La création de richesses

Toute l’économie mondiale est actuellement fondée sur la création de richesses. C’est elle qui va permettre de rembourser aux banques les prêts qu’elles nous font pour investir et pour consommer.

Dans un rapport sorti en octobre 2013 et repris à l’envi par tous les intellectuels de la Terre, le Crédit Suisse nous a appris que « la richesse mondiale a plus que doublé depuis 2000, atteignant un nouveau record historique de 241 000 milliards de dollars ». L’humanité se serait donc enrichie de près de 10.000 milliards de dollars par an depuis le changement de millénaire. Quelle merveille !

Cette « information » a été reprise aussi bien à gauche qu’à droite. A gauche par le Nouvel Observateur en octobre 2013 pour crier au scandale de sa non redistribution et par Jean-Luc Mélenchon qui nous a seriné que la France n’avait jamais été aussi riche. A droite sur France 5 par l’ineffable Dominique Reynié, « agrégé de sciences politiques » (oui cela existe et cela en fait un fonctionnaire avec garantie de l’emploi à vie), directeur général de Fondapol, pourfendeur hautain de tous les populismes et éternel candidat heureusement malheureux à la direction de Sciences Po. Chacun renforce à sa manière et à la méthode Coué, l’idée, totalement fausse mais vitale pour le système bancaire, que le système crée des richesses qui permettent de rembourser les emprunts.

La richesse n’est qu’un regard comme l’est aussi un déchet ou un embarras. L’antiquaire, le brocanteur et le ferrailleur savent que les regards des uns comme des autres ne sont pas identiques et ils en ont fait leurs métiers en faisant se croiser des regards différents. Une maison édifiée sans permis sur un site classé corse est à la fois une richesse pour certains, un embarras pour d’autres, un déchet à éliminer d’urgence pour d’autres encore. Pareil pour l’art moderne ou pour les OGM. Le regard ne se chiffrant pas, on peut approcher la richesse aussi bien en monnaie qu’« en volume » comme dit l’INSEE.

Lorsqu’un client achète un pain à son boulanger, il s’enrichit en volume (en pain) et il s’appauvrit en monnaie alors que le boulanger s’appauvrit en volume et s’enrichit en monnaie. Chacun s’enrichit et chacun s’appauvrit. Les regards évoluent, se croisent mais n’augmentent jamais. On ne peut donc pas créer de richesses car il faudrait pour cela augmenter les regards. Ce qui crée l’impression de richesse c’est que quelqu’un s’appauvrit pour l’obtenir ou est prêt à le faire.

Le calcul de la valeur ajoutée des entreprises montre que la somme de toutes les valeurs ajoutées correspond, au centime près, à la somme des consommations des ménages, des administrations et des collectivités. Il n’y a richesse créée par les entreprises que parce qu’elle est achetée. S’il n’y a pas le regard de l’acheteur prêt à s’appauvrir, il n’y a pas de richesse et nous sommes dans les encombrements et dans les déchets.

La science économique n’a jamais analysé cette évidence et avec la complicité des puissants, l’emprunt est venu casser cet équilibre des regards. Le prêt a toujours existé mais il était sur gages et réservé aux puissants qui le remboursaient soit en se séparant du gage soit en appauvrissant ceux qu’ils dominaient. Mais depuis le XXème siècle le capitalisme a inventé le prêt sans gages en faisant croire que les richesses futures créées rembourseraient l’emprunt. En réalité, en prêtant à l’acheteur de quoi alimenter son regard, en prêtant au vendeur de quoi se payer de la publicité et une force de vente, le système a transformé artificiellement en richesses ce qui n’étaient objectivement qu’encombrements, voire déchets. Mais une richesse n’existant que parce qu’elle est désirée et obtenue, elle ne peut pas servir deux fois et seule la vitesse de circulation de la monnaie va faire croire à la création de richesses. En fait l’enrichissement très réel des individus est compensé par l’appauvrissement caché des entreprises et des Etats qui accumulent les pertes que les techniques comptables permettent de reporter. Mais que ne ferait-on pas pour que l’électeur vote bien et qu’il soit convaincu que la machine tourne et crée des richesses ?

La conclusion est que si le capitalisme a permis comme le fascisme et le communisme, l’édification de fortunes personnelles considérables, il n’est pas plus cohérent et vit son crépuscule dans l’incompréhension générale. L’entêtement des pseudo-élites à croire contre vents et marées à leur système, a créé les millions de morts du fascisme et du communisme. Vu la profondeur de l’entêtement de certains à croire que le capitalisme, si agréable pour eux, est cohérent et ne peut se comparer aux deux autres matérialismes du XXème siècle, la chute risque de ne pas être douce. Elle est pourtant inéluctable et chacun voit qu’elle arrive.

Une réflexion au sujet de « La création de richesses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *