A quoi sert la puissance ?

Le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre et professeur de stratégie à Science-Po et à HEC a dit au Figaro le 24 mai :

Je pense au grand affrontement déjà en cours entre les États-Unis et la Chine, qui s’affirme comme la nouvelle puissance impériale. Dans les années qui viennent, les relations internationales seront basées sur la puissance ; l’Europe doit se doter de ses attributs pour faire rempart à la Chine et faire part égale avec son ancien allié. Elle doit absolument reconstruire sa puissance, condition de son autonomie.

Douze jours avant Nicolas Baverez confiait au même Figaro à propos de l’Union européenne :

L’Union se trouve en porte-à-faux face aux grandes mutations du XXIe siècle. Son marché de 500 millions de consommateurs, ouvert et régulé par le droit de la concurrence, est devenu la variable d’ajustement de la grande confrontation entre les États-Unis et la Chine. Elle se découvre isolée et désarmée face aux ambitions des nouveaux empires qui rivalisent pour dominer le monde. Or loin de montrer son unité et sa force face à ces défis, l’Union affiche sa faiblesse et ses divisions.

Les défenseurs  de l’Union européenne ont comme principal argument que chaque nation prise isolément n’est pas assez forte, trop désarmée, pas assez puissante « face » aux Etats-Unis, à la Russie et à la Chine, et que l’Union doit se montrer forte et puissante. Mais ne nous trompons-nous pas d’époque ?

Aujourd’hui tout a changé et les prétendus nouveaux empires ne cherchent nullement à faire payer les autres en leur prenant leurs richesses par la force. Ils veulent au contraire que les autres leur achètent et consomment ce qu’ils produisent.

L’idée de faire payer les autres est vieille comme le monde et depuis des millénaires les guerres ont été là pour qu’un peuple en fasse payer d’autres. Partout les peuples produisaient, consommaient peu et se nourrissaient ainsi que ceux qui priaient ou combattaient pour eux. Chaque région était auto-suffisante et la possession par la force de nouveaux territoires permettait d’aspirer une partie de la richesse produite en ces lieux soit en pillant, soit en réduisant ses habitants en esclavage soit en leur faisant payer un tribut. La force était alors évidemment nécessaire et il était indispensable d’être puissant pour vaincre ou ne pas être vaincu.

Mais aujourd’hui l’autosuffisance des régions n’existe plus et la puissance consiste à faire consommer sa production après l’avoir vendue en laissant les peuples conquis se débrouiller pour savoir avec quoi payer. On rentre dans un monde de ruse et de puissance intellectuelle et non de puissance physique. On est dans le « faire croire » et les vendeurs comme les acheteurs se contentent d’une régularisation future par la dette que l’on soldera officiellement par la création de richesses par le PIB et réellement sans le dire par l’esclavage de nos enfants. Chacun sait que la création de richesses est un mythe car la richesse n’est qu’un regard et chacun se réjouit que l’esclavage n’existe plus. A part ceux qui n’ont pas envie d’ouvrir les yeux, tout le monde sait bien que nous vivons dans un pays de cocagne imaginaire et provisoire où toute production est réputée richesse car achetable avec de la monnaie sans origine énergétique.

Dans ce monde imbécile qui ne s’en sortira qu’en repartant de l’autosuffisance et d’une monnaie qui redevienne le véhicule du donner-recevoir-rendre, une armée ne sert qu’à se défendre mais qui attaque ? Le système et ses affidés créent bien des terroristes en voulant imposer à toute l’humanité une civilisation malade et une seule notion du beau, du bien et du vrai, ce qui génère naturellement des réactions violentes. Ils cherchent bien à détruire les nations en poussant l’Europe à ne pas faire d’enfants pour la repeupler avec l’Afrique en espérant des guerres civiles. Mais comme le système ne peut pas tenir puisqu’il ne tient que par la fuite en avant, qui attaquera militairement pour faire consommer de force ?

Si la réponse existe, elle devrait en intéresser plus d’un.

3 réflexions au sujet de « A quoi sert la puissance ? »

  1. Belle analyse et bonne question dont la réponse ne pourra pas venir de ceux qui nous y ont engouffré par machiavélisme débridée, par suffisance de domination, par intérêt oligarchique, par une addiction au pouvoir rendant aveugle et moutonnante, etc… seule l’éveil des consciences et l’engagement pour servir l’intérêt général va opérer l’inéluctable mutation salutaire en cours !

  2. Je ne suis pas professeur de stratégie mais je crois en toute simplicité que dans un affrontement asymétrique, le faible (la France par exemple) doit faire preuve d’imagination et d’intelligence plutôt que de tenter d’imiter son adversaire plus puissant . Ceci se justifiant pour toute forme d’affrontement qu’elle soit militaire ou autre.
    A la base cela consiste à trouver le moyen de détourner la force du puissant à son propre profit (n’est-ce pas la base du judo?), d’en chercher le point faible (Ulysse et le Cyclope) et d’avoir la conviction que c’est possible, la foi en soi donc (David et Goliath).
    Quant à l’autonomie, c’est d’abord et essentiellement un état d’esprit et une volonté. « Je le suis, je veux l’être »
    N’est-ce pas d’une certaine façon la leçon que nous donne la Suisse?

    • C’est en effet exactement ce que fait la Suisse qui ne se pique pas d’être puissante mais où l’on semble vivre plutôt mieux qu’ailleurs aujourd’hui.

      Puis-je rajouter que pour être autonome il faut d’abord savoir qui l’on est ? Je constate avec une tristesse teintée de colère que tout est fait pour que nous ne le sachions plus.

Répondre à Claude Gaucherand Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *