite de 60 % est mathématiquement impossible à tenir et qu’avant covid 19 nous étions déjà à 100 % et que nous allons être à 112 %. Faire croire que le PIB est une création de richesses permet de tenir un moment mais nécessite l’arrivée de l’autre mot clé, le mot magique provisoire. Ecoutons Bruno Le Maire :

«Nous devons dès que possible et dès que l’économie va redémarrer, réduire cette dette

On arrive à sa solution. C’est l’économie qui va redémarrer comme n’importe quelle créature ; elle va créer des richesses qui nous serviront à rembourser et faire enfin baisser la dette qui ne s’est jamais arrêtée de monter en dépit de sa pseudo-limite à 60 % du PIB. C’est là où les Politiques ont besoin des médias et de l’université pour faire croire au peuple qu’on s’enrichit en dépensant, que l’argent peut tout mais qu’il n’est pas une énergie, qu’en s’approchant du précipice il est à la fois urgent et intelligent de faire un grand pas en avant. Pour ce faire le trio va intervenir, soutenir, investir, toujours avec la fausse énergie monétaire créée par les banques. Ecoutons monsieur le ministre :

« Intervenir et soutenir Air France. Faire en sorte que ce qui est un fleuron industriel français et un symbole aussi, une compagnie aérienne que tout le monde connaît, puisse être soutenue en temps voulu et se redresser rapidement

Air France est aussi à ses yeux une  créature qui va se redresser. C’est le redémarrage de l’économie qui va permettre à Air France de se redresser.

« Investir parce que le grand risque est que l’entreprise n’investisse pas suffisamment à la sortie de la crise. »

Tout est dans l’utilisation de l’énergie monétaire et jamais en utilisant l’énergie humaine que ces ânes bâtés d’entreprises ne savent pas utiliser d’après Bruno Le Maire en n’utilisant pas assez l’énergie monétaire. Anes bâtés est à prendre au sens propre car comme les entreprises sont les seules à avancer, le trio les a chargées d’un bât de plus en plus lourd pour pouvoir continuer à exister sans se remettre en question. Les entreprises, en devant leur donner une partie d’un bénéfice qui n’est jamais que récupération partielle de la richesse du client, plient sous le poids du trio qui veille à ce que les banques soient remboursées avec intérêt de l’argent qu’elles ont fabriqué d’un clic pour le prêter.

La vision est claire : relancer l’économie par la dette puis, grâce à la richesse produite, rembourser progressivement la dette. Relancer l’économie, créer des richesses, rembourser les dettes est le trépied de la mythomanie actuelle où l’on utilise trois verbes actifs, relancer, créer et rembourser, verbes que l’on résume par les deux verbes emprunter et investir, les deux mamelles de la mythomanie.

Il faut comprendre que ce fantasme est né au départ d’une observation parfaitement juste des grandes foires champenoises du XIIIe siècle dont l’activité traduisait réellement la prospérité de la province. Le troc des fruits de l’énergie humaine, en utilisant pour simplifier les échanges, la richesse unanimement reconnue qu’est l’or, montrait par la simple existence de cet échange que les fruits de l’énergie humaine étaient adaptés aux besoins. Compter l’or échangé, c’était à l’époque chiffrer l’utilité de la dépense d’énergie humaine, c’était le PIB que le trio voudrait nous faire croire avoir été inventé au XXe siècle.

Mais en fabriquant des monnaies qui n’ont plus rien à voir avec des richesses préalablement reconnues et en leur faisant remplacer l’or, le négoce n’est plus du tout signe de prospérité. Il n’est plus que fuite en avant. Le négoce est devenu un échange aberrant entre d’un côté, des marchandises de surproduction de machines payées très cher avec de la fausse monnaie, et de l’autre, une fausse monnaie qui vient faire croire que la surproduction est une production de richesses. La fausse énergie monétaire s’échange avec elle-même en étant en plus utilisée à calmer l’inaction de l’énergie humaine. Donc la dette monte inéluctablement et indéfiniment, ne pouvant jamais être remboursée puisqu’elle ne pourrait l’être que par l’énergie humaine que le trio confine ou néglige.

Bernanos écrivait en 1936 « L’homme de ce temps a le cœur dur et la tripe sensible ». Près d’un siècle plus tard tout cela a demeuré et l’homme de ce temps a simplement rajouté deux choses : il a rajouté à l’homme « et la femme » pour satisfaire Marlène et il a rajouté « le cerveau délavé » au cœur dur et à la tripe sensible pour en arriver à confier notre avenir à des demeurés.

Le seul espoir c’est que le trio est demeuré en 1848 et qu’il s’est passé des choses cette année-là.

Lettre ouverte à M. Jean-Marc Jancovici

Cher Monsieur,

Depuis quelques mois les élèves des grandes écoles vous réclament tous pour venir leur faire votre cours de l’école des Mines de Paris sur l’énergie. Chacun peut trouver ce cours sur la toile et il est en effet passionnant.

Vous y montrez en images et avec un vocabulaire incisif et vivant que nous sommes tous devenus des « supermen pour de vrai » depuis que, par l’intermédiaire des machines, nous nous sommes créés des « prothèses » pour multiplier notre capacité énergétique par 200 en consommant les énergies fossiles non renouvelables que sont le charbon, le pétrole et le gaz.

Mais vous rappelez que « la physique sera toujours plus forte que les slogans » et vous en déclinez les conséquences.

Vous montrez que l’humanité est passée en deux siècles des énergies renouvelables avec le chauffage au bois, la marine à voile, les moulins à eau et à vent ou la traction animale, aux énergies fossiles qui ont transformé notre façon de vivre de façon pratiquement irréversible. Le retour en arrière et la redécouverte des énergies renouvelables comme source principale vous semble utopique et vous le démontrez fort bien.

Vous montrez encore que nous n’avons jamais remplacé une énergie primaire par une autre sans continuer à l’utiliser toujours davantage. Nous consommons de plus en plus de bois, de plus en plus de charbon, de plus en plus de pétrole, de plus en plus de gaz, de plus en plus de nucléaire, et l’apport des nouvelles énergies renouvelables, solaire ou éolienne, est quasiment ridicule et ne peut en aucun cas remplacer les énergies fossiles. Vous dites : « Nous avons changé d’ordre de grandeur dans la transition énergétique. »

Vous montrez tout de même que depuis 2008 l’humanité est passée par un pic et que nous avons changé d’époque sans en prendre réellement conscience.

Vous dites que « la décroissance n’est pas un souhait, c’est un élément du cahier des charges » et vous fustigez les irresponsables qui veulent continuer à faire croitre le PIB en diminuant l’émission de CO2

Vous expliquez en effet que tous les convertisseurs d’énergie fossile produisent du CO2 par carburation, vous montrez que les courbes du PIB et de l’extraction de pétrole se superposent quasi exactement.

Pourtant après avoir brillamment éclairé tout cela dans nos têtes, vous vous engagez dans la piste du réchauffement climatique lié à l’augmentation de CO2, piste dans laquelle vous êtes moins convaincant car le lien reste à faire entre l’augmentation des gaz à effet de serre (GES) et les mouvements des cyclones et des anticyclones, seuls responsables du climat. Je ne vous ai pas entendu non plus expliquer ce qui augmente ou diminue la vapeur d’eau des nuages qui forme 55% des GES alors que le dioxyde de carbone n’en forme que 39% et le méthane 2%. Si le réchauffement actuel est évident, il n’est pas évident de l’attribuer à l’homme ou aux éruptions solaires mal connues et aux éruptions volcaniques surtout quand elles sont inconnues car sous-marines.

Mais ce n’est pas pour vous parler du doute que l’on peut avoir sur le réchauffement climatique anthropique que je vous écris cette lettre mais pour vous parler d’une piste que vous n’explorez pas et qui est à mon sens beaucoup plus riche d’actions. Cette piste vous a échappé car vous en êtes resté à une définition fort exacte de la monnaie qui est malheureusement fausse depuis plus de 50 ans.

Vous dites « Le capital, c’est la partie de la production qui ne se consomme pas tout de suite et qui est réutilisable pour augmenter la production future.» Quelle belle définition de l’argent et ô combien exacte !

Malheureusement cette définition n’est plus d’actualité depuis que Nixon a été obligé de déconnecter le dollar de l’or en août 1971 après que la FED ait imprimé 5 fois plus de dollars qu’elle n’avait d’or à Fort Knox pour payer le plan Marshall et les guerres de Corée et du Vietnam. Depuis cette date le dollar n’est plus une partie non consommée de la production et toutes les monnaies que les accords de Bretton Woods avaient liées en 1944 au dollar, non plus. L’euro encore moins puisqu’il a été créé sur des monnaies qui avaient été déconnectées de productions non consommées 30 ans auparavant.

En en restant à ce qu’était la monnaie du temps où elle avait un sens, et sans chercher à voir ce qu’elle était devenue, vous vous privez d’un facteur limitant dont il est parfaitement possible de se servir. Je vous rappelle que le PIB n’est pas un produit mais le chiffrage d’une activité de négoce, chiffrage fait par les trois façons possibles qui doivent donner le même résultat et qui sont le chiffrage de ce qui a été vendu, l’argent dépensé pour l’acheter et l’addition des factures. Il suffit de créer de la monnaie-dette, ce que l’on fait depuis 50 ans, pour faire du PIB et croire que l’on crée des richesses puisqu’on crée artificiellement l’argent pour les acheter et faire croire que la production des machines est richesse. Le PIB n’existe que si en face des productions il y a de la monnaie. Les machines produisent en pillant la Terre et les banques fabriquent de la monnaie pour que les productions soient des richesses. C’est insupportable.

Vous n’avez pas une grande admiration pour les économistes et je ne citerai pas vos phrases qui sont malheureusement bien souvent justes. Pourtant c’est par l’économie que nous réglerons notre problème qui est en effet la réalisation d’une nécessité absolue de décroissance. Nous ne limiterons les productions que par la limitation de l’argent et le retour de son vrai sens de titre de créance sur n’importe quel membre du groupe qui l’utilise, titre de créance causé par une production humaine préalable.

Or la décroissance est interdite par la fabrication sans fin par les banques d’une monnaie-dette qui n’est plus une production passée non consommée mais une production future espérée et prédéfinie arbitrairement comme une richesse, ce qu’elle deviendra en effet apparemment lors de son achat stimulé par les médias et financé par encore une nouvelle monnaie créée par les banques. La monnaie a toujours été une énergie au sens très exact que vous donnez à l’énergie en disant « L’énergie est ce qui quantifie le changement d’état d’un système ». Elle quantifie par le prix la production passée utilisée pour la transformer en nourriture, en logement, en transport et en quasiment tout puisque même les âmes s’achètent disait Faust. Vous rappelez que « pour utiliser une énergie, il faut un convertisseur » et ce sont les commerçants qui sont les convertisseurs de l’énergie monétaire. Mais l’énergie monétaire a oublié que son énergie primaire est l’énergie humaine qui la limite énormément. Elle est devenue avec la monnaie-dette une nouvelle énergie sans source primaire et totalement illimitée qui vient se surajouter sans obstacles à toutes les énergies que vous décrivez fort bien. Cette énergie se transforme en machines et en mangeuse d’énergie fossile. Elle transforme les productions en richesses en les finançant puis en les achetant, elle consomme sans frein le stock des matières premières, qu’il soit fossile comme le pétrole ou renouvelable comme les poissons.

Vous dites fort justement qu’il faut « donner espoir aux gens dans un monde où par ailleurs il n’y aura plus de moyens », qu’il faut savoir « comment on fonctionne au mieux dans une société qui est en contraction », que c’est une guerre et que « Les généraux de cette guerre n’existent pas …ou pas encore ». Vous avez encore raison mais ces généraux n’émergeront pas si on reste désarmé devant cette énergie factice qui fait croire que l’impossible est possible.

Vous brocardez les économistes en disant : « Les économistes disent : ce qui est limitant, c’est ce qui dépend des hommes, le reste ce n’est pas la peine de s’en occuper » N’ont-ils pas malgré tout raison ? Est-ce qu’il dépend des hommes d’en empêcher d’autres de piller la Terre ? N’est-il pas plus efficace de rendre à l’argent sa force de facteur limitant en laissant à chacun le soin de gérer librement sa pénurie, seul ou en groupe, que ce soit en humanité, en civilisation, en nation ou en village. Le groupe ne doit-il pas simplement veiller à ce que chacun puisse rendre son énergie personnelle utile sans tout attendre des entreprises ?

Ne faut-il pas revenir à la pénurie d’argent et la gérer, ce qui est l’exact inverse de ce que vous disiez à Sciences-Po « Du pognon il y en a » ? Gérer la pénurie d’argent, n’est-ce pas la guerre à gagner que vous appeliez de vos vœux ?

Pour cela il faut s’attaquer à l’édifice aussi chancelant que l’a été l’URSS et qui est constitué des banques, du FMI, de l’Union Européenne, de l’OTAN, des multinationales et accessoirement des politiques et des médias qui leur appartiennent.  Il n’y a que les peuples qui seront des alliés et qui ont tellement plus de bon sens. Mais un combat non mené n’est-il pas perdu d’avance ? Et ce combat-là n’est-il pas, malgré tout, moins compliqué et avec une plus grande chance de succès car moins rêveur, que de se prendre pour Dieu et de décider de baisser la température de l’atmosphère ?

Quelle est l’origine de l’énergie ?

Les Hébreux pensent que tout est dans yod, la dixième lettre de leur alphabet qui n’est qu’un point dans lequel tout se trouve. Mais l’homme est incapable de se repérer dans un point où tout se trouve. Comment trouver son mouvement, son sens et son rythme à l’intérieur d’un seul point d’une densité infinie ? Pour se piloter lui-même l’homme a eu besoin avant tout et partout, de différencier ce qui est réversible de ce qui ne l’est pas, ce qui est réparable de ce qui ne l’est pas, ce qui est transformable de ce qui ne l’est plus. Il a inventé pour ce faire deux définitions, celles du temps et de l’espace. Le temps est par définition le décor du retour impossible (nous ne pourrons jamais retourner à hier) et l’espace est par définition le décor du retour possible (nous pourrons toujours retourner à l’endroit dont nous venons). Le temps et l’espace sont sans origine et sans fin puisque ce ne sont que deux décors que l’homme a créé pour être capable d’appréhender ou simplement d’approcher les différentes formes de l’énergie qui est en mutation perpétuelle et universelle.

Tout est énergie, le minéral, le végétal, l’animal, l’humain, la pensée et les objets. L’énergie ne se consomme pas, elle ne fait que se dégrader et se restaurer à partir d’une origine inconnue.

Nous croyons consommer de l’essence en roulant en voiture alors que nous ne sommes qu’un maillon de la dégradation de l’énergie fossile du pétrole que l’on nous a déjà dégradé en essence et que nous dégradons à notre tour, en énergie cinétique pour bouger, en énergie lumineuse pour éclairer la route et en énergie calorifique ou frigorifique pour nous sentir bien. La route et la voiture ont été mises à notre disposition par une dégradation de l’énergie monétaire, elle-même dégradation par divers biais de l’énergie humaine.

Mais qu’est-ce que l’énergie ?

Des forces hallucinantes existent dans l’univers. Les Grecs les classaient dans la dynamique quand elles n’étaient qu’en puissance et dans l’énergie quand elles étaient en action.

Nos physiciens regroupent les deux sous le vocable énergie. Le premier principe de la thermodynamique qui énonce que l’énergie se conserve, énonce en fait que c’est la somme des forces en puissance et en action qui est éternellement la même. Lorsque ces forces mutent sous une nouvelle forme, elles entrent en action visible, ce qui ne veut pas dire qu’elles n’agissaient pas quand elles ne mutaient pas. Un nuage, un morceau de bois, un caillou ou une vache n’existent que parce que des atomes sont maintenus ensemble par des forces potentielles extrêmement fortes.

De tout temps l’homme a essayé de maîtriser ces forces en domestiquant leur action. Il s’est aperçu qu’en désorganisant un morceau de bois par le feu il pouvait en faire de la chaleur, qu’en enlevant sa liberté à la vache il pouvait tirer une charrue et même récemment qu’en désorganisant certains cailloux, il savait en faire une bombe atomique ou une centrale nucléaire. C’est le second principe de la thermodynamique exprimé par Sadi Carnot au début du XIXe siècle qui énonce que c’est en désorganisant une force potentielle qu’on l’active. Quelques décennies plus tard Rudolf Clausius a appelé ce phénomène de dégradation, l’entropie, du mot grec entropia (ἐντροπία) qui veut dire changement en soi-même.

La vie est la gestion de l’énergie sous toutes ses formes dans l’espace et dans le temps. Les latinistes nous disent avec vita in motu que la vie est dans le mouvement, mélange du temps et de l’espace. La musique nous rappelle qu’elle est aussi dans le rythme qui combine l’énergie et le temps. Elle est enfin dans la source qui allie l’espace et l’énergie et que certains appellent l’amont, le sens, le vecteur ou même le principe car tout en découle.

Mais malheureusement l’homme occidental a estropié l’entropie en la limitant, dans sa définition même, à la dégradation utile de l’énergie par sa désorganisation. Il a mis sous le tapis la restauration de l’énergie à laquelle nous ne comprenons pas grand-chose si ce n’est que c’est très long et que nous ne l’avons jamais vraiment étudiée. Nous ne savons pas transformer de la chaleur en morceau de bois et nous aimerions savoir transformer des déchets nucléaires en simples cailloux et du plastique en pétrole. Nous nous contentons d’appeler miracle la restauration de l’énergie en la décrétant même impossible. L’homme ne sait non seulement pas restaurer l’énergie mais il renonce même actuellement en Occident à en étudier l’origine que ses ancêtres appelaient Dieu au singulier ou les dieux au pluriel suivant les civilisations. Dieu vient de dies, la lumière, dies étant le génitif de Zeus, origine omnipotente de l’énergie que l’homme ne peut comprendre. Ayant perdu l’humilité, nous avons du mal à reconnaître que le temps et l’espace n’ont pas d’extrémités, qu’ils n’ont ni début ni fin puisque ce ne sont que des décors même s’ils nous sont indispensables et que nous les déplaçons avec nous. Nous avons encore plus de mal à faire le simple constat que l’énergie a en revanche forcément une origine que l’homme, en se voulant compétent en tout, feint aujourd’hui de dédaigner comme s’il était lui-même un dieu. Que la théorie du Big Bang soit vraie ou fausse n’a pourtant aucune importance et aucun intérêt si nous ne savons pas d’où venait l’énergie qui aurait permis ce Bang.

Nous allons pâtir de plus en plus du fossé qui s’élargit entre notre capacité croissante à transformer l’énergie en la dégradant pour nous en servir, et notre incapacité permanente à la restaurer tout en en dédaignant l’origine. L’économie et l’écologie abordent chacune isolément deux aspects contradictoires du même problème. L’écosophie, la sagesse de la maison, tente sans être entendue de les réconcilier. Que nous dit-elle ?

Pour ne plus en souffrir il faut remettre à sa place le double décor non miscible de l’espace-temps et aborder le problème de l’énergie dans son ensemble.

Il faut retrouver le bon sens du temps que l’on ne remonte pas. Ne nous servons pas de ce que le déplacement d’une horloge atomique la fait retarder parce qu’une sinusoïde est plus longue qu’un aller-retour direct pour faire croire que l’homme pourrait remonter ou freiner le temps. Certains en arrivent à croire au non-sens de deux jumeaux qui vieilliraient différemment si l’un d’eux est véhiculé par une fusée avec le paradoxe de ne pas savoir lequel puisque la vitesse de l’un n’existe que si l’autre est réputé fixe. Le paradoxe des jumeaux a été parfaitement démonté par Paul Painlevé dès 1922 mais la pensée d’Einstein semble divinisée.

Il faut aussi retrouver le bon sens de l’espace, privilégier à nouveau ce qui est à notre dimension. L’exploration de l’infiniment grand, des conquêtes planétaires à l’astrophysique, ajoutée à celle de l’infiniment petit des nanoparticules ou des ultrafines, ne nous autorise pas à nier l’évidence concrète de ce qui est accessible à nos sens : les races, les nations et les langues qui sont de l’énergie à respecter dans leur diversité. Le bon sens doit aussi nous obliger à intégrer que le voyage qui n’existe que dans l’espace est aussi très coûteux en dégradation d’énergie. Les croisières en immeubles flottants, les cargos de plus en plus imposants, les embouteillages aériens, maritimes et terrestres dégradent une énergie qui ne se reconstitue pas.

Il faut enfin et surtout réagir devant les multiples ruses que nous utilisons pour ne pas affronter notre faible connaissance de l’énergie en utilisant celle des autres par une réactivation de l’esclavage sous toutes les formes imaginables.

Nous avons réinventé l’esclavage dans l’espace par le prétendu libre échange qui permet par exemple aux Allemands d’asservir les Français en leur prenant leur énergie monétaire et aux Français d’asservir les Chinois, les Bengalis ou les Éthiopiens, en leur prenant leur énergie physique.

Nous avons inventé l’esclavage dans le temps en laissant les banques créer de l’apparence d’énergie monétaire que nos successeurs devront rendre avec intérêt.

Nous avons réinventé l’esclavage ici et maintenant par l’immigration à qui notre côté bobo paresseux, hommes et femmes confondus, sous-traite à bas coûts aussi bien la production que les services et le renouvellement de la population.

Nous avons inventé l’esclavage le plus vicieux qui soit en oubliant ce que Jean Bodin nous expliquait déjà en 1576 dans Les Six Livres de la République, à savoir que la République s’exprime par la monarchie, par l’aristocratie ou par la démocratie. En décidant arbitrairement et stupidement de limiter la république à la démocratie nous avons inventé un esclavage insidieux où la majorité de la population se compose d’inactifs, de faux actifs dans de prétendus services et de prêtres du système, politiques et médiatiques. Cette majorité a accaparé le pouvoir et vit très agréablement aux dépens d’une minorité d’actifs que l’on étrangle avec persévérance pour acheter les votes de la majorité. L’augmentation incessante des taxes, des prix et de la fraude montre la guerre tripartite « à outrance » que se mènent l’État, les entreprises et les citoyens, chaque belligérant cherchant à mourir le dernier.

Les peuples occidentaux commencent à réagir à l’absurdité de leurs prétendues élites par les populismes qui se cherchent. Mais les dites élites travaillent inlassablement à les faire avancer vers un non avenir pour préserver leur propre très agréable présent. Ils réussissent déjà à stériliser une partie dynamique de la jeunesse en l’embrigadant dans les culs-de-sac affectifs, chronophages et énergivores que sont les multiples luttes apparentes et inefficaces contre le réchauffement climatique, le sexisme, le racisme, l’alcool, la vitesse, le tabac, l’homophobie, l’antisémitisme, etc, etc, etc….

Cette jeunesse trouvera-t-elle en elle la force de s’intéresser à la vie passionnante de l’énergie sans gaspiller la sienne propre ?

Le mal du siècle: la pigilithie

Héritée du XXe siècle, la pigilithie fait ses ravages au XXIe siècle. Personne n’en meurt mais tous en sont frappés. Ceux qui en mourront ne sont que nos descendants que tout naturellement nous essayons par amour de ne plus faire.

Pigilithie est un néologisme construit sur les deux mots grecs : pigi, la source, et lithi, l’oubli. La pigilithie est l’oubli maladif de la source. Les deux énergies principales que nous utilisons sont l’énergie électrique et l’énergie monétaire, les deux remplaçant de plus en plus l’énergie humaine qui semble encombrer les citadins et devoir être dépensée en jogging et en salle de sport. Les deux énergies, électrique et monétaire, ne sont toutes deux que des véhicules et nous nous intéressons infiniment plus à ce qu’elles nous apportent qu’à la source dont elles proviennent. Plus précisément nous nous contentons de leur origine apparente, celle par laquelle elles nous arrivent.

Pour l’énergie électrique que nous consommons chaque année davantage, nous nous intéressions récemment exclusivement à notre compteur électrique et à celui qui nous facturait cette électricité si appréciée. Depuis quelques décennies nous commençons à regarder un peu plus loin que le bout de notre nez en nous interrogeant sur la source de cette énergie. Mais nous sommes tellement atteints de pigilithie que nous sommes incapables d’équilibrer quantitativement notre consommation et ses sources. Ne perdons pas trop de temps avec les apports intermittents et dérisoires des énergies renouvelables solaires ou éoliennes qui flattent tant notre côté écologique mais qui ne subsistent que grâce aux subventions, au dynamisme de l’industrie allemande et à la destruction de nos paysages. Observons que la « peur japonaise », mélange d’Hiroshima et de Fukushima, nous fait craindre le nucléaire en faisant grimper mondialement le charbon en opposition absolue avec nos positions dogmatiques sur le CO2. La seule solution à ce grand écart généralisé trouvée par la doxa est de reporter la solution introuvable sur l’énergie monétaire. Le factionnaire de service, William De Vijlder, « Influenceur », se présentant en anglais depuis son bureau parisien au siège de la BNP comme « Group Chief Economist BNP Paribas, Senior Lecturer Ghent University » écrit le 30 janvier 2019 : «Laisser le temps aux ménages et aux entreprises d’adapter leur comportement et de financer les investissements nécessaires (chauffage, moyens de transport, processus de fabrication)». Le banquier se propose d’être le bon médecin de la pigilithie électrique en aggravant la pigilithie monétaire qui le fait vivre.

La pigilithie monétaire est la plus grave car, tel un égout, elle récupère toutes les conséquences des autres pigilithies en prétendant les soigner. Tous les problèmes partout peuvent être prétendument résolus si on s’en donne « les moyens », si coule l’argent dont on ne veut pas connaître l’origine réelle en se contentant de la pression sur le  distributeur : le salaire, la subvention, le téléthon, le legs, etc… Appauvrir les autres pour le bien de tous devient une mode partagée par tous. L’État augmente les impôts, les entreprises augmentent les prix, les individus se défendent comme ils peuvent en cherchant des subventions, en demandant des augmentations et en fraudant s’ils le peuvent. La cohérence disparaît et se remplace par les fractures sociales. La haine remplace l’affection, la fuite remplace l’accueil. Libéralisme et socialisme jouent leur même jeu puéril et chronophage de chercher qui vole la richesse créée, et le libertarisme porte aux nues tout ce qui tue plus rapidement la société.

Chacun sent bien que cela ne tourne pas rond mais qui accepte de prendre conscience que c’est notre pigilithie qui interdit toute cohérence ?

Les entreprises créent-elles de la valeur ?

Tout le système économique est fondé sur la création de valeur par les entreprises et sur la répartition des richesses créées. Un énarque trentenaire peut gagner des millions dans une banque privée et les dépenser pour devenir un président de la République à l’actif modeste parce qu’il aurait dit-on apporté une valeur ajoutée fantastique à Rothschild.

Quel est le principe de la création de valeur, de la valeur ajoutée ? Une entreprise ou un artisan achète des fournitures, les travaille, les transforme avec des outils ou des machines, et vend à des clients le résultat, évidemment plus cher que ce qu’il a payé pour pouvoir travailler. C’est cette différence entre les achats et les ventes que l’on appelle la valeur ajoutée. Dans les services c’est une action ou une réflexion qui font monter les prix.

Mais cette valeur prétendument ajoutée n’existe pas si un client ne vient pas s’appauvrir en monnaie pour la créer. C’est la même histoire qu’une classe de CE2 qui prépare des cadeaux pour la fête des mères. On a investi dans une salle de classe, on a acheté tout un tas d’ingrédients, les enfants ont travaillé, un instituteur, pardon! un professeur des écoles, a été payé pour tout organiser et le jour J les cadeaux sont prêts. Mais que se passe-t-il pour l’enfant qui n’a personne à qui l’offrir, personne qui viendra « acheter » son oeuvre sans aucune discussion et avec beaucoup de bisous ? Un cadeau n’existe que si quelqu’un va être content de le recevoir. Sans ce « client », sans maman, la production n’est qu’encombrant voire même déchet que l’enfant va jeter avec rage en en voulant à la Terre entière et qu’on ne lui parle jamais de création de valeur ! La personne qui crée la valeur c’est maman en admirant le cadeau, personne d’autre ! Et cette valeur vient de la rencontre, de la force et de la cohérence de deux énergies, celle de l’enfant qui s’est donné et celle de la maman qui s’est aussi donnée. Est-ce réellement chiffrable ?

Ce que tout le monde comprend pour le cadeau de l’enfant, personne n’a envie de le comprendre pour une entreprise qui ne donne l’impression de créer des richesses que parce qu’il y  a une rencontre, une force, une cohérence entre d’un côté les énergies de l’argent de ses actionnaires et du travail de ses salariés, et de l’autre l’énergie de ses clients qui l’apportent par l’argent qu’ils ont gagné précédemment.

Au lieu de s’attaquer au problème extrêmement difficile du prix qui est le chiffrage de l’inchiffrable, la folie actuelle est de se servir du prix pour l’appeler le PIB et se convaincre qu’il est une richesse que l’on va pouvoir utiliser. C’est exactement comme si papa voulait utiliser pour payer ses impôts ou les courses, le plaisir qu’ont ressenti maman et fiston le jour de la fête des mères.

Il n’empêche que des tas d’experts et de gens très sérieux vont continuer à dire que les entreprises ajoutent une valeur qu’elles créent sans se rendre compte que leur fantasme rend obligatoire les trois esclavages de la mondialisation, de la dette et de l’immigration.

D’autres, ou les mêmes, vont se torturer les méninges pour trouver comment, en bidouillant la monnaie, papa pourra payer ses impôts avec le plaisir de la fête des mères.

Pendant ce temps-là les esclavages progressent et notre civilisation régresse.

L’économie virtuelle

Dans ce monde où personne ne veut voir que nous consommons nettement plus que ce que nous produisons, y a-t-il une autre solution que la guerre pour arrêter le système qui permet de trouver cela naturel ?

Cette question simple qui est inconsciemment en chacun d’entre nous est tellement difficile, complexe et désagréable que nous procrastinons tous en en reportant chaque jour l’étude au lendemain.

C’est sans doute en trois temps qu’il faut aborder le problème. D’abord comprendre la simplicité de l’économie réelle, ensuite analyser l’économie virtuelle et enfin observer comment l’éducation et la politique se sont mis au service du virtuel par paresse et veulerie.

L’économie, l’action dans la maison en grec, est très simple. La monnaie est l’énergie collective utilisable pour n’importe quoi à l’intérieur du groupe qui l’utilise, et le travail est la seule énergie individuelle connue. L’économie c’est l’échange entre de la monnaie et un bien ou un service créé par le travail. C’est aussi l’étude de cet échange. Chaque individu essaie de séduire par son travail un possesseur de monnaie pour échanger avec lui les énergies et transformer le fruit de son travail dont il ne sait pas très bien si ce fruit est richesse, embarras ou déchet, contre de la monnaie qui est une richesse objective sûre et stable. La monnaie est le seul bien qu’il est unanimement scandaleux de brûler. Tous les autres biens sans exception peuvent être des encombrements ou des déchets pour certaines personnes ou dans certains lieux ou à certains moments. Quel que soit le bien on trouvera toujours quelque part, quelqu’un qui aura envie à un moment donné de le détruire. Mais personne ne brûle des billets de banque. Les deux seules exceptions connues, Gainsbourg et Nicholson, sont deux beaux exemples du côté asocial des médias.

Le possesseur de monnaie s’appellera patron ou client. Les individus se regrouperont ou pas pour fabriquer des biens ou des services mais, seuls ou en groupe, ils seront toujours dans la séduction du possesseur de monnaie, à l’écoute de ce qu’ils doivent modifier pour mieux répondre à son attente. Dans l’économie réelle l’achat de l’affect du possesseur de monnaie par la publicité n’a pas encore fait ses ravages coûteux et on en reste à la remise en cause permanente de celui qui travaille pour être plus utile au groupe, plus reconnu par lui. L’économie réelle est toujours dans le don de soi et dans l’accueil de l’autre comme cela se passait avant l’introduction de la monnaie. L’économie réelle ne crée des biens et des services que pour vérifier qu’elle n’a pas perdu son temps et qu’elle peut échanger sa création subjective contre de l’argent objectif. Le prix est la mesure juste qui permet à la monnaie de circuler sans se dévaloriser. Sa multiplication intempestive s’appelle l’inflation, la masse monétaire qui enfle et qui génère la hausse des prix.

L’économie réelle sait qu’il faut des impôts et des fonctionnaires et que la difficulté est d’arriver à ce que tout fonctionne en limitant les deux, un bon fonctionnement avec peu d’impôts et peu de fonctionnaires. Dans l’économie réelle les fonctionnaires séduisent leur employeur, l’Etat, qui va chercher par l’impôt de quoi les payer et qui rend compte de sa gestion. Sa gestion consiste avant tout à garantir la valeur de la monnaie, cette énergie collectivement stockée et qui ne doit pas être gaspillée mais utilisée pour stimuler le travail de tout le peuple. Si la monnaie se dévalue, c’est qu’il y a inflation et l’Etat doit alerter son peuple sur ce qui ne va pas.

Toutes les civilisations ont vécu cette simplicité et dans celles qui avaient l’or pour monnaie, aucune n’a jamais dit que l’or ne valait plus rien. L’or ne s’est jamais dévalué.

Mais depuis deux siècles l’Occident a inventé l’économie virtuelle qui a elle-même inventé la création de richesse par un moyen simple, stupide mais qui a très bien marché : compter les échanges, les additionner et dire que c’est un produit, une création de richesses. Ça n’a aucun sens mais en le répétant des millions de fois cela a marché dans un monde qui ne filtre plus l’échange. Normalement l’échange est filtré par l’action qui montre l’impossibilité d’un fantasme et par la réflexion qui montre la déraison de la stupidité, les deux empêchant l’échange de n’être que du délire.

Mais la réflexion est abandonnée à ceux qui passent à la télé pour vendre leurs livres et y sont « suffisants et insuffisants » dans leurs péroraisons mais bien propres sur eux. Quant à l’action elle est sous-traitée à d’autres parties de la Terre  qui sont encore en économie réelle et qui ne rechignent pas au travail. Sans ce double filtre nous nous sommes laissés convaincre que le PIB est une création annuelle de richesses, une manne divine à nous distribuer.

Le plus fort est que nous nous sommes tous enrichis de cette manne divine grâce à l’emprunt fondé lui-même sur la création de richesses futures. Comme c’est totalement virtuel, l’appauvrissement indispensable au remboursement des emprunts devient une guerre sans merci entre les Etats, les entreprises et les citoyens qu’ils soient clients ou contribuables. Tous les coups sont permis dans tous les sens et cela ne fait que commencer.Cet échange de coups vicieux va devenir notre activité principale et l’économie virtuelle se frottera les mains de cette nouvelle richesse.

Pendant ce temps, au lieu de prendre conscience du rapprochement inévitable de la guerre qui fait éclater en 5 minutes la bulle de l’économie virtuelle, nous perdons notre temps en discussions oiseuses et byzantines pleines de name-dropping sur la « valeur travail » en ayant oublié et ce qu’est la valeur et ce qu’est le travail. Ou nous devisons sur l’étalon or comme si le rattachement à une matière non dévaluée résolvait quelque problème de fond que ce soit.

Qui ne s’engage pas fermement aujourd’hui dans l’éclatement de la bulle des créations de richesses de l’économie virtuelle, fait le choix de la seule autre solution, la guerre qui sera d’abord civile avant d’être mondiale. La guerre dans son abominable côté concret, casse les reins en un instant à tout ce qui est virtuel. Allez emprunter sur richesses futures en temps de guerre !

Mais nos institutions politique et éducative ou plutôt ceux qui s’en sont arrogés les rênes sans donner l’impression de bien comprendre, ont fait le choix de se servir de l’économie virtuelle au lieu de la faire éclater. L’effondrement de leur popularité montre que le bon sens reste au peuple.

Bien voir, bien comprendre, bien agir