Fabriquer une guerre pour ne pas s’affronter soi-même

Les masques tombent. Sauf à les prendre pour des imbéciles finis, les autorités comme ils se nomment, ont parfaitement compris que la pandémie du Covid 19 n’est qu’une pandémie de la peur. Il n’y a pas en effet de virus plus contagieux que celui de la peur. Chacun prend heureusement petit à petit conscience que la mortalité globale mensuelle française constatée par l’Insee n’a rien d’exceptionnelle, que les autopsies pratiquées en Italie ont montré que les décès ont été dus à des thromboses et non à des pneumonies, le problème étant au départ circulatoire et non respiratoire. Comme le disent les médecins qui préfèrent soigner plutôt que continuer à étudier, cela se soigne très bien si c’est pris suffisamment tôt avec des antibiotiques, des anti-inflammatoires et des anticoagulants. Cette épidémie saisonnière très classique ne valait évidemment pas l’hystérie collective du trio aux commandes, la puissance politique que nous avons puérilement confiée à de simples communiquants, nous faisant croire mensongèrement à l’expertise universitaire et à l’exigence journalistique. La question à se poser maintenant est : pourquoi tout ce cinéma dont le dernier acte est cette « étude » du Lancet qui fut un journal de référence comme Le Monde et qui, comme lui, a perdu son honneur avec son honnêteté ? Son propre rédacteur en chef met en doute l’indépendance de ses auteurs vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Et que cache cette guerre fabriquée et ruineuse contre un ennemi aussi insignifiant ?

On ne peut répondre à cette question qu’en commençant par nous étudier nous-mêmes, comprendre ce que sont devenus nos buts et nos moyens. En effet tout au long du XXe siècle, et de manière accélérée dans ce premier quart du XXIe siècle, les avancées technologiques, réelles comme supposées, ont permis de rendre envisageables, voire crédibles, les élucubrations les plus folles dont la liste s’allonge indéfiniment. Tout ce qui est possible deviendrait souhaitable, ce qui est une négation du bon sens.

Le but du pouvoir a petit à petit été réduit à plaire plutot qu’à conduire, dans le but exclusif de garder ce pouvoir dans un monde de sondages de l’affectif, où les élections ne sont plus qu’une forme de sondage déformé par l’argent. Le pouvoir se résume de plus en plus à compléter par l’emprunt ce qui est pris à une minorité qui travaille encore, pour le donner à une majorité qui, volontairement ou involontairement, ne travaille pas vraiment, est en tous cas peu utile, mais est appelée à renvoyer l’ascenseur par son vote. Malheureusement l’avis majoritaire d’une foule irresponsable n’a jamais donné que la facilité, les pogroms, les lynchages et la classe politique actuelle qui ressemble à la foule qui l’a choisie et pas au peuple qu’elle est supposée représenter et qui est dédaigneusement appelé populiste.

Le comment, quant à lui, s’est progressivement contracté en « tout sous-traiter à l’énergie monétaire » tout en veillant à ce que la monnaie ne soit surtout pas reconnue comme une énergie mais comme, un contrat, une marchandise, une institution, un signe, un instrument, un voile, n’importe quoi sauf l’énergie qu’elle est et à qui l’on demande de tout faire en oubliant consciencieusement ce pourquoi elle est une énergie : c’est un simple vecteur de l’énergie humaine, un titre de créance sur nous tous, créance causée par notre efficience collective passée, et donc par définition, une énergie limitée et dépendant de notre regard sur nous-mêmes.

Le « comment » s’est donc réduit en tous domaines à un appel creux dans les mots à la mobilisation. « Il faut se mobiliser ! » entendons-nous de partout. En réalité c’est à la création monétaire que l’on demande de tout faire, par la survalorisation de la recherche pour inventer un demain imaginaire aussi artificiel qu’inintelligent, par des ONG irresponsables au financement inconnu et par l’utilisation permanente du mot investissement, mot de la nouvelle religion à la mode qui transforme parait-il miraculeusement une dépense en création de valeur sans étonner personne. Le trio médias, université, politique, nous a inoculé que le PIB n’est plus la somme de toutes les dépenses que nous avons déjà effectuées, mais qu’il est l’illusion d’un produit à nous partager ou à utiliser intelligemment. Le « comment » n’est donc plus un problème puisque le PIB se charge de rembourser nos emprunts dans nos esprits malades. Nous sommes un pays riche ! Il suffît de dépenser davantage pour faire plus de PIB et en prendre des pourcentages pour tout résoudre.

Mobilisons-nous et faisons beaucoup de PIB en dépensant beaucoup de fausse monnaie légale que toutes les banques fabriquent ! Tous les problèmes étant résolus par définition, par principe et par avance, nous pouvons donc nous lancer dans la réalisation de nos fantasmes et réduire nos interrogations à « Comment prendre du plaisir ? », « Comment rendre notre vie plus facile ? », et évidemment « Qui va être le bouc émissaire du faux pays de cocagne que nous croyons construire ? ». Ce qui est devenu important, c’est d’oublier notre abandon de la recherche du bonheur par une confrontation adulte aux problèmes réels. La guerre fantasmes contre fantasmes peut s’ouvrir et elle va malheureusement être abominable puisque rien n’y est plus impossible. L’épidémie de peur que nous venons de vivre a permis en outre au pouvoir de vérifier qu’une grande partie du peuple se soumet si on le rassure après l’avoir effrayé. Panurge et ses moutons ne sont jamais loin.

C’est le moment de se souvenir que dire tout et le contraire de tout, est la voie royale vers le totalitarisme que nous ont déjà montrée communisme et nazisme et que nous redécouvrons avec un capitalisme moribond et pourtant fanfaron. Le peuple, n’étant plus en mesure de différencier le vrai du faux en étant submergé d’informations contradictoires, devient une proie idéale pour toutes les idéologies incohérentes. Il suffit aujourd’hui de passer par une banque compréhensive pour créer tout l’argent nécessaire à ses rêves sans se soucier des conséquences.  On en est même arrivé à ce que Yann Barthes et ses affidés dans leur émission Quotidien du 8 mai, ne soient même plus capables de résister à Anne-Laure Kiechel qui affirme « conseiller » plusieurs gouvernements. Elle vient péremptoirement raconter qu’il y a de la bonne dette si le but est louable. Elle ose dire sans rougir : «Si c’est pour vivre mieux, il faut s’endetter, la question ne se pose pas ». Ayant pris la place de Macron comme associée-gérante chez Rothschild après avoir sévi à Lehman Brothers jusqu’à sa faillite et avant de ne travailler que pour elle, cette camarade d’HEC est sans doute la péronnelle qu’Attali voit comme successeur de Macron à la Présidence.

Cela fait 50 ans  que tout le monde voit que nos sociétés se dégradent et que cela ne peut durer. Mais cette guerre à mener contre nous-mêmes et contre les dirigeants que nous nous sommes choisis, nous est insupportable et, pour ne pas l’affronter, nous nous inventons des guerres de substitution qui nous occupent en nous anesthésiant.

Nous avons quasiment épuisé la guerre entre socialistes qui veulent prendre aux autres et libéraux qui croient s’enrichir en échangeant. Les deux nous répétaient « ça va mieux » chaque fois qu’ils tenaient les rênes, alors que chacun voyait bien que cela allait chaque fois plus mal. Ils continuent tous à vouloir aller plus vite et plus loin dans les culs-de-sac dans lesquels leurs idéologies nous entraînent, mais heureusement pour nous, ils se durcissent en se contractant comme n‘importe quelle crotte au soleil.

Nous nous inventons maintenant une nouvelle bataille sur la taille du ring en reportant à plus tard les règles à y appliquer et le sport à y pratiquer. Les mondialistes, les européistes, les régionalistes et les nationalistes vont s’affronter en reportant toujours à plus tard la compréhension du pourquoi Ali Mimoun, champion olympique français, a francisé son prénom en Alain et pourquoi Silvia Romano, jeune otage italienne, est revenue de captivité en décrétant se prénommer Aïcha. Ils vont s’affronter sans se demander pourquoi, dans tous les camps, la peur de ne pas être capable de loger et de nourrir sa famille, fait que le peuple renonce même à se renouveller.

Dans tous les camps, les meilleurs savent que l’explosion approche, qu’il faut surtout ne pas en être le bouc émissaire et qu’il faut donc en trouver un pour endosser la responsabilité du désastre. Le covid 19 est probablement le choix de certains. La minorité croissante de gens conscients dans tous les camps, sait pourtant que la fausse démocratie et la fausse énergie monétaire ne mènent nulle part et sont pourtant actuellement nos vrais dirigeants. Mais tant que la démocratie n’aura pas découvert qu’un peuple responsable prend des risques alors qu’une foule irresponsable n’en fait prendre qu’aux autres, tant que la fausse élite aux commandes fera croire à une corne d’abondance qui distribue chaque année une richesse aussi imaginaire qu’inexistante, nous allons tous assister impuissants à une guerre où, l’intelligence n’ayant plus sa place et les problèmes étant volontairement mal posés, la violence légale va simplement s’affronter à la violence de la rue pour une guerre qui ne sera qu’une bataille sur la taille du ring pour n’affronter dans aucun camp le fond du problème.

Notre civilisation meurt d’une double erreur : la première est de définir le bien par l’avis majoritaire d’une foule irresponsable manipulée par les médias, eux-mêmes dominés par l’argent ; la seconde est de nous croire capables d’y parvenir par le ruissellement d’une fausse monnaie légale justifié par l’ambiguïté de la notion de croissance qui fait croire à une augmentation de valeur chiffrée par le PIB chaque fois que nous dépensons cette fausse monnaie. La première erreur s’est déguisée en démocratie, la seconde erreur s’est déguisée en progrès. Progrès et démocratie qui devraient être deux belles réalités s’ils étaient les résultats d’efforts sur soi, ne sont plus aujourd’hui que deux mots magiques et fascinants, deux baudruches gonflées à la fausse monnaie. Dégonfler ces baudruches et redonner leur sens à la démocratie et au progrès, est le réveil actuel des peuples, réveil auquel tous les pouvoirs déclarent une guerre totale en mendiant notre complicité, tout en tentant de l’acheter ou de la rendre obligatoire suivant les moments. La farce très peu drôle du Covid 19 nous rappelle la profondeur du ravin séparant le peuple de sa classe politico-universito-médiatique et la capacité qu’a cette dernière à réduire un peuple en foule infantilisée qui s’éparpille en voulant agir avant de comprendre. Faut-il vraiment que les peuples meurent pour que leur élite autoproclamée puisse bien vivre ? N’est-il pas temps de lancer enfin de vraies controverses pour que le temps puisse faire son tri entre les différentes analyses et notre civilisation puisse ne pas mourir?

4 réflexions au sujet de « Fabriquer une guerre pour ne pas s’affronter soi-même »

  1. Médecin, j’aurais passé mon examen de maladies infectieuses comme EM j’aurais été recalé:
    Que faites vous en cas d’épidémie? Je confine = 0/20 En confinant vous allez faire fuir les gens du foyer épidémique et diffuser la maladie.
    Je déclare obligatoire la déclaration de grossesse, la maladie et je confine les malades= 2/20. Tous ceux qui ne peuvent s’arréter de travailler cacheront une maladie bénigne qui ne mérite pas de s’arréter de travailler.
    Je confine= 0/20 car erreur de diagnostic. Ce n’est pas le virus qui donne la pneumonie mortelle, mais la réaction auto immune excessive réactionnelle qui tue. Et, dans toute maladie auto immune le facteur de stress est aggravant. En confinant vous aggravez la maladie auto immune. Quand le remède est pire que le mal.

    Socialement, vous avez raison c’est une guerre (par les conséquences économiques et sociales) mais sans les morts… et (encore un progrès) on n’a pas eu besoin de bruler les maisons des gens infectés. C’est donc bien un progrès.
    Mais le jeune vieux fait de la politique des vieux. Les peuples marchent à l' »opinion » et non à la raison. C’est cela qui peut changer.
    Agée aujourd’hui de 10 ans (comparée à un homme de 90 ans), l’humanité est en passe d’acquérir l’âge de raison et de comprendre désormais. Les Français aspirent à ne plus être pris pour des c… et ils ont raison (d’ailleurs ils le feront bientôt savoir).

    « Malheur à toi ô peuple dont le roi est un enfant et dont les princes festoient dès l’aurore » L’écclésiaste 10 16

  2. Encore un diagnostic qui se précise, merci Marc. Mais pourquoi vouloir que notre civilisation ne meure pas alors qu’il faut bien « en changer » afin qu’avec d’autres repères, respectables et respectés, fort de cette expérience décryptée dans ce diagnostic, une nouvelle civilisation naisse de ce chaos ?

    • Il n’y a pas encore de chaos qui n’est pour l’instant qu’intellectuel et on ne change pas de civilisation comme de chemise.
      En revanche il est parfaitement possible de rectifier ce qui doit l’être.
      Il faut simplement être clair, honnête et cohérent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *