Le combat à outrance entre bon sens et intelligence ne fait que commencer

Il y a une quasi-unanimité à savoir que la corne d’abondance n’existe pas et il n’y a pas vraiment de discussion à ce sujet. Mais il n’y a pas non plus de vraie discussion sur la quasi-évidence que nous créons des richesses. Dire ou écrire que nous n’en créons pas relève bien souvent du blasphème tellement la création de richesse est devenue un dogme qu’il n’est pas bon de remettre en cause. La nouvelle religion des fausses espérances a créé son inquisition pour dissimuler sa fragilité. Les vaches  produisent des bouses, des veaux, du lait, de l’urine et du méthane. Les bœufs produisent de la viande, de la traction et même à en croire la tradition populaire, de la chaleur dans les crèches de Noël. Les taureaux, quand ils n’ensemencent pas, sont surveillés pour ne pas produire de dommages. Les bovidés produisent donc des biens et des déchets, des services et des dommages. Qu’est-ce qui différencie toutes ces productions ? N’est-ce pas uniquement l’intérêt que l’homme y trouve, le regard porté sur chacune de ces productions ?

Et comment s’exprime l’intérêt ou le désintérêt pour quelque chose si ce n’est par l’énergie que nous sommes capables de déployer pour acquérir ce à quoi notre regard a donné à tort ou à raison un prix, une valeur ?

La monnaie a rendu simultanés le donner, le recevoir, le prendre et le rendre, l’énergie musculaire qui, dans une famille ou une tribu, s’harmonisent sans aucune simultanéité par l’énergie cérébrale. Cette simultanéité fait que c’est l’abandon d’argent qui distingue une richesse d’un déchet et un service d’un dommage. Personne n’achète un déchet sauf s’il y voit une richesse, personne n’achète un dommage sauf s’il y voit un service. Il n’y a donc pas de création directe par l’homme de richesse mais une création de production qui sera éventuellement reconnue comme richesse par son échange avec une richesse préalablement reconnue comme l’or ou l’argent. C’est l’échange qui constate une richesse, la création se limite à une production qui peut être un déchet. Même l’enfant que l’homme crée quand il s’accouple normalement, n’est richesse que s’il est échangé avec une énergie accueillante d’amour. Sans cet échange, il n’est que déchet qu’officialise l’avortement et que nous tentons d’équilibrer par la survalorisation un peu grotesque de celui qui est passé au travers des mailles du filet.

Nous avons glissé de la réalité d’une richesse constatée par son échange avec une autre richesse préexistante comme l’or, l’argent, la monnaie ou l’amour, vers le rêve dogmatique, impératif et bien sûr totalement  irréaliste, d’une richesse directement créée par l’homme comme s’il était un dieu (voir si souhaité le développement sur ce sujet ici).

Pour réussir ce tour d’illusionniste, nous avons fabriqué un rêve totalement utopique et avons construit en même temps un verbiage assez sophistiqué et abscons pour faire croire que ce rêve était réalité. Le verbiage consiste en un chiffrage qui rend tout crédible (cela existe puisque c’est chiffrable !) et en un nom, le PIB, qui additionne les échanges passés en les présentant astucieusement et mensongèrement comme une nouvelle création de richesse évidemment mal répartie puisqu’elle n’existe pas. Comme très peu de gens prennent la peine de s’en rendre compte et que l’immense majorité se contente de dire qu’elle ne comprend rien à l’économie ou pire, qu’elle croit comprendre, on peut mettre en place le rêve d’un renversement du temps. Jouissons aujourd’hui de richesses que nous créerons demain puisqu’on nous dit à la fois que nous les avons créées hier par le PIB et que nous les créerons demain par un nouveau PIB qui remboursera nos emprunts.

La réalité est bien sûr que toute cette montée de jouissance sans travail, sans dépense volontaire d’énergie humaine, est alimentée par la dépense forcée d’énergie humaine que sont tous les esclavages qui augmentent de partout, esclavage dans le temps qu’est la dette, esclavage dans l’espace qu’est le mondialisme, esclavages ici et maintenant que sont la paupérisation des classes moyennes, le chômage et l’immigration. Bien sûr l’intelligence, caricaturée par le couple Taubira Chirac que tout semble opposer mais que tout rassemble, va stigmatiser officiellement l’esclavage tout en le laissant ressusciter pour complaire à l’idéologie.

Partout sur la Terre, les dirigeants le savent, savent que ce n’est pas durable et croient constater que les peuples ne sont pas conscients de l’inéluctabilité d’une révolution profonde. Ils préparent cette révolution profonde qu’ils appellent « great reset », programme du Davos de janvier 2021 préparé par le FMI, l’ONU, l’UE, la banque mondiale, l’OMS et par tout ce qui se croit supérieur aux nations et qui regroupe un nombre incroyable de personnages auto-satisfaits. On ne peut comprendre l’hystérie actuelle autour de la Covid 19 sans prendre conscience des préparatifs du « great reset ». Il faut prendre le pouls de la capacité des peuples à baisser la tête. Ce prétendu grand renouveau est unique puisque ses auteurs sont tous mondialistes, il est fondé sur l’intelligence et va s’opposer frontalement et violemment aux révolutions profondes, en effet totalement nécessaires mais multiples, fondées individuellement et parallèlement sur le bon sens de chaque peuple.

La difficulté vient du retard que prennent les peuples, retard qui ne sera rattrapé que lors des effets insupportables de ce que l’intelligence du « great reset » nous prépare. C’est dès maintenant que les esprits libres doivent préparer, pour chez eux, fondée sur le bon sens, l’inéluctable révolution dont leur peuple sera demandeur quand il aura commencé à endurer les conséquences du « great reset ».

La difficulté dans la difficulté est que, dans ce monde totalement perdu, les esprits libres sont rares, perdent facilement leur humilité, laissent se développer leur ego et s’affrontent entre eux en pensant tous avoir tout compris tous seuls, au lieu de se compléter et d’additionner leurs talents. Chacun développe sa propre petite idéologie dans le désert idéologique contemporain puisque la seule idéologie restante, le capitalisme, reconnait en privé qu’il est dans un cul-de-sac que seul un esclavage croissant fait survivre provisoirement et péniblement.

Ces nouvelles idéologies à la petite semaine font comme les médias, elles braquent leurs projecteurs sur le point qui leur parait clé, ce qui le survalorise et néglige d’autres points qui peuvent en être la cause. On survalorise le réchauffement climatique, la crise sanitaire, l’insécurité, la multiplicité des obligations et des interdictions et même la City de Londres. Mais on néglige le problème de l’argent, énergie actuellement sans source, on néglige la source elle-même de l’énergie que les peuples ont toujours appelée Dieu, on néglige la recherche de la taille du groupe la plus adaptée à l’harmonisation de l’individuel et du collectif, problème essentiel que chaque civilisation doit résoudre chez elle à sa manière. Nous devons réapprendre à affronter la cause des problèmes en ne nous contentant plus d’en fustiger les conséquences ou de vouloir tout régler partout à notre manière au mépris condescendant des autres civilisations.

L’intelligence a le pouvoir et la violence légale. Elle va continuer à faire des ravages par déconnection des réalités. Véran n’en est qu’un exemple caricatural. Le bon sens doit limiter son terrain, toujours chercher chez l’autre ce qui lui manque et s’enrichir du bon sens de son propre peuple tellement méprisé par l’intelligence au pouvoir. Le combat sera à outrance et la fin du capitalisme fera malheureusement beaucoup plus de victimes que les idéologies précédentes n’en ont faites avant de mourir car rien n’est prêt pour le remplacer.

4 réflexions au sujet de « Le combat à outrance entre bon sens et intelligence ne fait que commencer »

  1. Ce texte où les mots sont employés dans leur sens précis et exact pose le diagnostic du mal que nous vivons et souligne la difficulté à s’unir que les esprits libres éprouvent afin de le soigner à défaut de nous en guérir.

  2. La fin du capitalisme ne fait peur qu’à ceux qui n’arrivent pas à se libérer du connu.
    Est-ce qu’un arbre pique une colère, s’effondre en larmes, déprime au moment où il va perdre son feuillage? Non. Pas plus qu’au printemps, il n’est heureux de retrouver ses bourgeons…
    Je veux signifier, par cette allégorie, que l’être humain vit des sentiments intérieurs qui s’expriment à l’extérieur sous la forme de comportements nommés aussi émotions. Vivre ses sentiments tels qu’ils arrivent, c’est-à-dire, pleurer quand ça doit pleurer, rire quand ça doit rire, sans se poser de questions sur la légitimité de l’émotion devrait en libérer plus d’un du désamour qu’il a pour lui-même.
    Aimer ce que l’on a et nous obtenons ce que l’on aime. En détestant ce que l’on a, nous obtenons aussi ce que l’on déteste.
    Ainsi est la dure réalité de la vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *