La droite et la gauche

Sous De Gaulle personne ne se disait de droite. On était dans la majorité présidentielle ou dans l’opposition.

C’est quand Mitterrand est arrivé au pouvoir et que le « peuple de gauche » a fait rentrer Jean Moulin au Panthéon avec la voix chevrotante d’André Malraux, que l’opposition à la gauche s’est retrouvée de droite. Depuis la classe politique se complait dans cette césure artificielle qui génère suffisamment de mépris pour motiver les militants si nécessaires à sa survie.

Nous étions tous internes à HEC à la fin des années 60 et les réunions politiques allaient bon train le soir avec Pierre Rosanvallon ou Pascal Lamy. J’étais souvent d’accord avec ce qui était dit mais je découvrais que suivant les soirs j’étais de droite ou de gauche. Voulant me situer j’appris que la droite privilégiait l’ordre et la gauche la justice. Mais n’ayant jamais vu de vraie justice sans ordre ou de véritable ordre sans justice, je n’étais pas plus avancé. J’ai passé la plus grande partie de ma vie à me dire que la droite et la gauche étaient deux parties de moi-même qui se dissociaient en deux simplismes lorsque j’étais fatigué.

A la réflexion il y a deux choses importantes dans la vie : le mouvement et l’harmonie avec deux erreurs à éviter. Il faut se méfier de l’harmonie sans le mouvement, de la mort, de ce que ceux qui se disent de gauche appellent la droite ou la réaction. Il faut aussi éviter le mouvement sans l’harmonie, l’agitation, la turbulence ou la tourmente, ce que ceux qui se disent de droite appellent la gauche ou le bordel.

Si la droite c’est la peur et la gauche l’insouciance, la droite est aussi la raison et la gauche l’imagination. C’est les opposer  qui est d’une stupidité rare alors que les additionner est une vraie difficulté intelligente. La raison qui dépasse la peur et l’imagination qui se méfie de son insouciance sont à la base de toutes les avancées humaines

Malheureusement la classe politique a un besoin vital de cette apparence de conflit comme entre les Armagnacs et les Bourguignons, les Tories et les Whigs ou les Républicains et les Démocrates. Que la chose publique, les Républicains, puisse s’opposer à la volonté du peuple, les Démocrates, prêterait à sourire si ce n’était un habillage vicieux du combat à mort entre l’argent des uns contre l’argent des autres. Depuis que les uns comme les autres font légalement de la fausse monnaie, ce combat devient omniprésent et balaie toute forme de vérité.

Un jour où il ne savait pas quoi dire, Winston Churchill a dit aux Communes à la fin de la dernière guerre mondiale : « La démocratie est le pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres ». Cette phrase imbécile a fait flores car elle permet de justifier un système sans avoir à défendre l’idée que l’avis majoritaire de la foule définit l’intelligence. Il me semblait que cette idée donnait les lynchages et les pogroms. Je dois reconnaitre que cela donne aussi le pire des systèmes, bien évidemment à l’exclusion de tous les autres pour ne pas les étudier. Est-ce scandaleux de faire un lien entre le lynchage, les pogroms et le suffrage universel ? Les médias me jureront que oui mais de quel bord sont-ils ? Et leur majorité définit-elle l’intelligence depuis que l’énarque Mathieu Pigasse possède Le Monde, Le Nouvel Observateur, les Inrokuptibles, Rue 89 et quelques autres. Mathieu Pigasse a appris a bien parler et comme le lui a dit Michel Onffray : « Vous pourriez vendre des réfrigérateurs au pôle Nord ». Est-ce parce qu’il parle bien qu’il pense bien et qu’il agit bien ? La question est posée. Mes lecteurs connaissent ma réponse.

On m’a traité de communiste ou de fasciste chaque fois que je dérangeais. Plus exactement quand on ne me traitait pas de marxiste on me traitait de fâchiste  puisque c’est la prononciation à la mode par importation italienne. Moi j’en reste aux faisceaux et à la lascivité. Je scie le bois. Liberté est donnée à ceux qui veulent le débiter autrement !

Une réflexion au sujet de « La droite et la gauche »

  1. bonjour monsieur dugois;
    ni de droite ni de gauche.
    Plus je fume plus je crois;
    le Dieu qui m’a crée doit fumer comme moi
    un jour un jour c’est sur reviendra le jour pur
    l’immense jour d’avant le temps.
    le couple moribond se lèvera d’un bond armé d’amour jusqu’aux dents;
    regardes moi princesse, je suis ta parure, tu es mon joyau.
    demain devient une chose amère qui ne nous appartient pas.
    Il n’y a pas de démocratie; ça n’existe pas.
    La démocratie a l’occidental c’est de la daube.
    Tout ça c’est médiocre; et tout le monde devient médiocre.
    ça fait rien. Adieu!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *