Homophobe et isophobe, homophile et isophile

Si les mots ont un sens, quiconque est homophobe déteste tout ce qui est identique (homo en grec veut dire identique) et ne supporte pas ce qui est en paire. Adieu les lunettes, adieu les chaussettes et les chaussures, finies les jumelles et les ciseaux. Vivent le monocle, le couteau et les chaussettes dépareillées.

Pour l’humanité la mode actuelle en Occident est de confondre l’égalité et l’identité et  de nier les différences sous prétexte que les accueillir sous-entendrait des classements inacceptables. Dire d’un homme qu’Il est noir entraîne souvent la réaction « Et alors ? » comme si constater sa négritude était méprisant. Faut-il rappeler que Gaston Monnerville, 10 ans Président du Sénat et deuxième personnage de l’Etat, était noir et petit-fils d’esclave ? La force de la France est que la culture française de Gaston Monnerville était telle que le détail de sa couleur de peau n’intéressait personne. Aimer l’égalité c’est être isophile (iso en grec veut dire égal) et aimer les différences qui nous enrichissent si toutes se nourrissent de la culture française avant de la nourrir. Bref si les mots ont encore un sens je suis en humanité, homophobe et isophile, et pour les objets complètement homophile.

En ce qui concerne l’homosexualité qui, suivant les lieux et les moments, génère fierté dans les « marches des fiertés » qui ont remplacé les gayprides, ou peine de mort dans 10 pays dont l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Mauritanie, ne faudrait-il pas, avant d’étudier les réactions excessives et opposées des uns et des autres, commencer par nous demander si l’homosexualité est  génétique, ou si elle vient de l’éducation ou si elle n’est pas tout simplement un passage naturel et général, plus ou moins conscient, entre l’autosexualité et l’hétérosexualité ?

C’est la difficulté actuelle à répondre à cette question, et même à se la poser, qui pousse souvent à être excessif et à avoir sur l’homosexualité des positions aussi tranchées qu’inexpliquées et inintéressantes..

2 réflexions au sujet de « Homophobe et isophobe, homophile et isophile »

  1. Les mots ont un sens, mais comme la langue est vivante, le sens évolue. Ils n’ont plus un sens certain, mais un certain sens selon l’époque. Utiliser un sens précis pour un mot précis tel qu’il était compris il y a cent ans, par exemple, peut engendrer des malentendus, aujourd’hui.

    • Peut-être mais je vois mal comment on peut relier l’homophobie à la sexualité si ce n’est en faisant d’homo une apocope d’homosexualité. Pourquoi pas d’homothétie ou d’homologue ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *