En l’absence de frein, seul l’accélérateur retarde mais prépare l’accident mortel

Ce que tout automobiliste sait très bien, les économistes n’ont jamais pris la peine de l’appliquer à ce qu’ils voudraient voir comme une science.

L’économie que l’on voudrait nous présenter comme une matière complexe est pourtant à la base très simple. Dans un groupe, les désirs de chaque individu se réalisent au fur et à mesure par l’apport que la personne fait au groupe de son travail. Les désirs sont l’accélérateur et le frein est la limite de l’énergie que chacun peut fournir par son travail. L’économie devrait être de rendre maximale l’utilisation intelligente de l’énergie de chaque membre du groupe afin que les désirs des uns et des autres puissent se réaliser au mieux. C’est ce qu’elle a été pendant des siècles, voire des millénaires, sans porter de nom tellement cela se faisait naturellement par application du bon sens. Dans chaque groupe, le maire, l’instituteur et le curé, pour prendre leurs appellations récentes, travaillaient ensemble à la limitation des désirs et à l’augmentation de l’utilisation intelligente des énergies humaines présentes et futures.

Que tout cela est loin depuis que le siècle prétendument des Lumières a imposé que l’intelligence pouvait bousculer le bon sens ! L’intelligence a toujours été un merveilleux accélérateur tant que le bon sens lui servait de frein. Le XVIIIe siècle a eu l’idée très intelligente d’inventer la monnaie papier. La monnaie était sans le dire un véhicule de cette énergie humaine bien utilisée qui permettait la réalisation des désirs. Cette énergie humaine stockée et transportable servait comme l’avait bien vu Aristote à être l’intermédiaire des échanges, une unité de compte et une réserve de valeur. Ce véhicule avait toujours été une richesse préalablement reconnue par le groupe comme l’or et l’argent, et l’idée géniale fut de lier indissociablement un papier imprimé à une richesse réelle en veillant simplement à ce qu’il ne soit pas imitable. Tout le monde s’y est mis. En Russie la grande Catherine a créé le rouble papier associé aux mines de cuivre, les Américains créèrent le dollar continental papier associé à la livre anglaise qu’ils combattaient mais qui était associée à l’or, les Français l’ont fait deux fois, au début du siècle avec les billets de Law associés aux richesses du Mississipi, et à la fin du siècle avec les assignats associés aux richesses confisquées à la noblesse et au clergé. Mais les dirigeants étaient tellement intelligents qu’ils en ont oublié le bon sens qui limitait la quantité de papier à la quantité réelle de richesses avec lesquelles il était associé. Ils ont partout imprimé du papier à tire-larigot pour financer leurs désirs en le faisant payer par leur peuple qui s’est retrouvé partout avec du papier qui ne valait plus rien alors qu’il avait été acheté cher.

Ce naufrage général de la monnaie-papier a mis plus d’un siècle à être oublié et on a recommencé la même erreur en la peaufinant par une intelligence brillante mais à nouveau effrénée par oubli du bon sens.

Tout a commencé en 1944 à Bretton Woods par des monnaies papier lié au dollar, lui-même lié à l’or, comme 169 ans plus tôt le dollar continental avait été créé lié à la livre anglaise, elle-même liée à l’or. Passons rapidement sur la FED  qui crée illégalement de 1945 à 1971  5 fois plus de dollars qu’elle n’a d’or à Fort Knox, pour financer le plan Marshall, les guerres de Corée et du Vietnam comme la conquête de la lune, passons aussi sur De Gaulle qui rapporte leurs dollars aux Américains pour repartir avec de l’or, passons encore sur Nixon qui est obligé en 1971 d’arrêter la conversion du dollar en or pour stopper la fuite de son or. Mais arrêtons-nous sur ce que nos intelligences ont trouvé pour rééditer en dix fois pire ce que le bon sens avait tué deux siècles avant.

Se trouvant depuis 1971 avec des monnaies liées à aucune valeur reconnue, nos brillants esprits ont inventé la monnaie-dette liant la monnaie à une énergie humaine à trouver. Wikipedia reprend la définition universitaire de la monnaie-dette « Le terme de monnaie-dette est utilisé en science économique pour désigner la monnaie en tant qu’elle est une dette envers l’émetteur, à savoir l’État, la banque centrale ou la banque ». On commence à oublier qu’une dette ne se rembourse que par une dépense d’énergie humaine qui n’aura comme contrepartie qu’une jouissance déjà consommée. On réinvente le principe de l’esclavage pour dettes utilisé dans plusieurs civilisations.

Personne ne se soucie du fait que la monnaie-dette a perdu l’utilité fondamentale de réserve de valeur que doit avoir la monnaie. Elle est créée in abstracto et continue pourtant à être présentée mensongèrement à l’université comme une réserve de valeur qu’elle n’est plus.

Nous rentrons dans le monde impossible d’un pays de Cocagne où tous les désirs sont de plus en plus satisfaits avec un accélérateur qui s’emballe et un frein non pas cassé mais dissimulé, incompris et apparemment absent. Le frein n’est plus l’énergie humaine qu’il a fallu dépenser avant d’utilise la monnaie qui la transporte, mais l’esclavage que la monnaie dette induit en n’étant plus une réserve de valeur et en traitant Aristote d’imbécile. Nous vivons ce temps ubuesque où tous les désirs qui n’étaient que fantasmes, deviennent réalités palpables grâce à la monnaie-dette. Un couple de fonctionnaires achètent sans problème un appartement grâce au crédit et à la monnaie-dette. La monnaie qui était un frein aux désirs devient au contraire un amplificateur, un deuxième accélérateur en devenant monnaie-dette En même temps se met en place discrètement l’esclavage induit par la monnaie-dette et la haine inconsciente de l’autre qui doit devenir l’esclave que je ne veux pas être.

Pour dissimuler cette horreur imbécile et endormir le peuple, nos brillantes élites du « en même temps » ont inventé la notion stupide de la création de richesses chiffrée par le PIB pour faire croire que c’est cette richesse nouvellement créée qui remboursera la dette. Comme tout le monde le croit, exit l’esclavage qui peut alors se mettre en place sans déranger et que l’on appelle pudiquement « appauvrissement des classes moyennes ». Oublié le fait qu’une richesse ne se crée pas puisqu’elle ne se constate que par l’échange réel ou potentiel avec une autre richesse préexistante, oublié le fait que l’INSEE additionne les dépenses pour les réputer sans rire créations de richesses chiffrées par le PIB, oublié le fait que politiques et médias regardent ailleurs tellement ils auraient honte de regarder la réalité en face, oublié le fait qu’il faut maintenant deux salaires pour faire survivre une famille, oublié tous les fantasmes comme les « lgbt »devenus réalités revendiquées par la montée discrète de l’esclavage, oubliée l’immigration vécue par le patronat comme un esclavage dérivatif provisoire du nôtre, oubliée la montée de l’incompréhension et de la colère du peuple. Tout doit se résoudre, quoi qu’il en coûte, par la satisfaction des désirs des électeurs. Le bon sens ne se défend qu’en ne votant plus.

 Y a-t-il quelque chose à faire ?

Non, si ce n’est pleurer ou fanfaronner en attendant l’explosion, tant que l’on n’a pas compris que seule l’énergie humaine donne sa force à la monnaie. Oui si nous nous réveillons en prenant le problème par le bon bout et donc par l’utilisation intelligente de l’énergie de tous les citoyens.

Aujourd’hui l’État nous entraîne vers le désastre en habillant son impéritie d’obligations et d’interdictions. Il diminue le régalien en jurant l’augmenter. Moins d’infirmières, moins de militaires, moins de policiers, moins de gendarmes, moins de magistrats. Il augmente les fonctionnaires qui passent un papier de gauche à droite pendant que d’autres le passent de droite à gauche. Il augmente les fonctionnaires qui créent les problèmes administratifs pour que d’autres, de plus en plus nombreux, puissent vérifier qu’il est quasiment impossible de les résoudre. La prétendue éducation nationale en est un exemple flagrant où les professeurs manquent pendant que ceux qui leur disent comment enseigner, se multiplient. Le mille-feuilles administratif entre communes, communautés de communes, départements et régions en est un autre exemple où les fonctionnaires passent leur temps à gérer la complication en oubliant la réalité des problèmes. Bonjour les routes mal entretenues, les ponts qui deviennent dangereux, les postes et les gendarmeries qui ferment, etc etc.

Soyons pourtant optimistes et imaginons ce qu’un gouvernement pourrait faire s’il était composé par le bon sens et non par l’arrivisme déguisé en intelligence. Il penserait fondamentalement à ne laisser aucun citoyen inutile à la nation. Il sortirait du tout État imposé par le communisme et du tout entreprise imposé par le capitalisme. Il  faciliterait les contrats entre les entreprises et les individus en supprimant évidemment tous les impôts sur la production comme toutes les charges sur le travail. Il ne chercherait à vivre que sur les succès de ses résultats et donc sur les prélèvements qu’il ferait sur la satisfaction des désirs de son peuple que l’on appelle la consommation. Il serait obnubilé par tous les Français qui ne trouvent pas d’emploi dans les entreprises, et s’attacherait à les rendre tous utiles par des ateliers nationaux qui ne rééditeraient pas les erreurs des ateliers nationaux du XIXe siècle. Toute personne en quête d’un travail, pourrait par exemple obtenir de sa mairie une occupation utile à la collectivité et qui serait rémunérée non par la municipalité mais par l’État qui créerait pour ce faire, l’argent reconnaissant comme richesse la production reconnue utile par la mairie. Nous retrouverions une monnaie constatant une  énergie humaine bien utilisée et non ce qu’écrit Wikipédia par ignorance : « La monnaie, qu’elle soit scripturale ou fiduciaire, est une dette envers son émetteur ». Cette pseudo-monnaie-là n’est évidemment pas une réserve de valeur. La vraie monnaie est au contraire le constat par le groupe de l’utilisation intelligente de l’énergie de ses membres et elle est, pour ce groupe, une vraie réserve de valeur.

Pleurer, fanfaronner ou comprendre, est aujourd’hui notre seul choix. Le but de ce billet est de refuser les pleurs et les fanfaronnades tout en tentant d’aider à la compréhension, seule source de l’action utile.

Une réflexion au sujet de « En l’absence de frein, seul l’accélérateur retarde mais prépare l’accident mortel »

  1. Concernant le travail , valeur fondamentale, les propos de monsieur Roussel , secrétaire général du parti communiste , ont fait pousser les hauts cris aux ténors de la NUPES.
    Ils me semblent en harmonie avec les vôtres et ne m’ont pas choqué, façon de dire mon approbation.
    Est-ce que je me trompe?

Répondre à Gaucherand Claude Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *