La monnaie

Depuis plus de deux siècles les économistes discutent sans arriver à un accord pour savoir si la monnaie est un signe ou une marchandise.

Quand un groupe se constitue quelle qu’en soit la raison il y a deux façons extrêmement différentes d’observer le début de son fonctionnement.

On peut avoir une approche exclusivement matérialiste et dire comme la science économique qu’ « au début était le troc » avec sa suite formatée « et un jour c’est devenu trop compliqué et on a inventé la monnaie ». Peu importe qu’aucun archéologue n’ait jamais trouvé trace d’une économie de troc, peu importe que chacun puisse constater que lorsqu’on lance une association, les membres ne se précipitent pas pour savoir ce qu’ils peuvent échanger entre eux contre leur stylo ou leurs chaussures, peu importe que dans une famille papa ne conduise pas les enfants à l’école uniquement après avoir vérifié qu’ils avaient bien aidé maman, la vision matérialiste du groupe est que tout commence par le troc et que la monnaie en est le substitut.

La vision de ce commencement est l’échange des avoirs et toutes les écoles économiques sont fondées sur ce choix qui affadit toutes leurs disputes car toutes considèrent la monnaie comme un avoir.

Une autre approche est possible, une approche fondée sur l’échange des êtres et non sur l’échange des avoirs.

Un groupe se constitue parce qu’il a un but, que ce soit voyager, se défendre, se reproduire, se nourrir, attaquer, promouvoir ou abattre. Aucun groupe ne se crée pour attendre. A l’intérieur de ce groupe chacun est prié de donner le meilleur de lui-même pour la réussite du but commun. Le don de soi et l’accueil de l’autre sont les bases sur lesquelles se construit un groupe, et le lien social en détermine le but et la limite. Mais dans tout groupe la tendance au farniente et au laisser travailler les autres s’insinue dès que le groupe devient important. Le groupe commence alors par rappeler à l’ordre les récalcitrants puis de guerre lasse impose la contrainte ou … génère la monnaie.

Le mot monnaie comme le mot monument vient du verbe latin moneo qui veut dire « faire souvenir ». L’idée est aussi géniale que l’invention de la roue et elle a germé sur tous les continents. On prend une matière recherchée, rare, pérenne, divisible et transportable. On donne à chacun, en souvenir de ce qu’il a déjà apporté au groupe, la quantité de cette matière qui lui revient et l’on chiffre les biens et les services. La monnaie génère alors par sa circulation une apparence de troc et si un paresseux continue à être inutile, son stock de monnaie fond et n’est pas réapprovisionné.

Au début de cette vision est l’échange des êtres, ce qui donne une vision totalement différente de la monnaie. La monnaie devient un stockage d’énergie humaine, de travail reconnu par le groupe et dans cette vision, la quantité de monnaie ne peut croître que par la procréation car si on la multiplie autrement, elle se dévalue automatiquement comme le XXème siècle l’a montré en dévaluant le franc de 99,95% entre le franc Poincaré de 1914 et le franc du passage à l’euro de 2002 alors qu’il n’avait subi aucune dévaluation entre le franc germinal de 1802 (appelé aussi Napoléon) et le franc Poincaré plus d’un siècle plus tard. Le professeur Jean-Charles Asselain le rappelait en février 2002 dans une conférence au Ministère des Finances en précisant que la pièce de vingt francs or de 1914 était devenue la pièce de même taille et de couleur vaguement du même jaune, de vingt centimes de franc de décembre 2001. On a eu beau multiplier par 6,55957 la valeur de la pièce de vingt centimes pour qu’elle soit « d’euro » et non plus « de franc » il reste que la pièce de vingt francs or du début du XXème siècle est devenue 3 centimes d’euro par le simple fait que la valeur de la quantité de monnaie ne peut croître autrement que par la procréation humaine et que toute autre moyen de la créer, la dévalue.

Imaginons d’ailleurs un monde sans contact avec l’extérieur, vivant en autarcie et ayant sa monnaie. Si un malveillant parachute un container de billets de banque doublant la quantité de monnaie de cette collectivité, cela entraînera d’abord un chaos avec des nouveaux riches non reconnus et haïs avec toutes les conséquences de ce choc puis avec le temps le calme reviendra mais avec le doublement de tous les prix.

La monnaie, si elle permet de forcer tous les membres du groupe au travail, entraîne aussi deux dangers que le groupe devrait maîtriser.

Le premier on l’a vu est la création de monnaie qui ne doit être faite qu’en remplacement d’une monnaie détruite ou qu’en constat de l’augmentation de la population active. Elle peut aussi être faite sciemment par la direction du groupe pour une politique économique donnée, ce qui entraîne bien sûr une dévaluation comme dans l’histoire du container, donc une hausse des prix mais cette création est alors un impôt qui peut être justifié. Ce qui n’est pas acceptable dans cette vision de la monnaie c’est ce qui se passe depuis une cinquantaine d’années. On n’ébouillante plus les faux monnayeurs comme au moyen-âge, on ne les envoie plus aux travaux forcés à perpétuité comme c’était imprimé sur tous les billets il y a encore 50 ans, car nous sommes tous devenus des faux monnayeurs.

Jusqu’en 1971 la création monétaire était freinée par les accords de Bretton Woods qui liaient toutes les monnaies au dollar, lui-même lié à l’or. On avait déjà oublié que la monnaie était une énergie humaine stockée mais le fait qu’elle soit liée à l’or en freinait la multiplication. On avait bien constaté au XVIème siècle combien l’arrivée massive d’or des galions espagnols avait entraîné une hausse des prix dramatique mais l’or étant devenu rare et sa production fortuitement comparable à l’augmentation démographique, la convertibilité du dollar en or était un frein efficace à la multiplication des monnaies. Le 15 août 1971 le président Nixon en faisant sauter cette convertibilité, a fait sauter les digues qui nous protégeaient de l’argent apparemment facile. Tout le monde s’est mis à fabriquer de la monnaie: les états avec leurs budgets déficitaires curieusement et bêtement sanctifiés à 3% par le traité de Maastricht, les particuliers avec leurs cartes de crédit à débit différé, les entreprises avec leurs délais de paiements et surtout évidemment les banques avec la double écriture. Toute cette monnaie créée n’étant pas de l’énergie humaine stockée est donc de la fausse monnaie. La hausse faramineuse des prix que cette folie devrait entraîner est bloquée par la concurrence et la recherche effrénée de compétitivité pour survivre et par la création exponentielle de fausse monnaie sous forme de dettes et de crédits. Alors que le bon sens de la charte de La Havane et du programme du Conseil National de la Résistance prônait la coopération et non la concurrence, tout est espéré de nouveaux produits, de nouveaux marchés et de nouveaux financements. Nous nous mettons, en rêvant, la tête dans le sable en attendant le choc. Les économistes déboussolés cherchent désespérément, dans tous les sens et sans succès, à relier cette réalité à leur théorie de la monnaie qui pourrait se multiplier si on échangeait davantage. Certains imaginent même une distribution gratuite d’argent à chaque individu pour faire tourner la machine !

L’autre danger inhérent à la monnaie est la fixation des prix car il ne faut pas oublier que la monnaie n’est là au départ que pour coincer les paresseux et que la solidité du groupe reste fondée sur le don de soi et l’accueil de l’autre comme dans une tribu où l’enrichissement individuel n’est pas envisageable. La monnaie permet heureusement l’enrichissement individuel par appauvrissement de l’autre mais le pouvoir doit veiller à ce que cet appauvrissement soit volontaire et non imposé. Le prix n’est donc pas un simple accord entre acheteur et vendeur. Dès l’instant où il se chiffre en monnaie, l’accord doit être tripartite, vendeur, acheteur, groupe. Mais il faut pour cela que le groupe ne soit pas totalement désorienté et que le bon sens l’habite. Ce n’est donc malheureusement pas le sujet du moment. On a pourtant le droit d’y réfléchir.

Une réflexion au sujet de « La monnaie »

  1. Après 2 ans de méditation (parfois interrompue) je n’ai aucun argument à opposer à l’ami Marc.
    Deux questions ou observations:
    a) en cas de stagnation de la population active dans un groupe donné, comment gérer les innovations ou les gains de productivité (à masse monétaire constante)
    Pour moi l’indice général des prix devrait diminuer si la production (si elle est désirée) augmente.
    b) Peut-on décider, à un moment donné, de stabiliser la masse monétaire, fausse et vraie monnaie confondue, et de ne pas tenter de savoir d’où elle vient, dès lors qu’elle est là, et dès lors qu’on refuse de l’augmenter. Cela impliquerait sans doute qu’on ne rembourse pas ses dettes, puisque ce faisant on détruit de la monnaie. Mais est-ce vrai?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *