Le référent et le quotidien

Ce n’est pas une blague. Les députés français ont voté en première lecture le remplacement dans les documents scolaires de père et mère par parent 1 et parent 2. C’est très exactement ce que les défenseurs de la loi Taubira sur le mariage pour tous dénonçaient ironiquement à l’Assemblée comme totalement inenvisageable et comme une simple provocation d’opposants malveillants.

Au delà du plaisir de moins en moins solitaire de députés qui représentent provisoirement la nation, on en arrive à la folie de devoir classer ce qui est complémentaire. Les menuisiers devront-ils sous peine d’amende renoncer à leurs pièces mâles et à leurs pièces femelles pour des pièces 1 et 2 ? Et quelle sera la première ? A force de vouloir à tout prix que les êtres soient identiques, il faut bien les classer pour les différencier. Qui est le parent 1 ? Qui est le parent 2 ? Qui accepte de revenir au temps où l’homme dominait la femme avec comme simple nouveauté de permettre à la femme de dominer l’homme en étant la première ? On imagine l’impact de telles discussions familiales dans la tête des enfants. Pour ne pas risquer de classer les races, il a été décidé contre tout bon sens qu’elles n’existaient plus et qu’il était fantasmatique de les distinguer. Les distinguer, c’était les discriminer et donc les classer. Pour les parents on observe que la stupidité peut aller en sens inverse: pour ne pas remarquer la différence entre papa et maman, on les classe en parent 1 et en parent 2.

Va-t-il être interdit de retourner au bon sens et de retrouver la complémentarité des parents ? Est-ce déraisonnable de constater que dans notre civilisation comme dans la plupart des autres, l’homme est le référent et la femme le quotidien ? Il n’y a pas de quotidien sans références et il n’y a pas de référent sans son application quotidienne. Aucun des deux n’est plus important que l’autre. Il est seulement indispensable que le référent et le quotidien ne soient pas réunis dans la même personne car, si c’est le cas, seul l’affect unit deux êtres, et l’affect est changeant et quasiment toujours provisoire.

A-t-on encore le droit de remarquer que tout être humain cumule une vie affective, une vie professionnelle et une vie sociale ? La vie professionnelle est une déclaration publique de son utilité au groupe, la vie affective est du domaine de l’intime et la vie sociale est l’équilibrant permettant à chaque individu de trouver son harmonie aussi bien individuelle que dans la société.

La vie professionnelle de l’homme, ce que l’on appelait il n’y a pas si longtemps son devoir d’état (sa dette vis-à-vis du groupe), est de rapporter de quoi vivre à sa famille pendant que celle de la femme, son devoir d’état à elle, est de porter au minimum trois enfants, ce qu’elle est seule capable de faire pour renouveler la société. La mode de la parité comme seule preuve de l’égalité hommes-femmes est impossible dans la vie professionnelle telle que je viens de la définir. Pour la grossesse elle ne peut être que féminine et pour les métiers elle force la femme à abandonner sa vie professionnelle de créatrice du futur pour faire rentrer de l’argent, l’homme n’étant pas suffisamment reconnu et suffisamment payé dans son travail pour assumer seul son devoir d’état.

La vie sociale est un complément indispensable pour l’harmonie des êtres mais comme tout complément, elle est secondaire par rapport à la vie professionnelle. Chez la femme ce sera un métier, un hobby ou un bénévolat. Chez l’homme, sa vie professionnelle étant beaucoup plus disparate que celle de la femme, sa vie sociale l’est aussi puisque son but est aussi l’harmonie. Il est triste de voir aujourd’hui les femmes renoncer à leur vraie vie professionnelle au profit de leur vie sociale présentée faussement comme leur vie professionnelle derrière l’étendard de la parité dans un monde asexué où la compétition tant vantée cherche à faire mourir la coopération, la complémentarité et la solidarité.

La folie d’avoir écrit les droits de l’homme, en croyant définitivement intégrés les droits de la société, nous fait glisser inéluctablement vers les affaires de corneculs de parent 1 et de parent 2.

4 réflexions au sujet de « Le référent et le quotidien »

  1. Ca y est , « ils » ont reculé! On a gagné ! Vraiment? Je n’en suis pas si sûr.
    En effet, pendant que parent1, parent 2 soulevait un légitime tohubohu car chaque famille était concernée, cela a permis la mise sous étouffoir des questions liées au projet de loi pour lutter contre l’extrême droite (merci les Insoumis (sic) ), le traité d’Aix-la-Chapelle sans oublier Marrakech .
    Alors, qui a gagné? La technique du chiffon rouge marche très bien.

  2. Il est exact que les motivations sont moins dissimulées sur parent 1 et 2 que sur Marrakech et Aix-la-Chapelle et qu’il ne faut pas donner plus d’importance à un détail qu’à une lame de fond.

    C’est pourquoi j’ai essayé de prendre de la distance pour parler du premier devoir de l’homme comme de la femme, de la différence de leur vie professionnelle au sens du professeur, de la déclaration publique de la dette de chacun.

  3. Au delà de la déconstruction évidente de la complémentarité homme/femme ,ce qui est inquiétant c’est la dérive dictatoriale que prend cette société dite moderne avec sa boulimie de lois et contrôles en tous genres .
    Autrefois nos agissements étaient fondés sur la loi naturelle venue de six millénaires de bon sens ,mais les ronds de cuir ont décidé que nos traditions ne valaient plus rien,dans leur folie non aboutie ,ils sont à deux doigts de voter une loi pour la parité hommes /animaux

Répondre à Claude Gaucherand Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *