Le combat à outrance qui s’engage

Il se passe actuellement un événement assez extraordinaire : une civilisation est en train d’être détruite par son élite complètement perdue, incapable de se l’avouer, et cherchant par son pouvoir sur l’argent, des solutions impossibles.

Pour aborder et surtout comprendre ce sujet surprenant et peu compris, il faut commencer par se souvenir que la vie n’est qu’action, réflexion et échange, chacun des trois nourrissant les deux autres, en en étant lui-même alimenté.

L’harmonie entre l’action, la réflexion et l’échange est une constante de toutes les civilisations comme elle est une constante des bien-êtres individuel et collectif, quel que soit le groupe. Ces harmonies sont normalement fabriquées par l’énergie humaine qui veille à l’équilibre entre les trois. Si l’action est faible, voilà les phraseurs qui débarquent. Si c’est l’échange, les activistes prospèrent. Si c’est la réflexion, moutons, pigeons, voire « mou-geons », se multiplient. Le lien permanent entre la réflexion, l’action et l’échange est essentiel. Lui seul permet l’harmonie des vies.

Nous vivons actuellement un véritable torrent d’échanges totalement factices par la faiblesse de l’action et de la réflexion qui devraient les nourrir et qui ne sont pas au niveau. Matériellement l’office mondial du commerce (OMC) a remplacé l’office international du commerce (OIC) qui exigeait une balance des paiements équilibrée, donc de vrais échanges. La réflexion qui démontre que ce n’est pas tenable est absente et l’action de l’OMC est par conséquent erratique. Mentalement les médias, les réseaux sociaux et les Politiques donnent l’illusion de vrais échanges,  d’une information et d’une écoute alors qu’ils ne sont que propagande du côté des pouvoirs et, pour ceux qui résistent, goutte d’eau d’intelligence dans un océan de bêtise.

Chacun peut voir combien l’action gouvernementale est fictive, irréfléchie ou violente mais très peu de gens réalisent que c’est la survalorisation de l’échange liée à la sous-valorisation de la réflexion et de l’action qui nourrit notre décadence.

Ce sont les réactions opposées de l’intelligence des élites et du bons sens populaire, qui génèrent sous nos yeux un combat à outrance qui ne fait que commencer et qui se terminera par la disparition d’un des belligérants.

D’un côté les peuples sentent très bien que la vie qu’on leur propose, angoissée par les peurs et oisive de plaisir, ne peut durer en dépit du matraquage des médias. Ils attendent autre chose sans bien réaliser que ce qui manque, c’est simplement l’harmonie entre l’action, la réflexion et l’échange.

De l’autre les élites, caricaturées par Soros, Gates ou le forum économique mondial de Schwab, sont en train d’utiliser l’énergie monétaire pour donner l’illusion de l’action et l’illusion de la réflexion, ce qu’ils appellent la grande réinitialisation, le « great reset » dans la langue qu’ils veulent imposer à la Terre entière. L’énergie monétaire, ou le pouvoir de l’argent pour ceux qui n’arrivent pas à voir que l’argent est une énergie, a déjà mis en place, sous couvert de démocratie, des gouvernements de médiocres mais fidèles exécutants. Cette énergie est actuellement apparemment gratuite pour ceux qui y ont accès.

L’énergie monétaire décompose l’action et la réflexion en une illusion agréable qui coûte très cher et une réalité abominable soigneusement dissimulée mais que les peuples ressentent de plus en plus.

Pour la réflexion, l’argent la confie soit à l’intelligence artificielle, soit à des élites totalement fabriquées comme McKinsey ou Attali, tous terriblement consommateurs d’argent et méprisant les peuples. Parallèlement le peuple est prié, dès l’enfance par l’éducation nationale, de renoncer à réfléchir et de se préparer à accepter un « vivre ensemble » fondé sur les fumeuses « valeurs de la république » que des spécialistes du parler creux, comme Karim Zeribi, radotent dans les médias. Le matraquage de l’éducation nationale, additionné à celui des médias, donne une baisse dramatique du niveau de réflexion que les mathématiques, le grec, le latin et la littérature forçaient à acquérir. Aujourd’hui il faut un peuple qui avale « tous vaccinés, tous protégés » à propos d’une expérimentation génique dont personne ne connait les effets à moyen et long terme et que des bonimenteurs comme Véran, étalon raté de l’humilité, appellent improprement vaccin et imposent pour des raisons dont ils devront rendre compte. Co-acteur des médias qui font de la place dans les cerveaux pour ceux qui les paient, l’éducation nationale s’emploie au même but en oubliant de plus en plus d’instruire et en enseignant un vivre ensemble idéologique au lieu d’une aptitude à agir et à réfléchir.

Pour l’action c’est encore plus grave car l’argent fabrique un monde de détente et de plaisir en croyant laisser le travail aux machines et en fabriquant un monde virtuel « metavers » où c’est l’oisiveté qui transformerait l’échange en action et en réflexion. La transformation de Facebook en Meta ne cache même plus ce mépris du peuple. Parallèlement à l’installation de cette action virtuelle et fictive, la montée sans fin de la dette mondiale publique et privée, met en place discrètement et partout, toutes les formes possibles d’esclavage puisque les gouvernants sont incapables de rendre utiles les énergies de leurs compatriotes et payent leur oisiveté plutôt que leur utilité et ce, avec de l’argent qu’ils empruntent au futur.

Zemmour qui tape à juste titre du poing sur la table, est en train de perdre des voix dont la mienne en ne semblant pas réaliser que le problème est beaucoup plus large que l’immigration, l’islam et la violence qui sont bien sûr des problèmes graves mais ne sont que des conséquences. Le problème fondamental est une fausse solution par l’argent qu’une intelligence dévoyée veut imposer en oubliant que chaque individu est respectable et utile au bien commun, l’inverse de ce qu’Attali disait en 1981 quand, jeune coq, il voulait tuer les vieux. Cette intelligence dévoyée, très installée en occident, mène ses peuples et le monde vers l’esclavage et la guerre. Mgr Vigano qui a été nonce à Washington sonne à très juste titre le tocsin et le cardinal Sarah pose les vrais problèmes. C’est seulement en les relayant que Zemmour prendra vraiment le risque de gagner.

9 réflexions au sujet de « Le combat à outrance qui s’engage »

  1. Vous touchez là aux racines du mal dont souffrent la communauté atlantiste et le monde anglo-saxon qui prennent la Chine pour modèle. Zemmour comme tant d’autres se contente de proposer un traitement de confort pour soigner les symptômes d’un mal profond exigeant un traitement curatif.
    Dans le combat à mort entre nos élites et les peuples, soyons positifs: c’est chez ces derniers que se trouvent l’action et l’échange, et le réservoir est assez vaste pour que la réflexion jaillisse qui commence déjà à ordonner les deux premiers termes.

  2. Il n’y a pas d’intelligence dans l’erreur, par contre des petits et gros malins qui se croient intelligents (tous ceux que tu as cités entre autres), il y en a énormément. Il n’y a plus aucune place pour l’intelligence.
    « Le monde ira mieux quand les malins se tairont » Lao Tseu

  3. Bonjour Marc, merci pour ce bel article synthétique . Je pense que si Zemmour est autant plébiscité par les médias c’est simplement pour faire baisser les voix du RN et ainsi permettre une nouvelle élection de Macron. Je suis étonné de voir autant d’angouement à son sujet chez les nationalistes vu le peu de profondeur de son discours.

  4. Nous assistons à la naissance d’une nouvelle civilisation s’extrayant, s’exhumant de la putréfaction du système et leurs sbires. Ils font tout pour se maintenir. Cette nouvelle civilisation, c’est la personnalisation de l’humanité même. Elle dispose désormais des outils technologiques pour la bâtir sur les déchets de l’ancien monde. Toute la pyramide des structures, multinationales & Cie, Etats, administrations, judiciaire etc .. sont à l’agonie. Lorsque l’une des ampoules du sablier sera vidée de sa substance maléfique, moribonde, elle sera recyclée dans celle qui actuellement se remplit des déchets de l’ancien monde, les recyclant.

  5. Merci encore pour ce diagnostic que beaucoup commencent chaque jour à mesurer un peu plus sans pour autant être capable de l’expliquer.
    Le réveil arrive, mais pas assez vite pour ceux qui s’ennuient comme … « une goutte de » conscience « dans un océan de bêtise. »
    Mais les gouttes de conscience se rassemblent et la vague sera inarrêtable !

  6. Bonjour,
    Malheureusement,le peuple des villes et, dans une moindre mesure, celui de la campagne sera absorbé par son propre métavers où il sera plus facile de rêver sa vie que de vivre ses rêves..quand à E. Zemmour, les médias l’ont léché, le lâche et le lyncheront d’ici peu. Il aura au moins eu le mérite de pointer quelques problèmes..

  7. Le règne actuel de l’argent roi et la licence à outrance des mœurs ont été très bien décrit au Premier siècle par le satiriste Juvénal… du pareil au même ! À lire et relire donc (dans une bonne traduction)

  8. Le cas ZEMMOUR est intéressant ,il prend un SEUL vrai problème et en fait un argument complet pour une campagne , ne parlant pas ou peu de tout le reste qui est en décomposition .
    En faisant cela il copie une vieille méthode utilisée par tous les FAUX dissidents ,MAIS peut être a t-il eu un instant de lucidité quand il a dit dans une interview :

     » A quoi sert la compétence si elle est conjuguée à L’IMPUISSANCE ?  »

    Si on veut bien admettre que le monde entier est gouverné par les puissances d’argent ,et peut être plus particulièrement par la CITY ,n’importe quel réformateur ,même très chevronné ,arrivé au pouvoir ,ne pourra STRICTEMENT RIEN FAIRE qui puisses inverser la marche inexorable de la folie mondialiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *