Affronter les problèmes ou procrastiner ?

Nous sommes à quelques jours d’un choix entre deux illusions, la difficulté étant de choisir la moins mauvaise, celle qui supprimera le moins de chances à notre pays et à notre peuple. Même le pape a dit en revenant d’Egypte qu’il ne comprenait pas la France et qu’il renonçait à avoir un avis sur ce deuxième tour des élections présidentielles françaises.

Les deux candidats promettent par électoralisme la prospérité à leurs électeurs car aucun des deux (aucune et aucun dirait Emmanuel Macron pour qui la culture française n’existe pas) n’est sorti de la gangue intellectuelle dans laquelle nous sommes enfermés et qui doit nous obliger à croire à la création de richesses. Dans les deux camps, assez bien représentés par les deux sites internet Contrepoints et Boulevard Voltaire, il est parait-il inaudible qu’il n’y ait pas de création de richesses et que la croissance ne soit pas la solution.

Ce serait en effet beaucoup plus simple si nous créions chaque année des richesses, si le PIB était réellement la mesure de cette création à nous partager, si les entreprises fabriquaient réellement des richesses, si l’on pouvait dépenser des pourcentages de PIB ou nous les partager ; alors le problème serait simplement d’avoir plus d’entreprises pour embaucher tout le monde, de veiller à une bonne répartition des richesses créées entre capital et travail, et de former en 25 ans des personnes adaptées aux entreprises créatrices de richesses. Les deux candidats sont sur cette ligne et se disputent sur le meilleur moyen de réussir ces trois prouesses. Marine Le Pen veut le faire en concentrant les énergies sur la France façon « America first », Emmanuel Macron veut le faire en construisant une Europe protectrice, mais tous les deux promettent une prospérité aux Français fondée sur la création de richesses sans se rendre compte que l’on ne crée rien de durable sur un mythe. Construire sur trois illusions ne peut mener qu’à une impasse. Chaque candidat explique fort bien l’impasse où l’autre nous entraînera en ignorant superbement, volontairement ou non, son propre cul-de-sac.

Est-il si difficile de comprendre que la vie est échange ? Que l’échange de produits n’est  que la conclusion d’un échange beaucoup plus fondamental et beaucoup plus profond qu’est l’échange de notre propre énergie humaine, physique ou intellectuelle, physique et intellectuelle ? Penser échange de produits en négligeant l’énergie humaine qui les a créés, c’est vouloir utiliser un circuit électrique non alimenté et promouvoir inconsciemment l’énergie des trois esclavages cités dans Analyse d’un scrutin, celui du premier tour.

Un peuple quel qu’il soit est constitué d’individus qui construisent leur vie et leur bonheur en dépensant leur énergie pour le bien de leur groupe. Ils en sont remerciés par l’utilisation du résultat de l’énergie des autres. C’est cette vérité de base qui est malmenée depuis deux siècles par une survalorisation de la science et par des idéologies dont le seul but est de plaire aux inconscients qui voudraient croire le travail périmé, fussent-ils professeurs ou Présidents de la République. Pauvre travail que l’on tient à l’écart de sa propre fête !

La recherche scientifique se nourrit de l’énergie intellectuelle des chercheurs mais aussi de l’énergie sociale qu’est l’argent dont la rareté normale naturelle doit permettre de faire le tri entre ce qui est passe-temps et ce qui est professionnel, entre ce qui est rémunéré en plaisir personnel et ce qui est rémunéré en argent par le groupe. Mais l’oubli que la monnaie n’est qu’un véhicule d’énergie humaine, a fait sauter des digues vraiment protectrices en omettant que la science est rémunérée par le travail des autres membres du groupe. Cet oubli a mis la science au service non plus du groupe mais des trois esclavages qui structurent notre société, la mondialisation, la dette et l’immigration.

Unique rescapé des idéologies du XXe siècle, le capitalisme dont Emmanuel Macron est le héros, fonde son agonie sur notre vanité. Elle veut former des petits génies dont l’humanité entière nous achètera l’intelligence. Ce mépris du reste de l’humanité qui, visant la compétition, engendrera la confrontation, est la base de l’OMC et de l’Union Européenne. Cela débouche évidemment sur une éducation nationale terriblement onéreuse parce que sans buts cohérents, un chômage de masse et une énergie humaine totalement gaspillée sous forme de chômage, de dette ou d’impôt. Pour tenir il faut augmenter les trois esclavages et donc voter Emmanuel Macron. Le seul bémol est le choix de Jean-Louis Borloo comme éventuel Premier Ministre qui n’est évidemment « candidat à rien » mais qui se sent « disponible ». Jean-Louis, s’il prend le temps de s’asseoir et de réfléchir, peut éventuellement réveiller Macron. Ça ne lui fera qu’un professeur de plus !

Marine Le Pen continue, elle aussi, à croire à la création de richesses mais son intuition et une partie de son entourage lui ont fait réaliser le bon sens de l’OIC, l’Office International du Commerce qui devait être créé après la signature de la Charte de La Havane  en mars 1948. Comme à la fin de chaque guerre où la sagesse l’emporte dans les traités de paix, le bon sens avait gagné après l’horreur de la seconde guerre mondiale. Le bon sens avait réuni des unanimités fondées sur la coopération après les terribles confrontations que la compétition et la trop fameuse compétitivité avait induites. Unanimité en France dans le Conseil National de la Résistance, et à l’ONU dans la Charte de La Havane signée par tous les pays qui reconnaissaient que toutes les balances des paiements devaient être équilibrées, ce qui entraînait bien sûr des trocs entre les nations tout en refusant  unanimement le fondement de tous les esclavages : pomper l’énergie des autres pour économiser la sienne. Le blocage par le sénat américain de la ratification de cet accord en dépit des efforts du président Truman, a entraîné la création 47 ans plus tard,  en 1995, à Genève, hors l’ONU, de l’exact contraire de l’OIC, l’OMC où se sont épanouis dans la liberté d’un renard libre dans un poulailler libre, tous les tenants des partis de gouvernements de droite et de gauche qui se retrouvent derrière Macron pour vanter la compétitivité en jugeant la coopération dépassée. L’OMC a inventé une nouvelle forme de colonialisme où des potentats locaux ont remplacé les administrateurs coloniaux. OMC et gouvernants locaux ont en plus l’audace d’affirmer qu’ils réduisent la pauvreté mondiale après avoir défini la richesse comme la capacité à dépenser de l’argent. Un peuple vivant heureux en autarcie doit d’urgence d’après eux être sorti de la misère pour boire du Coca, manger Mc Do et acheter Assimil pour comprendre « fly Emirates ». Ils ne réduisent pas la pauvreté, ils tuent les civilisations qui ne sont pas la leur.

C’est la bataille entre l’esprit de l’OIC, la coopération et celui de l’OMC, la compétition, qui va se jouer dimanche avec tous les puissants qui jouent l’OMC et tous les autres qui ne comprennent pas grand-chose mais qui sentent bien que les puissants sont perdus même s’ils fabriquent des Macron. Pomper l’énergie des autres pour économiser la sienne et ne la dépenser qu’en ski, en jogging ou en voyages est évidemment une perspective agréable que l’on a vendue comme possible alors qu’elle n’est fondée que sur les trois esclavages et qu’elle est immorale et intenable.

Il nous faut retrouver la coopération dans un monde qui ne parle que de concurrence et de compétitivité et qui nous mène à la confrontation. Pour en prendre conscience regardons comment la coopération et non la compétition faisait fonctionner chez nous un village où chacun avait sa place, souvent unique et sans aucune concurrence. Il n’est pas question de revenir en arrière mais de retrouver le bon sens qui constate que les villages produisaient alors que les villes ne font que consommer en produisant du jus de crane de moins en moins demandé mais de plus en plus proposé et de moins en moins cher. Toutes les villes pour survivre votent Macron mais une organisation où certains ne sont pas jugés utiles tels qu’ils sont, est intolérable. Chacun doit être libre de faire les efforts qu’il décide sur lui-même pour être encore plus reconnu par les autres mais le groupe doit reconnaître une place à chacun, quelles que soient ses qualités. Le droit d’avoir un travail est dans le préambule de la Constitution de 1946 repris dans celui de la Constitution actuelle et est violé sans vergogne par tous les Présidents de la République dont le premier rôle est pourtant de veiller au respect de la Constitution (art. 5).

Allons-nous affronter ensemble nos problèmes et nos difficultés avec Marine Le Pen qui est loin d’avoir toute les solutions ou faire tout repousser dans le temps par Emmanuel Macron quitte à rendre les solutions encore plus pénibles pour ceux qui seront encore là au moment de l’explosion ?

Que les vieux votent Macron pour que l’édifice tienne encore debout le temps qu’ils nous quittent tranquillement, cela peut se comprendre, mais les jeunes ? Et ceux qui s’intéressent à l’avenir de leurs enfants ?

Affaire à suivre…

 

6 réflexions au sujet de « Affronter les problèmes ou procrastiner ? »

    • Hélas probablement aucun et ce sont eux qu’il faudra d’abord réveiller mais quand je vois le peu de gens qui s’inscrivent à ce blog, je me demande si le temps est venu. Le temps semble plus propice à la passion qu’à la réflexion et notre premier devoir est de faire prendre conscience que c’est la réflexion et non la passion qui apportera les solutions non violentes.

      • Je vais quand même tenter ma chance, et défendre mes convictions, pour la seconde fois (cf. reveillonsnous.org/autres-informations/ ) sur la 11e circonscription du Val de Marne (Villejuif, Cachan, Arcueil et 1/2 Gentilly), où un certain Georges Marchais a été député, et qui s’est exprimée le 23 avril dernier avec :
        32% pour Mélenchon, 28% pour Macron, 9% pour Hamon, soit 70% à gauche,
        13% pour Fillon, 11% pour Le Pen, 3% pour ND-A, soit 27% à droite,
        et 3% pour les 5 autres candidats !
        Mais comme je serai cette fois-ci sur la 11e du 94 le seul déjà candidat en 2012, alors que tous les autres, quelle que soit l’étiquette, seront en juin prochain des nouveaux totalement inconnus, je suis conseiller municipal sur 50% de cette circonscription, engagé localement depuis 1995 …, et candidat indépendant pour représenter les 9 français sur 10 qui ne se reconnaissent plus dans le clivage gauche-droite et dans un partie existant !
        J’ai une fenêtre ou un boulevard ! On verra bien mais j’y vais !
        Le seul combat que l’on est certain de perdre est celui que l’on ne mène pas.

  1. Merci Marc pour ce magnifique plaidoyer pour le courage et la clairvoyance.
    La mascarade s’arrêtera dimanche soir. L’élu devra payer l’addition de ses mensonges et contre-vérités.
    J’espère comme Jean-François que ce diagnostic sera entendu.
    Il deviendra une évidence si la guerre nous submerge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *