Vœux 2018

En ce premier jour de l’année 2018 je forme le vœu que les peuples occidentaux prennent conscience en urgence de ce qu’est réellement la richesse qui les attire tant mais qui les engourdit tellement qu’ils ne réagissent plus devant le désastre qu’ils préparent aveuglément eux-mêmes.

Souvenons-nous que riche vient du mot franc riki qui veut dire pouvoir, et qui a donné reich en allemand. Etre riche c’est avoir un pouvoir, être assis sur quelque chose (traduction littérale du verbe latin possidere), être riche c’est posséder. Mais avoir le pouvoir sur quoi ? Posséder quoi ? Avoir le pouvoir, ce n’est pas posséder des rebuts ou ce qui encombre, c’est posséder ce qui fait envie, ce qui est désiré, ce qui plait parce que c’est ressenti comme beau ou comme bon. La richesse c’est la possession de ce qui est perçu comme agréable, admirable ou délicieux.

Pour percevoir, l’homme a cinq sens dont quatre pour le beau et le bon. La vue et l’ouïe perçoivent le beau, l’odorat et le goût perçoivent le bon et seul le toucher tente de percevoir le vrai comme Thomas dans les évangiles n’a accepté de croire qu’en touchant. Ces trois notions du beau, du bien et du vrai se construisent et se détruisent, évoluent générations après générations, pour former une civilisation qui, petit à petit d’ailleurs, les mélangent et les confondent. On dira en effet en français que « c’est bel et bien lui qui, au beau milieu du printemps, a eu une bonne grippe » pour ne parler que de vérités sans jamais parler du vrai.

Ces trois notions ne sont pourtant des références qu’à l’intérieur d’une même civilisation. Montaigne voyait déjà les lois définissant le bien comme une « mer flottante des opinions d’un peuple ou d’un Prince » et il s’interrogeait: « Quelle bonté est-ce que je voyais hier en crédit, et demain plus, et que le trajet d’une rivière fait crime ? Quelle vérité que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au delà ? ». Aujourd’hui le bien chez Daesh n’est pas celui de Macron. Pour Daesh, Macron est un mécréant qu’il faut crucifier ou à qui il faut couper un bras et une jambe opposées comme le Coran en laisse le choix dans la sourate 5, et pour Macron, la guerre contre Daesh sera «gagnée d’ici mi, fin février» comme il l’a annoncé aux Français le 17 décembre. Prudent et surtout rusé, il a ajouté « en Syrie » ! Mais Macron comme Daesh n’envisage pas que la civilisation de l’autre soit respectable car chacun croit malheureusement détenir les définitions qu’il veut universelles du beau, du bien et du vrai.

Ces trois abstractions sont pourtant totalement subjectives et nullement universelles quelle que soit l’opinion de certain pape qui s’enferme dans le mot catholique qui veut dire universel en grec. Ces trois entités génèrent, en se combinant entre elles, trois nouvelles abstractions tout aussi subjectives: le bien et le vrai donnent le juste, le vrai et le beau donnent le clair et le beau et le bien donnent le riche, chaque notion cherchant à tout englober en cherchant à valoriser son point faible qu’elle voudrait voir perçu par tout le monde comme non bancal.

La clarté cherche en s’expliquant à être bonne, ce qu’elle n’est pas.
La justice cherche en ses palais à être belle, ce qu’elle n’est pas.
La richesse cherche en se chiffrant à être vraie, ce qu’elle n’est pas.

Mais dans notre civilisation, pendant que la justice tente de rester aveugle et qu’il y a toujours clairement des ordures, nous avons réussi, grâce aux médias, aux économistes et aux politiques qui y ont tous intérêt, à nous convaincre nous-mêmes que la richesse était une vérité et qu’il était même possible de la chiffrer. Oubliés Lao-Tseu et son « Savoir se contenter de ce que l’on a, c’est être riche », oubliés l’ancien président malien Amadou Toumani Touré à propos de son pays réputé pauvre et son « Nous sommes riches de la famille », oublié le bon sens qui sait que la consommation donne un peu de plaisir mais ne mène pas au bonheur. Nous surfons sur une idéologie anesthésiante qui nous a inventé des outils de diffusion du mensonge déguisé en vérité.

Ces outils sont la création de richesses avec son chiffrage le PIB et sa tour de Babel la croissance économique. La croissance qui fait rêver tous les politiques, les conduit systématiquement tous à l’échec, y compris bien sûr l’actuel quarantenaire élyséen comme tous ses contradicteurs, de cette brave Marine à ce pauvre Jean-Luc, puisque la croissance n’est que l’augmentation d’une richesse mythique que personne n’ose remettre en question. On cherche l’ambition politique, le journaliste ou l’économiste qui ne croirait pas la France riche et n’intégrerait pas la croissance dans son discours. Si nous étions le pays riche qu’ils nous présentent tous, comment se fait-il que nous devions mendier pour sauver Notre-Dame de Paris ou le château de Versailles, pour financer la recherche ou nourrir les plus déshérités ? Sans création de richesses les politiciens et leurs mentors n’ont rien à distribuer. Leur travail ou plus exactement leur occupation ne consiste qu’à nous convaincre que la vie a cessé d’être, ce qu’elle a été pendant des millénaires, une transformation par le travail humain de ce que la Terre nous donne puis un partage de tous les résultats. La vie serait devenue d’après eux création comme le ferait n’importe quel dieu. Pour ce faire il faut chiffrer cette « création » pour la rendre crédible et c’est le PIB, somme de toutes nos dépenses, que les polytechniciens de l’INSEE nous présentent comme la création annuelle de richesse et que journalistes et économistes nous inoculent à la méthode Coué pour en utiliser des pourcentages à qui mieux mieux. Plus nous dépensons, plus nous sommes riches! Qui ne serait sensible à cet agréable postulat ? Il faut donc de la croissance mais, comme ce n’est que l’augmentation des dépenses alors qu’il faut « en même temps » diminuer nos dépenses pour résoudre enfin la quadrature de leur cercle, la croissance patine et l’on scrute les étoiles pour savoir dans cet obscurantisme du troisième millénaire quand et où la manne reviendra enfin. A droite comme à gauche on l’attend et on l’implore avec une constance affligeante !

Ces outils fallacieux font rêver à des lendemains qui chantent mais ils faussent tous nos raisonnements. Ils nous ont fait perdre en particulier deux notions essentielles, le sens de l’oïkos et le sens de la monnaie.

L’oïkos, la maison en grec qui a donné leur préfixe à l’économie, à l’écologie et à l’écosophie, est le groupe cohérent, famille, nation, église, à l’intérieur duquel les échanges n’ont pas du tout la même nature qu’à l’extérieur : la coopération à l’intérieur, le troc à l’extérieur, deux types d’échange qui n’ont rien à voir. La coopération est l’échange des êtres en valorisant l’être au maximum, en cherchant à le rendre utile quelles que soient ses capacités comme c’est le cas dans n’importe quelle famille et comme c’était le cas dans les villages, alors que le troc est l’échange des productions, chacun cherchant à valoriser sa propre production et à se sentir le gagnant de l’échange. L’échange des êtres n’existe qu’à l’intérieur de l’oïkos, à l’extérieur il n’y a que l’échange des avoirs avec une satisfaction chez les deux protagonistes. L’avantage comparatif de David Ricardo que tout le monde connait inconsciemment depuis des millénaires à l’intérieur de l’oïkos et qui valorise l’être, devient complètement faux quand des idéologues l’extrapolent à l’extérieur de l’oïkos où seul le troc est réaliste car les valeurs des êtres ne sont pas les mêmes. Plaquer artificiellement des valeurs comme la laïcité ou les valeurs universelles ( ou catholiques pour les évêques de France avec leur accueil effréné des migrants ) pour accoucher aux fers de nouveaux oïkos, est dérisoire, la laïcité ou les valeurs universelles étant au contraire la négation de l’oïkos et l’imposition de nouveaux colonialismes éthiquement déguisés. Le chômage n’est que la conséquence de l’oubli de l’oïkos et de l’oubli des êtres au profit des avoirs. Cela va tellement loin que nous réinventons l’esclavage qui ne consiste qu’à prendre des êtres humains pour des avoirs. Nous réinventons l’esclavage ailleurs qu’est la mondialisation, l’esclavage plus tard qu’est la dette et l’esclavage ici et maintenant qu’est l’immigration. Accessoirement ces esclavages nous permettent de croire que nous vivons sur la création de richesses, et des générations entières ne cherchent plus à vivre mais à « profiter de la vie ». Nos hommes produisent de moins en moins, nos femmes font de moins en moins d’enfants, fin programmée de l’oïkos, fin programmée de notre civilisation sous nos yeux absents.

Mais la perte de l’oïkos ne serait pas possible sans la perte simultanée du sens de la monnaie. La capacité énergétique de la monnaie ne dépend que de l’oïkos mais elle le structure également. La monnaie est ce véhicule d’énergie contrôlé par l’oïkos comme l’électricité véhicule une énergie qui était contrôlée en France jusqu’à présent par EDF. Les deux ne sont que des transporteurs d’énergie, simples intermédiaires entre une production et une utilisation. Mais si l’origine de l’énergie électrique est multiple et reconnue, la perte de l’oïkos nous a fait passer à la trappe l’origine de l’énergie de la monnaie qui est l’énergie humaine. Nous nous prenons pour des dieux qui se donnent l’impression de créer collectivement des richesses en créant par l’intermédiaire des banques une monnaie imprimée ou virtuelle. Les banques, en créant la monnaie, oublient toujours de dire qu’elles émettent en même temps des créances sur leurs clients si ce sont des banques commerciales, ou sur leurs peuples si ce sont des banques centrales. Ces créances de plus en plus irrécouvrables sont l’explosif qui n’attend que son détonateur. Parallèlement les crypto-monnaies comme le bitcoin, après avoir fait semblant de créer un nouvel oïkos, sont définitivement tombées dans l’avoir et flambent comme l’immobilier, les bourses, les œuvres d’art et comme les oignons de tulipes au XVIIsiècle au Pays-Bas jusqu’à leur effondrement en février 1637. Je ne crois pas un instant que l’éclatement de ces bulles attendent 2037.

Mais pour demeurer dans l’illusion le plus longtemps possible, nous nous habillons tous en observateur, en conseiller, en commentateur, en journaliste, en fonctionnaire public ou privé pour expliquer, sans rire et pour survivre, comment faire fonctionner le pays de Cocagne. Nous sommes devenus un peuple qui explique sans produire comment produire et comment nous allons tous vivre mille ans grâce à la recherche financée par la création de richesses.

Nous confions aux entreprises la mission totalement impossible de créer des richesses alors qu’elles ne font que répartir l’argent de leurs clients entre leurs fournisseurs, leurs actionnaires, leurs salariés et la collectivité. Pour faire circuler l’argent, les entreprises produisent des biens et des services mais il n’y a aucune création de richesse, il n’y a que des transferts si ce qu’elles produisent intéresse. Les clients viennent échanger volontairement leur argent contre la production de l’entreprise, les deux étant normalement le fruit de l’énergie humaine, ce qui est complètement oublié depuis que l’on a inventé le revenu universel, la monnaie hélicoptère ou simplement la dette. La publicité est l’ultime trouvaille que nous avons conçue pour nous convaincre, avec de l’argent aussi abondant que dévalorisé, que les masses d’encombrants fabriquées  en continu par les machines sont des richesses

Je forme le vœu que se diffuse en 2018 dans le monde, à partir de la France, l’idée simple que la richesse n’est qu’une façon de regarder, de trouver beau ou bon un objet, une idée ou un être, que se diffuse l’évidence que la richesse est donc inchiffrable, qu’elle se constate et ne peut se créer. Il est enfantin puis pervers, car refus du bon sens et base de notre autodestruction, de croire à la création de richesses, de voir dans la richesse autre chose que le regard que les puissants portent sur leurs propres avoirs en nous faisant payer à tous leur vie trop facile et en nous promettant la lune pour que nous continuions à rêver à leur ressembler. Il nous faut nous extraire des grandes théories que nous ânonnons sans les comprendre et donc sans oser les affronter. Souvenons-nous simplement que dans notre oïkos que nous appelons nation, il est écrit dans le préambule de nos deux dernières constitutions que le travail est un droit. Appliquons ce droit par des sociétés productives d’économie mixte public-privé en arrêtant les esclavages, en mariant enfin la puissance publique et l’initiative privée, ce que ni le communisme ni le libéralisme n’ont réussi à faire. Nous devrons certes payer le prix auquel nous sommes capables de produire mais nous économiserons les gaspillages fabuleux en publicité et nous aurons la fierté d’avoir collectivement sauvé notre civilisation sans la prendre vainement, vaniteusement et bêtement pour LA civilisation sur LA planète. Puisse 2018 être l’année où, en refusant enfin de croire à la création de richesses, nous aurons arrêté la construction de la nouvelle tour de Babel.