Concurrence ou coopération ?

Concourir c’est courir ensemble comme coopérer c’est agir ensemble. Ces deux beaux mots se sont progressivement éloignés car si coopérer n’a comme seule interprétation négative qu’un but condamnable, concourir véhicule aussi la possibilité de faire chuter le concurrent.

Or les économistes, formatés et perdus, ne savent plus à quel saint se vouer. Ils refusent obstinément de regarder la réalité en face et ont convaincu les Politiques de continuer à attendre la croissance en s’invectivant mutuellement pour ne pas savoir la faire venir. On ne peut que respecter le malheur des économistes car, comme pour les communistes, il est difficile de leur demander l’effort presque surhumain d’accepter de s’être trompé pendant toute leur vie.

La croissance n’arrivant évidemment pas puisqu’elle n’est qu’augmentation des dépenses alors que chacun dit vouloir les réduire, toute notre économie est rentrée d’un seul pas dans la voie suicidaire de la concurrence sous toutes ses formes. Pas une entreprise qui ne cherche de nouvelles parts de marchés, c’est-à-dire à en enlever aux autres. Il faut être compétitif, acheter au moins cher n’importe où, payer le moins possible les salariés et vendre le plus vite possible à grand frais de publicité

La concurrence  a un immense intérêt aux yeux de nos élites actuelles :  elle permet de ne pas voir que c’est le but de la course qui est insensé et de dépenser toute notre énergie à ce que ce soit les autres qui meurent les premiers. Au lieu d’accepter que le PIB n’a jamais créé aucune richesse avec toutes les remises en question que cela entraînerait, nos élites se sont convaincues elles même que la compétitivité résoudrait les problèmes au moins le temps pour elles d’atteindre leurs retraites.

En réalité il faut revenir au bon sens et c’est souvent dans l’unanimité qu’on le trouve. Et cette unanimité c’est souvent à la suite d’effroyables difficultés qu’elle se forme au moins provisoirement. Ce fut le cas à la fin de la deuxième guerre mondiale où la coopération a été choisie par deux fois à l’unanimité mais pendant si peu de temps !

En interne cela a été le programme du Conseil National de la Résistance (CNR) signé par tous ses membres, des gaullistes aux communistes en passant par les socialistes, les chrétiens démocrates et les radicaux. Il a malheureusement été vite abandonné au profit des petites querelles d’appareils et de places à prendre.

En externe cela a été l’Organisation Internationale du Commerce (OIC) créée unanimement par la charte de La Havane sous l’égide de l’ONU après avoir travaillé de novembre 1947 à mars 1948. L’OIC fondé sur la coopération entre les nations prônait des échanges équilibrés entre nations pour renoncer à faire payer les autres. Moins de 50 ans après en 1995 on créait à Genève l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) fondée sur la concurrence et sur la liberté du renard dans le poulailler. L’OMC, fleuron du capitalisme est fondamentalement opposé à l’OIC dont on a veillé à ce qu’elle soit gommée des esprits comme la charte de La Havane. Le GATT qui avait été créé en attente de la ratification de la charte de La Havane a servi avec ses différents rounds de passerelle entre la coopération de l’OIC et la concurrence de l’OMC dont nous récoltons les fruits amers.

Tout changera le jour où l’on reviendra à la coopération en abandonnant concurrence, compétitivité et autre stratégie du croc-en-jambe. Comment va-t-il falloir le dire ?

Une réflexion au sujet de « Concurrence ou coopération ? »

  1. C’est, malheureusement, d’une attroce vérité. Personne ne veut admettre que la compétitivité a ses limites, physiques, humaines, et qu’elle va finir par nous ruiner tous. Nous avons mangé les 70 années de paix au lieu d’en profiter pour construire une société solidaire et viable à long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *