Contre la planète sauvons la Terre

La planète est partout. Il faut parait-il la sauver de l’inconscience des hommes et de la veulerie de leurs dirigeants. Personne ne sait comment faire mais la jeunesse occidentale sait que les adultes devraient voir ce sauvetage comme leur premier problème et elle donne la direction à suivre : baisser drastiquement l’émission de CO2, le GIEC, Jean-Marc Jancovici et les accords de Paris l’ont dit. Le Secrétaire général de l’ONU a même dit à la COP 25 de Madrid : « Le point de non-retour n’est plus loin à l’horizon. Nous devons mettre fin à la guerre à la planète ».

Une première question s’impose. Pourquoi notre planète qui s’appelle la Terre, a-t-elle perdu son nom dans les médias pour devenir contre tout bon sens l’unique planète de l’univers ? Une  réponse est que nous nous trouvons une fois de plus devant l’éternel combat des idéologies et du bon sens. Toutes les idéologies s’affirment comme la vérité absolue et ne supportent pas le doute qui, lui, habite le bon sens. Toutes les idéologies utilisent pour s’imposer la fragilité et la fougue de  la jeunesse comme la partie la plus moutonnière des adultes. La jeunesse hitlérienne et les pionniers soviétiques dénonçaient déjà leurs parents récalcitrants. Dans les fausses démocraties inventées au XXe siècle, les pouvoirs ont besoin de la foule pour survivre et plus du tout du peuple et de son bon sens. Les Politiques ont besoin d’électeurs et les médias d’auditeurs, de lecteurs et de spectateurs. Les médias ne vivent que de la publicité et des subventions octroyées par les Politiques. Leurs audiences de la veille est leur premier souci du matin. Elles sont calculées, on ne sait vraiment comment, sous le contrôle des Politiques et sont la base de leurs recettes publicitaires. Les Politiques ne vivent que de l’image attirante ou repoussante que les médias diffusent d’eux. Le dernier sondage est leur premier souci du matin. On ne sait vraiment comment il est fabriqué, mais il est largement diffusé par les médias. Le peuple tient le rôle de Pinocchio mais il est difficile de dire entre les Politiques et les médias, qui jouent le Chat et qui jouent le Renard. Ce qui est sûr c’est qu’à eux deux, comme dans le conte de Collodi, ils tentent de transformer le pays en Pays des jouets (Paese dei Balocchi) et le peuple en baudets.

Essayons de nous extraire de l’idéologie, de revenir à la Terre et d’analyser le problème avec bon sens sans nous précipiter sur la solution que le bon sens, contrairement à l’idéologie, ne trouve que lentement.

Tout d’abord qu’en est-il vraiment du « réchauffement climatique » puisqu’il est martelé d’appeler ainsi l’évolution du climat ? Personne ne conteste que depuis quelques années les glaciers fondent et les calottes polaires diminuent. La calotte glaciaire de l’Antarctique s’analyse différemment car, contrairement à celle de l’Arctique qui n’est composée quasiment que d’eau salée gelée, elle est principalement composée d’eau douce gelée venant des chutes de neiges sur le pôle sud qui est un continent. Mais deux remarques s’imposent.

La première est que depuis Gutenberg, depuis que nous avons des documents nous parlant du climat, les périodes de réchauffement et de refroidissement ont été nombreuses sans qu’il n’y ait de lien avec l’émission de CO2, ce qui entraîne la deuxième remarque.

Le lien entre le réchauffement climatique et l’émission de CO2 vient du cumul de deux choses :

D’une part l’observation indiscutable que les activités humaines et animales produisent dorénavant plus de CO2 que les activités végétale et océane n’en absorbent.

D’autre part une théorie que le CO2 serait un « gaz à effet de serre » et que ce serait lui, avec le méthane du pet des vaches, qui ferait fondre les glaciers. Et c’est là où se situe la vraie difficulté que le bon sens est forcé de relever car sur ce point on affirme beaucoup plus que l’on n’explique. C’est le maillon faible de la chaîne et comme toujours la chaîne n’a de solidité que celle de son maillon le plus faible. Chacun observe que c’est l’atmosphère qui protège la Terre du vide glacial sidéral. L’atmosphère joue le rôle de la vitre dans une serre. Elle est composée grosso modo de 80% d’azote, de 20% d’oxygène et de traces d’autres gaz, 0,93% d’argon, 0,25% de vapeur d’eau, 0,04% de CO2… Les nuages qui gardent la chaleur de la Terre, ou qui ne la retiennent plus quand ils ne sont plus là, ne sont pas un gaz mais des gouttelettes d’eau en suspension dans l’atmosphère. Il est surprenant de lire qu’on les additionne aux traces de vapeur d’eau pour affirmer mensongèrement qu’ils forment 72% des « gaz à effet de serre ». Ils sont en tous cas les protecteurs de la chaleur terrestre et il est vrai par ailleurs que la quantité de CO2 est passée de 280 ppmv (parties par million en volume) en 1750 à 381 ppmv en 2006. Cela fait certes passer le pourcentage de CO2 dans l’atmosphère de 0,04% à 0,05%, mais qui explique le lien avec le climat qui est proféré partout ?

Un changement climatique peut venir de trois sources :

  • La distance irrégulière de la Terre au soleil et l’inclinaison variable de son axe très bien décrits par les paramètres de Milutin Milankovic,
  • L’activité solaire que nous commençons juste à décrire faute de la comprendre,
  • L’activité des créatures terrestres, qu’elles soient végétales, animales et humaines.

Il s’observe par le déplacement des dépressions et des anticyclones, déplacement dont on ne voit pas clairement le lien avec la quantité de CO2 dans l’atmosphère. On ne voit d’ailleurs clairement pas grand-chose sur le déplacement des dépressions et des anticyclones que l’on constate sans jamais l’expliquer.

L’idéologie, irréfutable sous peine de négationnisme, que la Terre va mourir parce que dans son atmosphère le CO2 passe de 0,04% à 0,05% ne serait-elle pas un dérivatif commode que le capitalisme utiliserait pour cacher le vrai problème autrement plus sérieux ? Pour survivre encore un moment, le capitalisme n’aurait-il pas besoin à la fois de piller les matières premières de la Terre et de ne former qu’une seule civilisation mondiale consumériste, apparemment multiculturelle et en réalité anglo-saxonne ? Entendre à Madrid à la COP 25 qu’il faut « inciter les gouvernements à agir contre le changement climatique » montre bien la force du chant du cygne du capitalisme. Le peuple français doit-il en être dupe ?

Ne faut-il pas mettre fin à la guerre à la Terre en reconnaissant ses civilisations diverses et en tentant chacun chez soi de redonner de la cohérence à sa propre civilisation ?

18 réflexions au sujet de « Contre la planète sauvons la Terre »

  1. Merci Monsieur Dugois pour cette démonstration lumineuse. N’êtes-vous pas là porteur du vrai flambeau de l’Écosophie qu’il serait grand temps de restaurer ?
    Cordialement

  2. Merci Marc
    Tu es le bon sens même… que le bon peuple anesthésié que nous sommes à l’encontre de notre bon vouloir, ne veut pas reconnaître; et pour cause:
    1/ la ou les religions
    2/ la déviation des neurones de nos dirigeants aveugles préférant le mensonge politiquement correct au bon sens « paysan » qui est notre ADN de base
    3/ le conflit d’intérêt rayonnant chez les hauts fonctionnaires les empêchant, par exemple, de casser les inégalités et injustices des retraites dont ils sont, à la base, les gestionnaires attitrés par la constitution….
    4/ etc …
    Chercher l’erreur

  3. Je n’ai pas les connaissances scientifiques de Monsieur Dugois et je suis d’accord totalement avec lui, car, en tant que militaire libanais à la retraite, de 81 ans, je pensais surtout à ce qui nous arrive au Moyen-Orient et je me disais que:
    Si les voitures faisaient autant de CO2, qui ferait tellement mal a la planète, pardon, à la Terre, que feraient les guerres, les chars, les bombes, les incendies conséquents qui détruisent nos humains, nos animaux nos forêts et tout ce que nous avons construit depuis des siècles ? Pourquoi personne ne s’en plaint en Occident ? Au contraire, tout le monde s’y intéresse avec appétit, tandis que les politiciens et les financiers… !!!!

  4. « une théorie que le CO2 serait un « gaz à effet de serre » et que ce serait lui, avec le méthane du pet des vaches, qui ferait fondre les glaciers »

    Sachez que ce ne sont pas les « pets » qui produisent le méthane, mais les rots, mais bon, vous ne faites que rapporter des bruits… d’autre part, le méthane est environ 22 fois plus important que le CO2 pour l’effet de serre, c’est quand plus qu’un pet de lapin.

    « il est vrai par ailleurs que la quantité de CO2 est passée de 280 ppmv (parties par million en volume) en 1750 à 381 ppmv en 2006. Cela fait certes passer le pourcentage de CO2 dans l’atmosphère de 0,04% à 0,05%, mais qui explique le lien avec le climat qui est proféré partout ? »

    Vous vous fiez à une statistique qui s’arrête en 2006. Mais le fait est qu’on est maintenant en 2019 et même bientôt en 2020, et ce taux était de 403,3 en 2016. Et votre estimation de l’augmentation en la comparant au volume total de l’atmosphère est volontairement pernicieuse et biaisée. D’accord, passer de 0,04% à 0,05 % ça a l’air ridicule. Mais LA VÉRITÉ c’est qu’on est passé de 280 à 403, ce qui représente non pas 0,01% de plus mais plus de 30% de plus !
    Et en tentant de minimiser l’importance du CO2 et de l’effet de serre, vous passez sous silence que c’est se même effet de serre qui maintient la température moyenne de la terre à ±15°, soit 35° de plus que ce qu’elle devrait être sans effet de serre. Autrement, notre planète ne serait qu’une énorme boule de glace ! Autrement dit c’est grâce à ce ridicule 0,04 % de CO2 qu’on peut vivre sur terre, alors ne le ridiculisons pas s’il vous plaît, merci. Si ce ridicule 0,04% nous permet de vivre à +15° au lieu de -20° il n’est pas si ridicule que ça.

    « La distance irrégulière de la Terre au soleil et l’inclinaison variable de son axe très bien décrits par les paramètres de Milutin Milankovic,… »

    Mais oui, ça explique entre autre l’alternance entre les périodes glaciaires et inter-glaciaires. Mais en regardant de plus près, on s’aperçoit que il y a 20.000 ans, au maximum glaciaire, la température moyenne était de 5°c de moins qu’aujourd’hui. Ça ça veut dire que la terre s’est réchauffée en moyenne de 0,025° par siècle. Or, entre 1920 et 2020, le réchauffement a été de 1°. C’est 40 FOIS PLUS RAPIDE ! On est sur une toute autre échelle, c’est de ÇA dont on parle quand on parle de réchauffement climatique. Milankovic n’aurait rien à répondre à ça.

    « L’activité solaire que nous commençons juste à décrire faute de la comprendre, »

    Il semble que ce soit surtout les climato-sceptiques qui aient du mal à comprendre. Cette affirmation est fondée sur d’anciennes statistiques prises sur un intervalle de temps trop court et dont les conclusions se sont avérées complètement fausseS depuis longtemps.
    En fait, l’irradiance ne présenterait des variations que de l’ordre de 0,1% lors de ce variation de l’activité solaire, un pourcentage que vous qualifieriez vous-même de ridicule.
    Vous devriez lire plus et écrire moins 😉

    • Je m’attendais à votre commentaire dévastateur puisque je parle du climat qui est votre dada.
      Vous affirmez que ce que j’écris est volontairement pernicieux et biaisé. C’est votre droit mais je reçois cette phrase comme erronée.

      Permettez-moi de remarquer que votre diatribe n’est qu’un savant patchwork de constats et d’affirmations, ce qui est une des définitions de toute idéologie. J’y cherche vainement l’ombre d’un raisonnement et je regrette que vous ayez perdu en chemin la notion du doute qui m’habite personnellement. Remarquez le nombre de points d’interrogation dans mon texte.

      Ce qui serait utile ce serait de démontrer l’importance du CO2 et de l’effet de serre et de ne pas simplement l’affirmer. Je cherche sans aucun succès cette démonstration.

      • Comme tout le monde, je m’inquiète pour le climat, mais ce n’est pas mon « dada ». Mon dada, comme vous dites, c’est de dénoncer la désinformation, les théories du complot, les paranoïa stupides, véhiculées par des esprits malsains qui pensent s’élever d’un cran en faisant croire toutes sortes de niaiseries fausses à une poignée d’adeptes naïfs.
        Je ne cherche rien à « démontrer », je ne fais qu’apporter des preuves du contraire de ce que vous inventez.
        Je ne suis pas spécialiste du climat, mais je fais confiance à ceux qui le sont. Je n’affirme rien, je rapporte ce que ceux qui ont sérieusement étudié la question sur un plan scientifique en concluent.
        Vous parlez de « doute », mais vous n’énoncez aucun doute, vous niez c’est tout. Tous les arguments que vous apportez sont faux ou détournés de leur contexte et ont été démentis depuis longtemps par les nombreux vrais spécialistes.

    • Les scientifiques nous ont prouvé qu’autour de l’an 1000 nous avions 2 degrés de plus qu’aujourd’hui ,au Groenland ,les archéologues ont découvert des squelettes de vaches et de moutons ainsi que des charrues .
      Cette température plus élevée qu’actuellement était-elle due à :
      * une teneur plus élevée en gaz carbonique ?
      * a un nombre de ruminants plus grand ?
      * a une activité humaine et économique de plus grande ampleur ?
      * autre ?

  5. Bonjour à tous
    Que le co2 soit un gaz à effet de serre est prouvé depuis longtemps.
    Mais si on regarde bien les expériences qui ont été faites, c’est tout ce qui est prouvé. Et dans des tubes à essai, très loin de la réalité de l’atmosphère. On oublie aussi de dire que les serres sont DANS l’atmosphère alors que la terre est DANS le vide sidéral, et ce ne sont pas les mêmes conditions.

    Rien ne prouve que la minuscule proportion de co2 dans l’air soit responsable de la montée des températures, et encore moins des changements climatiques.

    http://energie-developpement.blogspot.com/2017/08/Eunice-Foote-experience-effet-de-serre.html

    https://www.objectifliberte.fr/2009/07/rechauffement-climatique-co2-non-responsable.html

    • « Rien ne prouve que la minuscule proportion de co2 dans l’air soit responsable de la montée des températures, et encore moins des changements climatiques. »
      Pourtant, cette « minuscule quantité » est responsable de la température de +15° au lieu de -20° qui nous permet de vivre confortablement sur notre planète.
      « L’effet de serre est un phénomène naturel : une partie du rayonnement infrarouge émis par la Terre vers l’atmosphère terrestre reste piégée par les gaz dits « à effet de serre », augmentant ainsi la température de la basse atmosphère (troposphère). Ces gaz sont essentiellement de la vapeur d’eau et du dioxyde de carbone. Environ un tiers de ce dernier a été produit par l’homme165. Sans cet effet, la température de surface de la Terre serait en moyenne inférieure de 33 °C c’est-à-dire −19 °C »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_climatique

      • Le CO2 est certes un gaz à effet de serre ,mais il y en a d’autres et le plus important en fait c’est la vapeur d’eau
        CO2 = 0,04 %
        VAPEUR D’eau = 2 à 7 %
        Lequel de ces deux éléments est-il le plus susceptible d’agir pour nous procurer un confort de + 15° sur cette planète ???

  6. Plutôt que de poursuivre votre campagne contre des moulins à vent, vous feriez mieux de visiter ce site : https://secure.avaaz.org/page/fr/ et en particulier cette pétition pour la vrai lutte : https://secure.avaaz.org/campaign/fr/peoples_green_new_deal_loc/
    À mon avis, je suis bien d’accord avec eux que la solution n’est pas dans « nos petits gestes individuels au quotidien … » ça c’est complètement ridicule. Il faut combattre le mal par le mal, c’est à dire le commerce irresponsable par le commerce responsable. Donc opposer à l’industrie des énergies fossiles et polluantes une industrie verte de plus en plus forte.
    Je note également qu’un des objectifs de cet organisme est la « Lutte contre la désinformation » 😉

    En tous cas, MOI j’ai signé, le ferez vous ?

    • Non je ne le ferai pas car une ONG née avec l’argent de Georges Soros me rend immédiatement méfiant, surtout quand elle semble défendre de bonnes causes comme la lutte apparente contre la mondialisation que défend Soros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *