La propriété

De Proudhon qui disait que « La propriété c’est le vol » à Bastiat qui soutenait dans Propriété et loi que « L’homme naît propriétaire parce qu’il naît avec des besoins (et) avec des facultés dont l’exercice est indispensable à la satisfaction de ces besoins. Les facultés ne sont que le prolongement de la personne; la propriété n’est que le prolongement des facultés » en passant par Montaigne et Pascal qui voyaient la propriété comme un droit coutumier, propriété est un mot que nous utilisons beaucoup sans qu’il soit forcément très clair dans nos têtes. Entre le vol, le prolongement de nos facultés, et un droit coutumier, qu’est-ce que la propriété ?

En fait la propriété est un accord entre l’individu et le groupe. Le groupe reconnait que tel objet, telle terre, telle maison, telle idée, voire même telle personne, appartient à tel individu. C’est cette reconnaissance établie par un titre ou par l’usage (possession vaut titre pour la plupart des objets) qui génère la propriété qui n’existe donc que par sa reconnaissance par le groupe. Du droit romain nous vient aussi un triple niveau de propriété, l’usus qui en autorise l’usage, le fructus qui en donne le fruit et l’abusus qui permet de s’en séparer, l’usufruit étant la somme des deux premiers à l’exclusion du troisième. On ne peut ni céder ni détruire si l’on ne détient pas l’abusus.

La direction du groupe est un problème crucial car c’est elle qui définit les lois de reconnaissance de la propriété, les lois de nationalisations ou de privatisations, les lois de confiscation ou celles de ponction sur la possession des biens et sur leur transmission que ce soit par vente ou par héritage. C’est aussi la direction du groupe qui définit dans le groupe l’usus, le fructus et l’abusus. C’est dire si le mode de détermination de la direction du groupe est déterminant pour connaître la solidité de la propriété.

Habituellement le groupe se confie à des représentants qu’il choisit le moins mal qu’il peut ou à son dieu qui sacralise un roi, un empereur ou un calife. Il peut aussi tout mélanger comme actuellement en Occident où des potentats d’inspiration non divine s’accrochent à leur siège sacralisé, sous prétexte que le peuple leur a fait confiance un certain jour, il y a un certain temps sur des promesses fallacieuses. Le groupe peut enfin être gouverné par la force même si la force se dissimule sous une apparence d’écoute du peuple comme dans une grande partie du monde actuellement.

On voit combien la propriété dépend intimement de la direction du groupe auquel le propriétaire est supposé appartenir. C’est dire combien il serait irresponsable à quiconque voudrait être propriétaire de son bien, de ne pas s’intéresser de près à deux questions fondamentales :

1) A quel groupe est-ce que j’appartiens ? Mon peuple est-il régional, national, continental ou mondial ? Mon groupe ne doit-il pas être suffisamment grand pour avoir une monnaie et suffisamment petit pour que le bon sens y reste un filtre efficace ?

2) Qui dirige le groupe auquel j’appartiens et pourquoi ? Acheter l’affect du peuple par des campagnes électorales extrêmement coûteuses avec de l’argent d’origine aussi variée que douteuse, est-il vraiment le nec plus ultra ?

Les devoirs de l’homme

Beaucoup se demandent pourquoi les droits de l’homme ne sont pas systématiquement accompagnés par les devoirs de l’homme. Certains en déduisent même un laxisme un peu démagogue et voudraient une déclaration des devoirs de l’homme.

Le vœu est pieu mais il ne peut se réaliser en l’état car si un droit est individuel, un devoir est toujours par rapport à un critère, à une norme, à une loi, donc émanant d’un groupe, d’un pays, d’un pouvoir. Il n’y a pas de devoir sans référence. L’affirmation « Tu dois ! » est péremptoire si l’on ne sait pas dire pourquoi. Or la raison d’un devoir réside toujours dans une forme de cohésion sociale. Le devoir n’existe que par rapport à un groupe et le groupe n’existe que par un but commun à tous ses membres, par une vision partagée. Encore faut-il que cette aspiration soit réaliste et ne soit pas qu’un rêve ! Pour que le groupe existe il faut qu’il soit à taille humaine ; suffisamment petit pour que chaque individu puisse se faire une opinion en filtrant les connaissances reçues par le concret de son expérience et par la prise de distance de son discernement, suffisamment grand pour avoir une monnaie, des infrastructures et des organes régaliens comme l’armée, la police et la justice. C’est tout l’intérêt des économies d’échelle qui rappellent que ce qui est vrai à 10 millions d’individus est souvent faux à 100.000 ou à un milliard. Mais il est plus facile de rêver que d’agir, plus facile de rêver à des solutions simplistes villageoises, européennes ou mondiales que de s’affronter concrètement à la complexité d’un pays. La nation que j’appelle volontiers patrie a la bonne taille. Pour moi c’est la France et elle n’est pas en de bonnes mains.

Le mot devoir vient du latin debere qui a donné deveir au XIème siècle. Il est intéressant de remarquer que debere vient de de habere qui signifie « avoir quelque chose en le tenant de quelqu’un ». Un devoir est donc toujours une forme de dette vis-à-vis de quelqu’un d’autre, vis-à-vis de l’autre en général, vis-à-vis du groupe.

Le devoir est concomitant au groupe. Aucun groupe ne peut exister sans lois sociales qui sont des devoirs pour les individus, mais aucun devoir n’a d’efficacité s’il n’est pas une obligation qui donne force au groupe.

Faire son devoir c’est faire un effort et le sens de cet effort c’est d’aller vers sa reconnaissance personnelle par le groupe. Dans certains groupes il faut voler, voire tuer, pour être admis. Dans d’autres il faut honorer père et mère. Dans d’autres il faut servir son Dieu, et protéger la veuve et l’orphelin. Mais aujourd’hui quel vingtenaire va défendre sans rire le groupe dans lequel il rentre en respectant son devoir de ne pas consommer de cannabis ?

Le XXIème siècle n’ayant plus aucun groupe cohérent autre que délictueux, a abandonné le moteur du devoir pour se contenter du moteur du plaisir. Certes le plaisir est un moteur qui s’affadit rapidement mais au moins il comble le vide créé par l’absence du devoir qui, lui, mènerait au bonheur. Autant l’oublier dans le plaisir !

Les seuls qui ont encore en eux le goût du devoir sont ceux qui l’ont appris dans des groupes préexistants et beaucoup de ces groupes se contentent aujourd’hui de petits devoirs dans l’immédiateté de leur petit groupe qui attend le désastre en serrant les fesses et en se laissant bercer par les medias. Notre monde se délite et les medias nous font croire que l’on ne sait pas pourquoi.

Seuls les devoirs mènent au bonheur mais nos dirigeants nous apprennent des devoirs à notre nouvelle taille, à leur taille à eux. Plus question de devoir partir en croisade, contentons-nous de trier nos poubelles et de respecter les limitations de vitesse sur nos routes, essayons d’en être fiers et oublions dans le plaisir que le bonheur n’est plus à notre portée. Nous avons renoncé à être heureux en ne nous intéressant même plus au groupe auquel nous appartenons. Existe-t-il encore d’ailleurs ? Seuls les individus qui le composeraient pourraient répondre.

Nous avons besoin de la monnaie du groupe, de ses routes, de son électricité et même de quelques-uns de ses fonctionnaires. Nous aimons traire la vache qu’est devenu le groupe car nous voulons son lait mais personne ne veut être le vétérinaire de cette vieille carne. Tout doit être fait mais personne ne veut faire.

Pourtant dans l’histoire des civilisations, la vie du groupe a toujours primé la vie des individus parce que toutes les civilisations savaient que l’individu n’existe pas sans le groupe, sans sa protection et sans ses exigences.

Aujourd’hui les medias et les politiques ont créé une société de l’apparence qu’ils gonflent comme une baudruche pour lui donner une illusion de prospérité. Mais ce qui est ressenti c’est l’insignifiance de cette société.

Tant que nous baignerons dans le ridicule de nous contenter des « Valeurs de la République » pour définir notre Vrai, notre Bien et notre Beau, c’est-à-dire ce que nous sommes, tant que notre éducation nationale commencera l’histoire de France à la révolution française en soumettant la vérité à leurs intérêts, tant que nous goberons tous, que le manque de croissance est la cause très provisoire de la crise, il n’y aura pas de groupe respectable et les devoirs n’intéresseront que ceux qui espèrent en un futur qui prendrait racines dans le passé. Le présent appartient aux politiques, aux médias, au CAC 40 et aux publicitaires pour qui le seul devoir est de les enrichir.

Parce que nous le voulons bien….

Parce que nous le valons bien….

La barque de Delphes

Petit à petit, les unes après les autres, toutes les planches de la barque ont été remplacées pour cause d’usure et, un jour, plus aucun élément d’origine ne subsiste. L’oracle de Delphes demandait au propriétaire de la barque si c’était toujours la même. Et bien sûr il répondait que oui.

Ainsi vont les peuples. Si le groupe n’est qu’un amas d’individus, il meurt à la mort des individus. Mais si le peuple s’appuie sur son histoire pour vivre au quotidien son économie, son éducation et sa politique avec un but qui le motive à le faire, alors il se prépare un futur.

Le « no future » tellement ravageur aujourd’hui ne viendrait-il pas d’un simple oubli de notre part ? N’aurions-nous pas oublié l’utilité de la barque ?

Le sens de l’Armée


Le sens de l’Armée, par Marc Dugois

L’Armée a-t-elle encore un sens ?
La question peut paraître saugrenue au premier abord, et la réponse évidente.
Mais, si l’on se replace dans le contexte actuel :
– Une France membre d’une Union Européenne dont les lois s’imposent à la nation.
– Une France membre d’une organisation, l’OTAN, dont les buts sont de moins en moins clairs.
– Un budget en constant déclin.
Alors la question devient pertinente.