Vœux 2019

A l’aube de cette nouvelle année nappée d’incertitudes, de craintes voire de peurs, je voudrais émettre le vœu que nous réussissions ensemble à réconcilier le bon sens et l’intelligence.

La tâche n’est pas aisée car si le bon sens crée le lien social, l’intelligence le segmente tout en l’enrichissant. Pendant des millénaires, ce que l’intelligence inventait, le bon sens le comprenait et ce que le bon sens ne comprenait pas n’était pas reconnu comme intelligent. Ainsi de la roue à l’avion, en passant par la machine à vapeur, le moteur à explosion et l’électricité, le bon sens comprenait et admirait ce que l’intelligence lui apportait.

Mais au XXe siècle, d’Einstein à l’intelligence artificielle, du voyage vers la lune au transfert par des ondes, de sons puis d’images, l’intelligence a exigé du bon sens qu’il accueille sans comprendre, qu’il se reconnaisse accessoire et qu’il juge normal d’être méprisé.

Le bon sens avait toujours su que l’espace était réversible et que le temps ne l’était pas. L’intelligence a voulu lui imposer que ce n’était pas forcément vrai. Le bon sens avait toujours su que, s’il était imaginable que le hasard et la nécessité aient pu fabriquer ensemble une fois, la perfection d’un animal ou d’une plante, il était inimaginable qu’ils aient réellement fabriqué, simultanément et séparément, des milliards d’animaux et de plantes, tous plus harmonieux les uns que les autres. L’intelligence a voulu imposer au bon sens une création sans origine et une énergie sans source.

L’intelligence a voulu museler le bon sens qui s’est apparemment laissé faire tout en rongeant son frein.

L’intelligence s’est enfermée dans ses écoles, dans son monde d’un peu de réalité et de beaucoup d’apparence. Elle s’est tellement répétée à elle-même qu’elle était intelligente que ses éléments les plus excentrés lui ont même trouvé comme seul défaut d’être « trop intelligente ». Refusant le contact dégradant avec le bon sens d’humains de second ordre, elle a redécouvert la nature et a même décidé de la rendre intelligente en faisant suer le bon sens. Elle a renoncé au bonheur qu’elle n’a jamais su expliquer et a voulu que le bon sens se contente comme elle du plaisir et surtout, qu’il l’achète ! Elle a pris le pouvoir sans avouer qu’elle ne sait pas quoi en faire.

Mais le bon sens a mis des gilets pour faire savoir par leur couleur qu’il se sentait cocu. L’intelligence lui avait dit qu’elle créait des richesses. Le bon sens respectueux l’avait crue mais lui demande sa part qu’elle ne peut lui donner.

L’intelligence n’a pas le courage d’avouer qu’elle a été bête et le bon sens sait qu’il a manqué de discernement en se laissant faire.

Demandons à 2019 de les réconcilier. Cela va être extrêmement difficile mais à l’avenir rien d’impossible. Il faut que le bon sens se contente d’être le filtre de l’intelligence sans penser avoir réponse à tout. Il faut aussi que l’intelligence renonce à s’auto-admirer et accepte que le bon sens la canalise et l’épure. Il faut que nous redécouvrions avec lui et avec elle que pour être fécond, un couple doit reconnaître et sa différence et sa complémentarité.

Vaste programme !

7 réflexions au sujet de « Vœux 2019 »

  1. Bon sens et intelligence, quel que soit le sens que l’on donne à ce dernier mot, se sont effectivement éloignés de plus en plus l’un de l’autre. Bravo pour ce billet, cher Marc, même si l’intelligence n’est pas nécessairement d’inventer des choses, mais de mieux comprendre ce qui nous entoure, en particulier la création.

    J’aime tout particulièrement ce passage, qui élève l’esprit:
    « Le bon sens avait toujours su que l’espace était réversible et que le temps ne l’était pas. L’intelligence a voulu lui imposer que ce n’était pas forcément vrai. Le bon sens avait toujours su que, s’il était imaginable que le hasard et la nécessité aient pu fabriquer ensemble une fois, la perfection d’un animal ou d’une plante, il était inimaginable qu’ils aient réellement fabriqué, simultanément et séparément, des milliards d’animaux et de plantes, tous plus harmonieux les uns que les autres. L’intelligence a voulu imposer au bon sens une création sans origine et une énergie sans source. »
    et qui me rappelle le prix Nobel Ilya Prigogine qui parlait de la flèche du temps, contrairement à un autre savant, Stephen William Hawking qui lui affirmait sa réversibilité. Il est vrai que le premier était croyant et que le second se disait athée.
    Je pense que méditer sur « création sans origine et énergie sans source » pourrait faire l’objet d’un ou plusieurs livres, mêlant là encore bon sens et intelligence vraie.

  2. Parfaitement cerné le défi qui nous attend et qui doit rassembler des hommes de bonne volonté prêts à mettre leur énergie en commun pour éclairer les esprits et nous remettre les pieds sur terre au plus proche de nos racines. Vaste travail qui en vaut la peine!

  3. Merci pour ce billet, et tous les autres.
    Je vous adresse tous mes voeux pour cette nouvelle année.
    Nous ne pouvons qu’espérer que le bon sens triomphe. Les voeux du Président de la République ne nous permettent pas d’imaginer, et je le regrette profondément, que cela se fasse dans la paix.

  4. Encore bravo pour cette limpide hauteur de vue sur la dérive « comportementale » individuelle que nous subissons collectivement.

    Et merci pour ta délicate réserve de ne pas y avoir mentionné la « connerie » et « l’ignorance » qui, elles, selon les situations, grignotent, polluent et/ou détruisent, séparément ou ensemble, l’intelligence et le bon sens.

  5. Merci et bravo pour ce très beau texte. Il appelle à se référer à un texte très connu mais mal connu: « l’honneur, le bon sens, l’intérêt supérieur de la patrie,…, appellent à refuser la défaite et à poursuivre le combat,… » (cette citation ne se prétend pas littérale, mais j’espère que ses lecteurs retrouveront ce qui s’appelle « l’appel du 18 juin »). J’ai eu l’honneur d’entendre commenter ces mots par M. Messmer, Français libre du premier jour. Il disait en souriant « l’honneur, oui, l’intérêt supérieur de la patrie, oui, mais LE BON SENS en juin 40, ce n’était pas évident! Et pourtant, c’était VRAI et nous avons bien fait d’y croire »

  6. Bonjour

    Souhaitons nous mutuellement d’allier courage, humilité et persévérance pour comprendre et présenter ces idées.
    Quelle richesse de transposer ces réflexions à d’autres disciplines comme la médecine par exemple. qu’est ce que la santé ? d’ou vient elle ?
    merci encore et meilleurs vœux

    Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *