Quelle peur, la peur alibi du covid 19 cache-t-elle ?

Cela devient vraiment ridicule. Chaque jour le professeur Salomon vient débiter à l’unité près le nombre de morts en omettant consciencieusement de dire qu’il y a normalement de l’ordre de 50.000 décès par mois en France. Il omet aussi de dire que l’INSEE comptabilise tous les morts depuis 1946 et que le graphique des décès montre à l’évidence que 2020 n’a rien d’exceptionnel. Son travail pour ne rien dire de faux tout en cachant l’essentiel mériterait au professeur Salomon une médaille en chocolat tellement il se donne du mal. Que pèsent les 17.167 décès depuis le début de l’épidémie en France jusqu’au 15 avril face aux 87.861 morts du seul mois de janvier 1949 pour lequel on n’a pas fait tant de chichis.

Le Quotidien du médecin du 17 janvier 2015 précisait qu’au niveau mondial :

Les pandémies grippales les plus dévastatrices furent celles de 1889-1890 (grippe russe) qui fit un million de morts, de 1957-58 (grippe asiatique, 1,5 million de morts) et de Hong-Kong (1968-1969, près d’un million de morts). Mais la plus meurtrière fut incontestablement la grippe espagnole qui fit, entre 1918 et 1920, près de 100 millions de morts selon les projections les plus récentes. Liée à une réaction immunitaire excessive (« orage cytokinique »), les complications de cette grippe étaient particulièrement effrayantes : hémorragie des muqueuses et pétéchiales, saignements auriculaires… La majorité des décès étaient dûs à des surinfections, le plus souvent des pneumonies bactériennes.

Rien de nouveau donc et les simagrées actuelles sont organisées comme d’habitude par le trio Politiques, média et université, qui se regonflent les uns les autres pour occuper tout l’espace en ne se sentant pas seuls à expliquer qu’il suffit d’avoir peur de la mort pour ne plus avoir besoin de donner un sens à sa vie. Savoir se contenter de consommer et de voter est leur credo et la fausse monnaie légale est là pour le rendre crédible. La toile leur résiste grâce à internet mais comme les gouttes d’eau de raison y sont perdues dans un océan d’émotion, ils ne craignent rien de ce côté-là.

En revanche (est-ce par bêtise ou par calcul ?) l’arrêt de l’activité du pays qu’ils ont imposé va forcément faire exploser le système stupide existant depuis la deuxième guerre mondiale, système totalement intenable que le dit trio tente de faire tenir encore un peu avec chaque jour davantage de fausse monnaie légale. Le 24 mars le PDG de Blackrock est devenu l’homme le plus puissant du monde comme l’explique très bien l’article de Réseau International. C’est son échec écrit d’avance qui sonnera le glas du système actuel intenable et incompris qu’il est sans doute utile de réexpliquer une énième fois.

La monnaie a toujours été une richesse préalablement reconnue comme l’or ou l’argent dont l’attrait a généré l’énergie comme le fait un aimant. Les accords de Bretton Woods de 1944 ont lié toutes les monnaies au dollar et le dollar à l’or. La FED a fabriqué frauduleusement cinq fois plus de dollars qu’elle n’avait d’or, ce qui a obligé Nixon à déconnecté unilatéralement en 1971 le dollar de l’or pour stopper l’exportation de l’or américain, rendant toutes les monnaies déconnectées de toute richesse préexistante, donc de toute énergie réelle. L’euro a été créé, pour la première fois dans toute l’histoire de l’humanité, en lien non avec une richesse préexistante mais avec des monnaies déjà déconnectées de tout. Nous vivons sur un trépied incohérent, ravageur mais tellement agréable: la monnaie n’est pas une énergie, on en fabrique autant qu’on veut, elle fait tout le boulot.  La réalité est que l’ensemble du système bancaire fabrique en continu une énergie factice devant pomper d’abord l’énergie de l’épargne des peuples puis leur énergie future en les asservissant. Monsieur Larry Fink, PDG de Blackrock, est en charge depuis le 24 mars de faire tenir ce système impossible et stupide en utilisant notre facilité à nous croire des dieux au pays de Cocagne et notre capacité à n’être que des moutons de Panurge qui ne savent même plus se reproduire.

L’avenir est entre nos mains et entre celles de nos enfants, sûrement pas dans celles des Politiques, des média et des professeurs qui ont tous besoin pour exister que nous ne comprenions rien. La première chose à comprendre est qu’un peuple qui ne donne aucun sens à sa vie, génère et donne le pouvoir à ses propres fossoyeurs.

2 réflexions au sujet de « Quelle peur, la peur alibi du covid 19 cache-t-elle ? »

  1.  » Quelle peur, la peur alibi du covid 19 cache-t-elle ?  » Tous les pays donnant des dates de sortie du confinement sont également en posture délicate. Sans un nombre de tests et de masques suffisants, il sera impossible de se protéger contre une seconde vague d’épidémie. Cette dernière a déjà débuté en Chine. Ce week-end, de nouveaux cas ont été détectés et Singapour bat de nouveaux records de cas. Les découvertes scientifiques asiatiques indiquent que le Covid-19 est plus difficile à cerner que ne le laisse à penser la presse ou les politiques, ce qui explique peut être la lenteur des approvisionnements en tests… Pour faire simple, les derniers papiers médicaux sur le Covid-19 indiquent qu’il s’attaquerait aux cellules de notre système immunitaire (comme le VIH) et qu’il existerait trois souches différentes… Ceci va compliquer le redémarrage de l’économie mondiale, et le retour à la croissance sera encore plus lent que celui, déjà exceptionnellement lent, de l’après-crise financière de 2008. Il faut comprendre que les états ne proposent que des reports de dettes ou de taxes, et que les banques centrales ne lancent que des programmes de prêts… Ceci veut dire trois choses :
    – Dans le meilleur des cas, celui d’une reprise économique, ceux qui pourront rembourser auront encore plus de dettes qu’avant la crise, ce qui limitera l’investissement et donc la croissance. – Dans le cas d’un retour lent à la « normale », les participants à ces plans ne pourront pas rembourser, laissant aux états et aux banques centrales des milliards de dettes impayées à supporter. – Ce qui nous amène au troisième point, la hausse des taxes et des impôts. Les états font exploser les ratios budgétaires, on parle maintenant d’un déficit budgétaire américain de 3.2tn$… Et nous ne parlons pas de l’Europe… L’effort de reconstruction est toujours supporté par le plus grand nombre et ce sera encore la cas… En fait, nous aurons le choix (ou pas) de sacrifier quelque chose pour et à la sortie de cette crise, qui sera de toutes les façons plus longues qu’annoncée par les états.
    Le sacrifice (ou les sacrifices) devra porter sur l’une (ou plus) des trois composantes suivantes:
    – Les libertés individuelles ; – Une partie de la population ; – Notre système financier et économique. Donc ils ont peur ! c’est humain face à l à de l’inhumain.

  2. Le porte avion Francais ..2000 militaires entre 20 et 60 ans ..en un mois 700 contaminés..une seule personne en réanimation…
    Que dire de plus ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *