L’ineptocratie

Les Anglo-Saxons ont créé le mot ineptocracy pour définir le système politique américain tant de Bush que d’Obama :

Ineptocraty is a system of government where the least capable to lead are elected by the least capable of producing, and where the members of society least likely to sustain themselves or succeed, are rewarded with goods and services paid for by the confiscated wealth of a diminishing number of producers.

Le net français l’a attribué à Jean d’Ormesson qui n’en a pourtant été que le traducteur. Le net est excusable tellement cette traduction parle bien de nous :

L’ineptocratie est un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services payés par la confiscation de la richesse d’un nombre de producteurs en diminution constante.

Sur cet intéressant canevas, la classe politique se déchire entre les tenants de la politique de l’offre et ceux de la politique de la demande, pour obtenir de la croissance et de l’emploi puisqu’ils ne savent créer concrètement de l’emploi que par le retour de la croissance, cette fée abstraite que personne n’a envie de définir. Les professeurs d’économie se reposent sur la définition absconse de François Perroux, « La croissance est une augmentation pendant une ou plusieurs périodes longues d’un indicateur de dimension, pour une nation, le produit global net en termes réels », définition que seuls les imbéciles ne comprennent pas comme Andersen nous l’a si bien expliqué dans son conte « Les habits neufs de l’empereur » où il a fallu qu’un enfant vienne dire que l’empereur était nu. Les Politiques et les médias qui ont, eux, bien sûr compris Perroux, l’expliquent tranquillement et sans vergogne comme étant une augmentation des richesses créées, ce qui serait évidemment une manne électorale permettant de surcroît de rembourser demain les emprunts d’aujourd’hui.

Comme personne n’a envie de voir que « l’indicateur de dimension » n’indique que la dimension de l’agitation économique, nous assistons à la farce d’une querelle entre soi-disant experts. Après s’être évidemment cassé les dents sur la politique de la demande, les Politiques, éclairés, illuminés ou aveuglés (rayez les mentions inutiles) par le génie d’Attali déguisé en Macron, se tournent vers la politique de l’offre sur laquelle ils vont à nouveau bien sûr se casser la figure. Il ne faut pas être devin pour l’annoncer, d’abord parce que leurs prédécesseurs ont montré combien c’était inefficace mais surtout parce que la solution ne répond qu’à l’apparence du problème et en rien au problème de fond.

Reprenons l’exemple du marché. Le marché du quartier est-il un peu anémique, ces derniers temps ?

La politique de l’offre va proposer de multiplier les étalages et les marchandises à vendre, partant du principe que les habitants du quartier sont riches et qu’ils achèteront plus dès qu’on leur proposera de belles choses. Si l’on vient à dire que les poches des acheteurs sont vides la politique de l’offre conseillera d’emprunter puisque les richesses créées rembourseront les emprunts et leur intérêt.

La politique de la demande va de son côté proposer de distribuer de l’argent aux habitants pour qu’ils puissent acheter davantage, partant du principe que seule l’absence de monnaie empêche les acheteurs de faire tourner la machine. Si l’on vient à dire qu’il n’y a rien à vendre la politique de la demande dira d’importer puisque les richesses créées paieront les importations.

Tout est toujours fondé sur le PIB création de richesses martelée dans tous les médias à la fois par les Politiques et par les experts de tous poils adeptes de la politique de l’offre ou de celle de la demande. Parmi ces experts l’INSEE figure en bonne place avec ses trois façons de calculer le PIB.

Pour les tenants de la politique de l’offre l’INSEE va chiffrer, au prix du marché précédent, toutes les marchandises et tous les services vendus. Il va obtenir « en volume » le PIB par la « valeur ajoutée ». Comme c’est en volume on lui rajoutera les importations classées en ressources et on enlèvera les exportations classées en emplois.

Pour les tenants de la politique de la demande l’INSEE va chiffrer tout ce que les habitants du marché ont dépensé. Il va obtenir en monnaie le même PIB mais par la distribution. Comme on parle en monnaie, on va rajouter les exportations qui sont aussi une source de monnaie. L’INSEE écrit alors « le PIB est égal à la somme des emplois finals intérieurs de biens et de services (consommation finale effective, formation brute de capital fixe, variations de stocks), plus les exportations, moins les importations ».

L’INSEE mélange allègrement l’activité du marché et l’origine des marchandises vendues comme l’origine de l’argent dépensé. Si on parle du PIB en volume on rajoute les importations à l’activité du marché et on lui retranche les exportations. Si on parle du PIB en monnaie on fait l’inverse et on rajoute à l’activité du marché les exportations en soustrayant les importations. Comme le résultat est toujours le même PIB qui doit en plus être entendu comme une création de richesses, on arrive évidemment à une montagne d’incohérences que chacun peut aller vérifier sur le site de l’INSEE.

Détail amusant, comptabiliser les variations de stocks pose le même problème que l’import-export. Si l’INSEE parle du PIB en volume, une augmentation de stock augmente pour lui le PIB et une diminution de stock le diminue. Mais si l’INSEE parle du PIB en monnaie c’est une diminution de stock qui augmente pour lui le PIB et une augmentation du stock qui le diminue. Pour les stocks, l’INSEE, plutôt que de faire une deuxième fois les efforts de contorsionniste déployés pour l’import-export, a décidé de parler exclusivement de « variations de stocks » ce qui évite les affirmations contradictoires et laisse le lecteur se débrouiller pour savoir dans quel sens les stocks varient.

La seule façon de calculer sérieusement le PIB est la troisième façon qu’a l’INSEE de le calculer et qui est en même temps la plus simple mais la moins aguichante : faire la somme en monnaie de toutes les transactions du marché. Mais dans ce cas comment faire croire qu’il s’agit de création de richesses ?

En laissant croire par électoralisme ou par inconscience que le PIB est une création de richesses alors que ce n’est qu’un constat d’activité, voire d’agitation, les Politiques, les médias et les experts nous poussent tout naturellement à la double facilité de payer par l’emprunt, des marchandises et des services importés. Cela fait exactement le même PIB que si nous avions travaillé pour fabriquer et si nous avions aussi travaillé pour avoir de quoi acheter. L’emprunt et les importations s’envolent pour faire du PIB et une croissance que nous devrons payer deux fois, une fois à ceux qui fabriquent vraiment et une deuxième fois aux banques pour les rembourser d’un argent qu’elles ont créé ex nihilo.

Ce que les Politiques, les médias et les experts appellent la crise n’est qu’une façon de nous dire que cela ne peut pas durer. Mais qui va gagner ? La crise ou l’ineptocratie ? L’ineptocratie, inepte par définition, attend désespérément tout de la croissance en le répétant sur tous les médias et en s’entredéchirant pour savoir comment la faire revenir. Le combat est rude car c’est l’avenir des Politiques, des médias et des experts qui est en jeu. Sera-t-il aussi douillet que leur présent ? La crise leur susurre que non.

4 réflexions au sujet de « L’ineptocratie »

  1. Bravo Marc pour cette analyse! La question qui tue reste tout de même posée:
    Qui lira, comprendra et agira dans le champs politique connu en France?
     » Pourquoi tuer un rêve qui berce l’électeur et flatte l’élite autoproclamée pour affronter une réalité qui emporterait tout ce monde dans les abîmes de l’indifférence générale? »
    Il n’est pas aujourd’hui, dans aucun parti politique une seule proposition GLOBALE qui prenne en charge le problème du délire de la consommation pour nous ramener devant le mur de notre incohérence. Je me résigne de plus en plus à l’idée que seul un conflit armé de grande envergure « nettoiera » le terrain pour reconstruire. Mais pour autant, il faudra reconstruire avec d’autres paradigmes que celui de la consommation par le crédit et la manipulation de rêves non fondés pour les peuples. Une fois que j’ai posé cela, je ne fais pas non plus avancer le dossier ….. milles excuses pour mon manque de solutions opérationnelles et complémentaires sans violence.

    • Tous nos efforts doivent se concentrer sur le choc indispensable à la remise à plat globale si l’on veut éviter la guerre qui fait malheureusement admirablement ce travail. En 1905, en 1930 et aujourd’hui, le même problème se répète et les guerres s’inscrivent par incapacité des hommes à se réveiller. Définir les protagonistes et faire monter la haine nécessaire, se fait au dernier moment et est très secondaire par rapport à la reconnaissance que l’on ne sait pas remettre autrement les yeux en face des trous. L’Histoire survalorise le parcours des protagonistes sans voir que ce parcours tomberait à plat si la nécessité de la guerre n’était pas préécrite.

Répondre à Vivien LIZE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *