Le chant du cygne de l’optimisme

Le moral est bas chez ceux qui aiment la France car nous venons de départager une perdante qui n’était pas au niveau et un gagnant qui va nous faire perdre, lui qui n’a été élu que par les optimistes en mal de support.

Le gagnant va nous faire perdre car il n’aborde pas le fond des problèmes et ne propose que de repeindre la façade d’un édifice délabré. Rajeunir un peu le personnel plait aux vieux mais ne résout rien. Les valeurs de l’obscure clarté de la République ne sont pas des dynamiques et ne mènent nulle part. L’incompétence de fond du gagnant se dévoilera avec le temps dès que la forme se fissurera. La seule question est de savoir à quel rythme. En attendant il continue à inverser le sens des mots en se jugeant patriote contre la nationaliste alors qu’il est pour le droit du sol, du lieu de naissance, natio en latin et contre le droit du sang, celui du père, pater en latin. Est-ce un signe qu’il dise l’inverse de ce qu’il croit penser ?

L’échec du Front National est plus intéressant car ses différentes personnalités n’ont abordé la complexité du problème que par l’angle qui les intéressait. Ne prenant pas la hauteur nécessaire, elles ont été incapables de se sortir du qualificatif d’extrême droite dans lesquelles les médias les ont enfermées.

La ligne officielle sous l’impulsion de Florian Philippot a voulu reconstituer le non au référendum sur la constitution européenne qui a été majoritaire, après avoir frôlé la majorité pour celui de Maastricht. Cette ligne a obtenu un succès dans le rapprochement avec Nicolas Dupont Aignan mais elle a subi un échec cinglant du côté de Jean-Luc Mélenchon car trop superficielle chez ces deux énarques, sans oublier le troisième énarque des Horaces, Jean Messiha. L’énarchie, admirable sur la forme, n’a pas encore pris le temps de s’intéresser au fond. Il faut peut-être pour ce faire qu’elle soit moins contente d’elle-même. L’opposition à la constitution européenne avait été majoritaire car elle regroupait plusieurs oppositions de tendances très différentes sur ce qu’il fallait faire. Tous ceux qui se croyaient à la manœuvre étaient favorables à cette constitution fuite en avant et l’ont d’ailleurs imposée au peuple par le traité de Lisbonne. Si Le Pen, Dupont Aignan, Mélenchon et Asselineau ont fait ensemble 47% des suffrages exprimés et voient tous la nation comme seul cadre réaliste d’un réveil efficace, aucun n’a poussé très loin l’analyse de fond sur ce qu’il fallait faire et ils se sont tous contenté, sauf Asselineau, de tout financer par la croissance, par l’augmentation des dépenses. Cette faiblesse de l’analyse a permis de ne pas voir la faiblesse identique de l’analyse des autres qui ont aussi tout fondé sur la croissance sans laquelle ils ne peuvent rien faire. Quand personne ne veut être réaliste, l’optimisme gagne toujours sur le pessimisme car il donne l’impression de faire reculer l’orage.

La ligne de Marion Maréchal Le Pen a voulu retrouver les valeurs traditionnelles de toute civilisation, la famille, l’honneur, le serment, le bon sens, n’accueillir les autres qu’après avoir fait ce qu’il faut pour être accueillant soi-même. Mais cette ligne n’a pas pris le temps ou ne l’a pas eu, d’étudier complètement ce qu’il fallait faire pour devenir accueillant et a complètement éludé l’harmonie économique indispensable que si peu de gens comprennent, qu’aucun Politique ne porte et que l’Union Européenne néglige.

Tous ne se sont battus que sur le cadre, national ou européen. Aucun candidat n’a sérieusement étudié les raisons de la disharmonie économique actuelle, tant française qu’européenne.

Le problème de fond est là : personne ne s’intéresse à l’harmonie économique qui est elle-même un savant mélange de liberté individuelle, de coopération collective et de gestion commune de ce qui nous dépasse tous et que l’on appelait religion.

Chacun préfère croire à Mammon, à la religion du PIB. Lorsque les médias diffusent que la dépense publique représente 57% du PIB, chacun aime comprendre qu’il reste à se partager 43% de cette manne alors que la réalité est que ces 43% sont de la dépense privée qui s’ajoute à la dépense publique pour faire le PIB somme de toutes les dépenses. Avec quoi les paye-t-on ?

Va-t-on continuer éternellement à monter les impôts et la dette par incapacité de faire payer les autres peuples dans cette foire d’empoigne égoïste qu’est la mondialisation ? Va-t-on continuer à tout fonder sur les trois esclavages que sont la dette, la mondialisation et l’immigration pour continuer à croire à ce que l’on appelait avec dérision la semaine des quatre jeudis au temps où le travail était une valeur ? Est-ce être passéiste que de regarder la réalité en face ?

 

5 réflexions au sujet de « Le chant du cygne de l’optimisme »

  1. Il nous faut réagir face à l’incompréhensible de ce qui se passe en France.
    Face à l’inquiétude il nous faut réagir et miser tout sur les législative !

    • J’ai peur que les Législatives n’apportent rien de constructif. Tant que les Français n’auront pas compris le problème, comment compter sur eux pour promouvoir les solutions ?

  2. Dans les médias, « l’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse ! »

    Plaire ou conduire ? Et bien quand on ose aborder le sujet devant 70 personnes réunies pour écouter 2 journalistes éditorialistes très connus, si 2 personnes ont râlé de ma prise de parole et si l’organisateur à tenté plusieurs fois très gentiment de me faire passer le micro à quelqu’un d’autre, et alors que les 2 éditorialistes n’ont fait aucun commentaire sur mon intervention comme si j’avais parlé du haut d’une falaise tout seul… plus de 7 personnes sont venues me féliciter pour mon intervention, me disant que c’était juste du bon sens et me demandant plus d’information : surlasociete.com et reveillonsnous.fr. Chacun m’a donné sa carte de visite sauf un journaliste de l’Express qui va aller lire… Donc il faut OSER, en toute occasion il faut semer, quelles que soient les conséquences. L’absence de vision politique cohérente rend la plaine du peuple bien plus fertile que ne l’envisagent les sondages, fertile au bon sens comme aux évidences. Osons ! Nous n’avons plus le choix qu’entre nous taire et être complice de notre inéluctable disparition ou parler pour contribuer à développer une renaissance harmonieuse de notre civilisation grâce à l’élan salutaire de la France ! Chacun fait sa part. Merci Marc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *