Vœu (sans x) 2021

2021 ouvre une nouvelle décennie qui verra s’affronter dans un combat à outrance les tenants de l’énergie monétaire fondée sur l’esclavage et ceux de l’énergie humaine fondée sur la liberté responsable.

D’un côté les adeptes très minoritaires de la grande réinitialisation transhumaniste et mondialiste qui veulent marier le biologique et le numérique comme le souhaite le grand gourou de Davos, Klaus Schwab, suivi par la plus grande partie des équipes dirigeantes mondiales. Ils croient tout résoudre par l’énergie monétaire qui remplace l’intelligence humaine par l’intelligence artificielle et le travail de l’homme par celui de la machine. Ils ont initié ce renouvellement en 2020 par une pandémie de la peur poussant les peuples à se raccrocher à tout ce qui se présente, à l’exclusion de leur bon sens. Ils imaginent une vie dans la contradiction fondamentale de ne plus avoir besoin des humains pour produire mais d’en avoir absolument besoin pour consommer et justifier la production. La production serait assurée par l’énergie monétaire transformée en robots dont ils ne voient pas le prix puisque, pour eux, l’énergie monétaire est gratuite et créée ex nihilo. L’énergie monétaire se transforme aussi bien en énergie fossile qu’en machines. Les adeptes de la grande réinitialisation croient fabriquer cette énergie en se prenant pour des dieux et en reportant les problèmes à demain tout en les aggravant aujourd’hui. Quant à la consommation, elle serait assurée par les humains grâce au revenu universel tout aussi gratuit que les machines mais retenu tout de même aux rebelles récalcitrants. Les citoyens pourraient se distraire, se contenter de produire des services et choisir leurs dirigeants entre candidats présélectionnés, à défaut de candidature unique, pour leur similarité de fond sous des formes diverses. Les nations, les familles n’y auraient plus leur place, la notion même de civilisation perdrait son pluriel disparaissant au profit d’une foule de consommateurs-électeurs, « droitdel’hommés » par un individualisme triomphant, flatté dans toutes ses minorités et noyé mondialement dans une civilisation occidentale unique et moribonde, ne tenant que par l’énergie monétaire totalement artificielle mais déversée sans compter. Les chantres français de cette utopie ont  comme figures de proue Jacques Attali ou Laurent Alexandre. Enarques évidemment, ils ont table ouverte dans les médias et nous montrent avec leurs confrères combien l’humilité a été mal répartie.

De l’autre, ceux, pour l’instant encore plus minoritaires, qui ont compris que l’argent n’apporte son énergie que parce qu’il est un accumulateur d’énergie humaine. Ils ont compris que la monnaie dette et la monnaie numérique, si à la mode actuellement, sont des réintroductions différées de l’esclavage. Ils tremblent pour leurs enfants chaque fois que des dirigeants « débloquent » des sommes extravagantes inexistantes pour se donner l’impression d’être utiles tout en nous enfonçant davantage dans leur impasse. Ils savent que toute solution doit commencer par l’arrêt des distributions gratuites d’argent et par une mise en place et une reconnaissance de l’utilité réelle de chaque citoyen dans sa civilisation, dans sa nation, dans sa famille. Ils voient avec tristesse ou même rage, toutes ces collectivités être volontairement ébranlées en vue de leur destruction.

Entre les deux se trouvent ceux totalement majoritaires et vrais décideurs de demain dont beaucoup de gens sensés qui n’ont pas encore choisi et qui ne trouvent pas toujours le temps de réfléchir. Ils sentent bien que le bateau prend l’eau. Ils sont gilets jaunes, abstentionnistes, souverainistes de tous poils. Ils hésitent entre la révolte et l’attente. L’année 2020 leur a douloureusement rappelé et même martelé la phrase si juste du prix Nobel d’économie Friedrich von Hayek sur les dirigeants qui « obtiennent l’adhésion des gens dociles et crédules qui n’ont pas de convictions personnelles bien définies et acceptent tout système de valeurs à condition qu’on leur répète des slogans appropriés assez fort et avec suffisamment d’insistance ». Ils procrastinent en rongeant leur frein. Ils ne voient pas que leur regrettable impéritie vient d’abord du fait qu’ils limitent tous intellectuellement l’énergie à une donnée physique qui existerait indépendamment de l’homme, ce qui exclut l’intelligence et même la force physique humaine, pourtant toutes deux indispensables à l’utilisation des autres énergies. Ils sont intellectuellement coincés entre l’observation millénaire de la réalité omniprésente de l’esclavage et leur enfermement dans la croyance scientiste que l’énergie ne se chiffre qu’en joules. Sénèque, Einstein ou Aristote, combien de joules ? En déconnectant l’énergie de l’énergie humaine, ils déconnectent l’énergie monétaire de l’énergie humaine et vont même jusqu’à nier l’existence de cette énergie monétaire pourtant en pleine action. En jouissant de cette énergie tout en la niant, ils se font les complices involontaires des mondialistes transhumanistes qui n’existent que par l’énergie monétaire puisée dans la réintroduction des esclavages sous toutes ses formes, ce que tout le monde constate sans toujours le comprendre et en ne l’approuvant jamais.

Je fais le vœu unique que 2021 nous fasse réaliser que l’enfer ce n’est pas les autres mais que l’enfer c’est de ne pas aimer, c’est le mondialisme transhumaniste individualiste. Si ce vœu se réalise, chaque civilisation se retrouvera naturellement chez elle, faisant éventuellement un troc respectueux avec les autres civilisations. Elle limitera son énergie monétaire à la somme des énergies qu’elle stimule, qu’elle constate et qu’elle rémunère chez son propre peuple. La tour de Babel sera détruite comme toutes les sagesses nous y incitent et comme les mondialistes voudraient nous l’interdire, ou pire, nous faire désirer que la tour « transperce le ciel » comme le dit la Bible et qu’elle nous permette d’ « attaquer Dieu sur son terrain » comme le dit le Coran.

5 réflexions au sujet de « Vœu (sans x) 2021 »

  1. Texte remarquable
    Cher Marc, avec mes voeux amicaux et fraternels
    Jean-Louis

    Alphonse de Lamartine (1790-1869)
    Harmonies poétiques et religieuses Livre III Harmonie II (extrait)(Source : Wikimedia) :

    Milly, ou la terre natale

    Pourquoi le prononcer ce nom de la patrie ?
    Dans son brillant exil mon cœur en a frémi ;
    Il résonne de loin dans mon âme attendrie,
    Comme les pas connus ou la voix d’un ami.

    Montagnes que voilait le brouillard de l’automne,
    Vallons que tapissait le givre du matin,
    Saules dont l’émondeur effeuillait la couronne,
    Vieilles tours que le soir dorait dans le lointain,

    Murs noircis par les ans, coteaux, sentier rapide,
    Fontaine où les pasteurs accroupis tour à tour
    Attendaient goutte à goutte une eau rare et limpide,
    Et, leur urne à la main, s’entretenaient du jour,

    Chaumière où du foyer étincelait la flamme,
    Toit que le pèlerin aimait à voir fumer,
    Objets inanimés, avez-vous donc une âme
    Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?

    • C’est tout le problème de notre société. Nous vivons sur une énergie virtuelle, l’énergie monétaire, avec deux directions possibles : limiter volontairement cette énergie à l’énergie humaine intelligemment dépensée, ce qui fait frémir tout le monde, ou laisser les choses se faire naturellement par la montée par mille moyens de tous les esclavages qui donneront avec retard et avec violence son énergie à la monnaie.

  2. Cher Marc, texte remarquable, une fois de plus
    Pour ma part, je crois que la phrase à commenter et à faire commenter est celle-ci, car toute personne douée de bon sens comprendra l’abîme vers lequel nous allons, en déconnectant le travail humain de la « création » de « richesses »
    Cette phrase est:

    « Ils imaginent une vie dans la contradiction fondamentale de ne plus avoir besoin des humains pour produire mais d’en avoir absolument besoin pour consommer et justifier la production. »

    Si nous ne comprenons pas qu’il y a effectivement là une contradiction insurmontable, alors nous méritons effectivement notre esclavage, qui ne pourra que s’accentuer.

Répondre à gautron Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *