Concrètement mais autrement

Le but d’un blog est de faire circuler des idées. Il m’a été proposé mon article « Concrètement… » réécrit avec un autre style. Je le mets sur le blog en espérant des commentaires sur l’une ou l’autre forme, sur l’une et l’autre forme. Le voici :

Lors de l’interview d’un politique ou d’un économiste, tout bon journaliste aura cette phrase magique : « concrètement dîtes-moi » , « Concrètement qu’est-ce que ça veut dire ? »

Les média veulent du buzz, les hommes politiques veulent être reconnus et soi-disant de l’efficacité.

Ils se retrouvent et se contentent de l’apparence en ne se jaugeant qu’à l’aune de l’audimat pour les uns, des sondages pour les autres. Tout est dans la réaction immédiate. Il faut plaire donc mentir.

Dans mes précédents écrits j’ai utilisé l’image de l’arbre malade à partir de ses racines, son tronc est gâté de l’intérieur, ses branches sont malsaines, mais des « prestidigitateurs » s’activent avec des pulvérisateurs de vert et de brillant pour faire croire que les feuilles sont vertes, brillantes, donc l’arbre est en bonne santé.

Revenons à cette image et superposons-la à notre société. A mon avis elle est aussi malade de trois racines.

La première racine malade est la notion de richesse, qui est ce que les citoyens jugent beau et bon. Mais confondre production et richesse, concrètement est-ce que toute production est forcement belle et bonne ?

La seconde racine malade est la monnaie qui n’est que l’étalon reconnu de la richesse par l’ensemble. Alors concrètement est-ce qu’elle est belle et bonne ?

La troisième racine malade est la confusion problème/solution. Les normes sont-elles un problème ou une solution ? L’immigration est-elle un problème ou une solution ? La mécanisation est-elle un problème ou une solution ? Alors concrètement, la dette est-elle un problème ou une solution ?

Ces trois racines malades pourrissent le tronc gâté. On remplace le travail par la machine ou par la dette et on fait croire aux populations que le système est possible.

Les populations de l’ensemble de la terre regardent avec envie ce « pays de Cocagne » où il n’est pas nécessaire de travailler pour manger, se loger, être soigné.

Personne ne se pose la question : qui paye ?

Les machines et la dette cachent la vérité et montent vers des sommets toujours dépassés

Et les branches me direz-vous ?

La branche économique est la plus touchée par le venin. Les entreprises fabriquent avec des machines et de la dette, on dépense de l’argent en publicité et commerciaux et on fait croire que la production est belle et bonne.

La population est de moins en moins utile à la fabrication des richesses, mais on a besoin d’elle pour consommer, alors on se sert de la dette pour que les productions soient reconnues comme richesse.

Concrètement , on donne des week-ends des vacances, des RTT, des 35 heures que les machines, ni la dette ne réclament.

Mais les banques qui ont prêté de l’argent qu’elles n’avaient pas veulent le récupérer, or personne ne peut rembourser puisque les Etats, les entreprises, les ménages sont SURENDETTES.

Alors concrètement les richesses futures se heurtent à la réalité de la montée du chacun pour soi.

Quant à la branche éducation elle n’est pas mieux lotie puisque le travail sera fait par les machines et la dette, concrètement le seul travail admis est celui de la mémoire (et la grande tarte à la crème) qu’est la numérisation dont on ne perçoit pas encore si elle sera créatrice ou destructrice d’emplois.

La connaissance et la mémoire donnent de merveilleux diplômés inaptes à être utiles.

Ne serait-il pas plus utile de laisser le matin à l’éducation nationale et l’après-midi à une formation de la vie encadrée.

Je ne parle pas aujourd’hui de la branche politique où bon nombre de politiques, fonctionnaires, n’ont jamais été confrontés à la vie et ne pensent qu’à l’affect du peuple plutôt que de tout simplifier.

Concrètement, quand commencerons-nous à soigner les racines du mal ? 

2 réflexions au sujet de « Concrètement mais autrement »

  1. Cher Maître,
    Je vous prie d’accepter cet honorable « qualificatif », non pas en référence à votre passé professionnel mais à celle de vos écrits qui sont tellement en résonance avec mes « ressentis »; par ailleurs cela me renvoie au temps de mon premier métier (harmoniste) et que je devais dire « Maître » à mon maître d’apprentissage..!
    Autodidacte, je cherchais, depuis que l’on m’a donné le statut de « Sénior, un « Guide » pour creuser ma réflexion « écosophique » et je pense l’avoir trouvé après la lecture de votre « Manuel de la sagesse… »; veuillez accepter mes sincères remerciements. Après mon premier métier, mon « aire de jeu » fut la grande Entreprise industrielle, immense théâtre d’observations des comportements humains..! Ces quelques lignes, pour me présenter..!
    « Jeune lecteur », il m’est difficile de faire un commentaire sur le « concrètement ».
    Tout le monde dit: « La France est malade »…! Devant son patient, le médecin ne doit-il pas commencer par rechercher les causes, pour poser le bon diagnostic?
    Selon moi, les comportements des Individus ont une très grande responsabilité sur l’état du pays. J’aime bien ma formule: « les 3 R » = Respect-Responsabilité-Rigueur, que je glissais dans toutes les actions de formation…! Mais qu’en est-il aujourd’hui??? Si mon interprétation est juste, qui sera capable de rééduquer le cerveau humain??? Remerciements et Salutations. R.J.

    • Je suis évidemment touché d’une telle gentillesse mais vous avez entièrement raison quand vous parlez de vos 3R. Je crois que nous nous retrouverions rapidement quand je parle d’humilité, de courage et de discernement.

      Déjà communiquer ce blog autour de vous peut avoir une vraie utilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *